Présidentielles : petit parallèlle France-Hongrie

Une tribune libre signée par Pierre Waline

Ouf ! Voilà une bonne chose de faite, le premier tour est enfin derrière nous ! Car nous commencions à trouver cette campagne plutôt ennuyeuse. On l’aura compris, je parle de l’élection présidentielle en France et non de la Hongrie…où le mot „campagne”, comme le montre son origine étrangère („kampány”) reste encore bien peu ancré dans les mœurs (normal, me dira-t’on, vu la différence des enjeux et du mode de scrutin).

A l’heure qu’il est, je n’ai guère eu écho de commentaires étoffés dans les médias hongrois, sinon assez laconiques ; mais bon, la France n’est pas le centre du monde. La Hongrie non plus, d’ailleurs (ce qui est peut-être un scoop). La Hongrie où va aussi être élu un président, quatre jours avant nous (le 2 mai) … après le suspense palpitant que l’on sait !!!!

Je n’ai pas à revenir ici sur les nombreuses analyses entreprises par mes compatriotes journalistes ou politiciens/tologues sur les résultats de ce premier tour. J’aimerais juste en retenir deux faits majeurs pour y porter un regard un peu extérieur, vu de Budapest : ses grandes surprises, l’une positive, l’autre négative.

Commençons par la positive: la forte participation (80%). Quand je lis qu’en Hongrie, une bonne moitié des électeurs, sinon plus, déclare se désintéresser du monde politique ou du moins, ne pas y trouver son compte, cela me laisse rêveur. Bien évidemment, on ne peut comparer ce qui n’est pas comparable. Pour mille raisons, tels le passé et la tradition ou encore l’enjeu des scrutins. Autre différence : même si je n’ignore pas la situation dramatique à laquelle sont confrontés de plus en plus de ménages français, sans parler des jeunes chômeurs, je crois qu’ici, le désarroi est encore bien plus criant et généralisé. Quoi qu’en diront certains commentateurs, je me trouve entouré au quotidien de ménages ou de retraités hongrois qui n’arrivent tout simplement plus, non à vivre décemment, mais à survivre. Je ne vais pas engager à nouveau un débat mille fois remis sur le tapis (salaires, coût de la vie (1))… Ayant „le nez dans le guidon”, ces personnes ont mille autres chats à fouetter que de se passionner pour des passes d’armes entre politiciens.

Si au moins, ces dits „politiciens” pouvaient offrir une alternative séduisante face à la majorité en place !? Rien, le vide ou presque. Sinon une amère déception: un parti socialiste qui s’est scindé en deux, malgré un score bien médiocre dans les sondages (MSZP/DK), de plus en bisbille avec un parti des Verts qui stagne à 7%. Seules forces capables de mobiliser encore des foules (mais tout est relatif) : les organisation dites „civiles”; mais dont le seul trait commun est de s’opposer au gouvernement en place et de vouloir sauver les valeurs de la démocratie et de l’Etat de droit. Au-delà, dès que l’on creuse un peu, les divergences se font vite jour. (J’en ai moi-même été le témoin lors d’une émission radiophonique à laquelle j’ai récemment participé (2)). Face à ce vide, seul subsiste un élément solide: le Jobbik, parti d’extrême droite qui, comme en France, sait admirablement canaliser les mécontentements.

Justement, pour en revenir à nos moutons français (..pas précisément des agneaux)….

…L’autre surprise du jour: le franc succès de Marine Le Pen (18%). Là, je ne suis pas fier et rase les murs…. Malgré tout, je vais, sinon me faire l’avocat d’un diable indéfendable, du moins relativiser par rapport à ce que je vois en Hongrie. La tentation est grande d’assimiler le Front national au Jobbik. J’y verrais plutôt un mouvement à mi-chemin entre le Jobbik et le Fidesz .

Première nuance. Le racisme. Certes, il existe des deux côtés, mais pas sous la même forme. Là-bas (en France), une certaine islamophobie (je parle pour le FN et non pour l’ensemble de la population) et une chasse acharnée aux immigrés, voire une négation de la pluralité culturelle de la France (qui constitue pourtant sa richesse) et un nationalisme effréné. Mais ici, en Hongrie, je crois que l’on est passé à une vitesse encore bien supérieure (ce qui est en soi un exploit) dans la haine et la bêtise : discours violemment antisémites – encore très récemment, proférés dans l’enceinte du Parlement – chasse ouverte aux Roms dont on va jusqu’à nier la citoyenneté et mise en place d’une milice arborant les insignes de la période nazi. (Pour ce qui est des Roms, première cible visée, je tiens à préciser qu’il s’agit ici non pas d’immigrés récemment venus de l’Est – il n’y en a pratiquement pas – mais des Tziganes arrivés au pays au début du XVème siècle, Hongrois depuis des dizaines de générations; un peu à l’image de nos Gitans et Gens du voyage, dont il n’a jamais été question, me semble-t’il, de retirer la nationalité).

