SONDAGE – l’électorat hongrois se motive un peu en vue des élections de 2014

Selon un sondage de l’institut Ipsos publié à la mi-août, 44% des électeurs se sont déclarés certains en août  d’exprimer leurs suffrages lors de l’élection législative à venir au printemps 2014, contre 38% pour le mois de juillet. La Fidesz au pouvoir reste grande favorite du scrutin.

Dans le même temps, la cote des différentes formations politiques est restée pratiquement inchangée au cours de l’été. Le parti au pouvoir, Fidesz, mène la danse avec le soutien de 26% de l’ensemble de l’électorat, très stable depuis 6 mois et l’annonce de la réduction des prix de l’énergie. Sur les 6 derniers mois, le soutien à l’opposition socialiste – le parti MSZP – a varié entre 14% et 16%, pour s’établir à 15% en août.

Parmi les électeurs décidés à voter, la Fidesz s’est établi à 49% des intentions de vote en août, les socialistes à 26%, le parti d’extrême-droite Jobbik à 12%, l’alliance emmenée par l’ancien 1er ministre Gordon Bajnai E14-PM à 6%, le parti qui se présente comme écologiste mais de plus en plus difficilement identifiable LMP à 3% et la Coalition Démocratique de l’ancien 1er ministre socialiste Ferenc Gyurcsany DK à 2%.

Selon Ipsos, 43% de tous les électeurs ont dit qu’ils n’avaient pas de préférence pour un parti ou ont refusé de la révéler.

Le niveau d’abstention – qui concernait plus de la moitié de l’électorat selon les enquêtes d’opinion menées ces derniers mois – semble donc en baisse et il est probable qu’il va continuer à diminuer à mesure que l’échéance des élections approche.

Fidesz = parti de droite du 1er ministre Viktor Orban
MSZP = parti socialiste
JOBBIK = extrême-droite
E14-PM = alliance de centre gauche dirigée par l’ancien 1er ministre Gordon Bajnai
LMP = parti écologiste
DK = Parti libéral de l’ancien 1er ministre Gyurcsany

Sources : Ipsos et Nezopont via MTI

2 Commentaire

  1. @La rédaction :

    Merci de ce baromètre fort intéressant.

    D’ailleurs, je constate avec très grande joie et une satisfaction du recul de l’extrême droite hongroise la plus radicale et la plus dangereuse d’Europe. Le Jobbik tomberait légèrement en-dessous de la barre des 10%, selon NEZOPONT.

    A ce sujet, IPSOS fait d’importante marge d’erreur dirait-on, car l’article écrit cette fois-ci, semble avoir tenu compte du fait que 43% n’iraient pas voter…

    Symboliquement, et contre mon ennemie je voterai pour Együtt 2014, la future coalition sera menée par le Fidesz, mais en espérant que le parti de Gordon Bajnai soit pris.

    Ne faut-il pas un minimum de 5% pour être représenté dans notre Parlement ?

    Si le Fidesz garde et reste en tête, de ce que je sais, le parti de notre ‘affreux jojo’ le PM hongrois, et leader de son groupe, une coalition Fidesz-Együtt 2014 n’est pas à exclure, si le KDNP est balayé.

    Viktor Orbán a une rage contre le MSzP, et celui-ci restera encore au moins pour 4 années dans l’opposition.

    Le Jobbik sera peu original, puisqu’il perd du terrain, et une alliance avec les extrémistes est exclue, une certaine forme de cordon sanitaire existerait, mais attention aux faux-semblants !

    Si je suis en faveur d’un accord de gouvernement qui passe de centre-centre à centre-droit, oui ?!

    Gyurcsanyi, il ferait bien mieux d’oublier la politique, car si sur le chemin hongroise (on croise) certains parvenus, il est certes venu par la gauche… Mais on pige rien à ce qu’il veut faire encore en politique, à part se remplir les poches de ce que nous savons déjà… (Chutt).

    Allé, ce seront aux urnes de nous donner les vrais résultats.

    Udv.

  2. @Complémentarité :

    Le Fidesz est un parti de cendre (axée sur une droite) et le KDNP est fort traditionnellement de centre-gauche dans sa vision d’un programme de gouvernement.

    A ne pas confondre les accords de gouvernement pour ’2010-’ et les modifications constitutionnelles.

    Les réformes faites par les ‘réformateurs’ et les ‘conservateurs’ actuellement, sont très particuliers, car l’idéologie droite-gauche existe fort bien en Hongrie… Depuis la chute du Mur en 1989, la Hongrie a tellement souffert de la ‘gauche’ que je dois reconnaître que pour beaucoup d’entre nous, dont moi, votons pour la droite :

    - Réformatrice,
    - Libérale,
    - Radicale,
    - Molle,

    Si Orbán rejette le MSzP (parti incontournable depuis près de 25 ans), la Hongrie paiera un lourd tribu aux créanciers, ça craint, mais comme je rejoint le Fidesz dans sa politique de désendettement, mais pas de programme gouvernemental contre la matière sociale.

    La Hongrie pourrait inspirer à nouveau à une relative confiance et à un retour d’une croissance économique plus favorable si les Réformateurs et les Libéraux s’allient ultérieurement.

    Ce qui permettrait à Viktor Orbán de faire oublier les Lois controversées sur la ‘semi-nationalisation’ de la BNH, et obliger à une politique de stabilité et d’un équilibre pour trouver un compromis acceptable.

    Udv.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 + = 18

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>