Voilà pour les nuances. A popularité à peu près égale, à cette différence près que le Jobbik est devenu le deuxième parti du pays devançant même les socialistes.

Deux autres différences, enfin : tout d’abord l’apparition sur la scène politique française du Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon. Malgré le faible score obtenu (11%), son électorat n’est pas à négliger (près de 4 millions). Curieusement, la presse hongroise l’a pratiquement passé sous silence. Comme l’a fait judicieusement remarquer le philosophe TGM (Tamás Gáspár Miklós), un signe bien révélateur du rejet général qui subsiste en Hongrie face aux mouvements de la gauche radicale. Quant à l’UMP, je le place malgré tout moins à droite que le parti du Premier ministre Viktor Orbán (Fidesz); un Fidesz que je situe à mi chemin entre l’UMP et le FN, voire plutôt aux trois quarts de chemin, plus proche du FN. Quant au Centre (faiblement représenté en France, 8%) il est carrément inexistant en Hongrie.

D’une façon générale, je concluerais pour schématiser que sur l’ensemble de l’échiquier politique, la Hongrie se situerait un bon quart de tour plus à droite que la France. Bon, schématiser et généraliser de la sorte paraîtra vain et prétentieux. Malgré tout, c’est ce que je ressens (et qui vaut peut-être pour l’ensemble de la région).

Un confidence, pour terminer. J’avais un moment espéré voir un jour le président de la République hongroise directement élu par le peuple. (Il paraît que les Tchèques viennent d’introduire un tel changement). Je crains d’avoir été naïf, l’opinon hongroise ne me semblant pas encore mûre pour en venir là (ni même le souhaiter – …à vérifier, un sondage serait intéressant). Mais puissé-je me tromper !
_____________

(1): salaire net moyen: 550 euros (270 pour une caissière de grande surface), indemnisation du chômage limitée à 90 jours, TVA de 27% sur le gaz et l’électricité, multiples projets d’impositions nouvelles sur la consommation des ménages. (Pour des prix à peine inférieurs à ceux de la France, mis à part l’immobilier.)

(2): Milla, Szolidárítás et LMP,sur Tilos rádió, 13 mars.

34 Commentaire

  1. Eisbrecher a dit :

    Le niveau des articles de Hulala baisse vraiment…

  2. Chasse aux immigrés en France ? Je sais pas depuis combien de temps tu vis en Hongrie coco mais en France ce sont les enfants d’immigrés arabo-musulmans et Africains (ni les Asiatiques, ni les Chrétiens d’Orient, ni les Européens de l’Est donc, ne mettons pas tous les immigrés dans le même sac, ceux que je viens de citer travaillent, réussissent à l’école, et beaucoup votent même FN !) qui chassent les Blancs, réveille- toi …

  3. @ Eisbrecher
    Je n’ai, pour ma part, pas du tout l’impression que le niveau est à la baisse.
    Je dirais plutôt que cette article est fort bien écrit, le souci pour certains, c’est qu’il fourni les questions et les réponses
    Il ne se dit pas complet, tel un essai il est une esquisse d’une situation à un moment bien précis.
    Mais il est vrai, qu’en général les journalistes serrés des fesses s’interdisent tous sentiments et toutes conclusions.
    Ici nous sommes servi et pour, à coup sûr, vouloir critiquer l’article, mieux vaudrait se casser la tête que de d’écrire de manière simpliste « Le niveau des articles de Hulala baisse vraiment… »
    @ Karcsi
    Que de haine dans vos propos. Serait-elle celle du FN ?

  4. Pierre Waline a dit :

    Je précise que cet article a été écrit « a chaud » des le lendemain du premier tour. Il ne prétend nullement, loin de la, offrir une analyse de la situation en Freance (au demeurant plutot confuse).
    Mais, pour ce qui concerne la Hongrie, plus ca va, plus je suis affolé par la postion de plus en plus radicale (c’est un euphémisme) du Jobbik, de loin le plus violent de tous le partis d’extreme droite en Europe, et, surtout par la quasi complicité du Fidesz et ses prises de position incroyablement rétrogrades, souvent proches du FN.
    Quant a Marine Le Pen, je vois – a lire les propos si généreux !!! et inspirés de ce charmant.. Karcsi – qu’elle sait fort manier ses fans et entretenir un climat de haine de de rancoeur….

  5. franckbudapest a dit :

    @ Karcsi: que de betises en aussi peu de lignes.

    L’article, écrit a chaud, laisse transparaitre un avis clair que je ne suis pas loin de partager, dans les grandes lignes. Félicitations a l’auteur, malgré quelques coquilles… (PS: il y en a aussi chez moi, car pas d’accent sur mon clavier…)

  6. Pierre Waline a dit :

    Petite précision: sur l’article précédent relatif a cette lamentable histoire de Gyöngyönspata (commentaires), notre cher KARCSI fait ouvertement l’éloge du Jobbik et fulmine contre ces horribles Tziganes…

    Bref, je situe le personnage et suis flatté qu’il me critique sur ce ton (le contraire m’eut jeté dans la honte)…

  7. Cher Pierre, inutile de vous justifié.
    Je devrais dire, en m’excusant aussi de mes nombreuses coquilles, que nous sommes là pour vous soutenir.
    L’objectivité ne peut être rejetée d’emblée et soulever les problèmes que rencontre l’individu lambda soit-il hongrois ou français reste une réelle préoccupation.

  8. Roland Pierret a dit :

    Enfin le voilà !!! Je désespérais de lire un article sur les élections en France.

    En ce qui concerne le Centre, je pense qu’en France aussi, il est quasiment inexistant. Il y a bien quelques représentants de Centre-Droit, mais tellement proche de Nicoals Sarkozy et l’UMP, qu’on peut les ignorer. Il y avait un parti du Centre, l’UDF, mais, qui, sous l’impulsion de François BAYROU, s’est mué en mouvement démocrate, le MoDem, et que son action est, à mon sens, devenu inclassable parmi les idéologies classiques. Son objectif et son programme s’orientent vers le dynamisme économique et l’équité. Un mouvement politique dont la Hongrie aurait le plus grand besoin. Il a obtenu 9,13 % des suffrages au 1er tour des Présidentielles et, au niveau des consignes de vote, classiques en France, il est empêtré dans son option politique et la pression passionnelle des français et des medias d’avoir des consignes de vote idéologique des Grands Chefs, pour le 2ème tour.

    Pour les comparaisons avec les Partis Hongrois, c’est très difficile. La France reste une terre conquérante dans le domaine économique. La Hongrie cherche à ne pas être colonisée économiquement.
    Donc, comparer le Fidesz et l’UMP, les deux partis au gouvernement, c’est la quadrature du cercle.

    Entre le Jobbik et le Front National, c’est un peu la même chose. Au Jobbik, on a encore plus peur de la colonisation. Au Front National, on surffe sur les désenchantements économiques et les précarités, pour se mettre en avant face aux deux Partis de gouvernement, le PS et l’UMP.

    Quant au parti socialiste hongrois, si j’ai bien compris, mais uniquement avec les articles de Hulala et ses débats. Ce sont d’anciens communistes, mais, selon moi, surtout des opportunistes ayant pris les rênes politiques bien avant le changement de régime, et qui se sont surtout enrichis lors des privatisations, en créant le Parti socialiste, qui n’avait de socialiste que le nom, même s’il peut y regrouper quelques vrais socialistes. Pas de comparaisons possibles, non plus, avec les socialistes français.

    Le score de Jean Luc Mélanchon, 11,1%, s’explique, selon moi, par l’image sociale-démocrate du candidat François Hollande, représentant le PS, critiqué par des électeurs de Gauche. C’est donc seulement un vote de préférence idéologique.

    Restent les écologistes. 7% en Hongrie. C’est remarquable pour un pays aussi en retard économiquement et avec autant de « survivants économiques ». En France, leur candidate a obtenu 2,31 % des suffrages. Il faut dire cependant que les écologistes en France se sont inféodés au Parti Socialiste; il n’ya donc plus d’originalités, ni de raisons particulières à voter pour eux.

  9. je me suis arrete au deuxieme paragraphe apres les trois points dexclamations: du jamais vu dans un article.

  10. magyar> pas étonnant ce n’est pas un article mais une tribune libre ^_^ mais enfin pour ca il faut comprendre pas seulement déchiffrer les mots ^_^

    pierre> un president elu par le peuple est il meilleur qu’un president nommé confirmé par le parlement ?
    je ne suis pas sur: on ne peut pas dire que nos presidents soient vraiment competents, demagogiques oui, competents, non.
    alors a part nous faire perdre notre temps dans des elections presidentielles inutiles (blanc bonnet ou bonnet blanc) et nous donner l’image d’une democratie, je ne vois pas vraiment l’interet.
    avec le temps qui passe, je me rends compte que les elections legislatives changent plus la donne que les presidentielles…

    sinon pour « les comparaisons avec les Partis Hongrois, c’est très difficile » comme le dit Roland et je ne m’y risquerai pas mais l’argumentation de Pierre est valable.

    quant au chiffre « salaire net moyen: 550 euros », malheureusement comme tout une partie de l’economie tourne non declaree, ce n’est pas du tout quantifiable ou alors il faudrait preciser « salaire net moyen declaré: 550 euros » :-/

  11. Pierre Waline a dit :

    @le_butch
    Oui, c’est vrai, la part des revenus non déclarés et de l’économie grise (25% du PIB) est importante en Hongrie: MAIS….il me semble que ce sont les plus favorisés (entrepreneurs, couches supérieures) qui en profitent le plus. Pour ce qui est des salariés a faible revenu (une majorité), j’en connais peu qui se font des revenus supplémentaires grace au noir, faute de temps et d’énergie. Du moins dans mon entourage (et Dieu sait que j’en connais, qui se débattent entre 80 000 Ft par tete de pipe, 180 000 pour le ménage dont plus de la moitié est pompée par les emprunts). Les ministres tres inspirés Matolcsy et Pintér (qui touchent 2 millions) avaient bien déclaré que l’on peut vivre avec 47 000 Ft – 180 euros – par mois (ce que touchent les chomeurs affectés aux travaux d’intéret public – voierie) pour peu que l’on ait chez soi … une chevre !!! (Sic! Il ne plaisantait pas..) /1 euros = 290 ft/.
    Bon, j’avais promis de ne pas me lancer dans ce débat, car le sujet n’est pas simple. La ou le bat blaisse en France: l’immobilier (dont part peut atteindre jusqu’a 40% des gains), alors qu’il pompe effectivement infiniment moins en Hongrie.

    Pour le reste, je sais que la comparaision des tissus politiques France-Hongrie est peu réaliste. J’avais tout de meme voulu réagir a chaud a certaines réactions entendues dans certains médias hongrois, qui mettaient notamment a pied d’égalité les partis prétendus de meme obédience entre les deux pays.

    Election du Président au suffrage universelle. J’ai bien dit que mon idée était irréalisable dans le contexte actuel. Certes, le régime parlementaire devrait a priori convenir, SAUF que dans le contexte actuel, avec cette fameuse majorité des 2/3 (pleins pouvoirs) obtenue pour 5 ans, c’est en définitive le Premier ministre qui désigne le Président. De la mes 4 points d’exclamation cher Magyar (et non pas trois, mais la prochaine fois j’en mettrai 8) sur le supsense qui précede l’élection-bidon de János Áder. A mes yeux, un homme charismatique qui représenterait le peuple face au Pouvoir absolu du Fidesz aurait été plutot sain, mais c »est de l’utopie.

  12. Pierre Waline a dit :

    (PS: Bienvenu mon petit bonhomme a lunettes, apparemment optimiste. L’ordinateur a bien fait les choses, en définitive, en me corrigeant, car je voulais dire 8 points d’exclamation.)

  13. Mes propos seraient donc dictés par Marine Le Pen, et les faits dont je parle des fantasmes issus de mon imagination. Intéressant votre manie du déni. Et bien entendu, énoncer des faits, c’est tout de suite faire preuve de « haine ». Propos peu généreux ? De quelle générosité parle-t-on ? Peut-être faudrait-il être encore plus généreux avec les délinquants ? En ne les arrêtant même plus par exemple ?
    La haine, je la perçois plus dans le bus de nuit parisien quand je vois des bandes de « jeunes » fulminer contre les « babtous » et les « kouffars » quand ce n’est pas contre les « feujs », comme ceux que le « héros martyre Mohammed Merah » a tué de sang froid. Ha mais pardon ce ne sont probablement que des hallucinations, voire de la propagande « haineuse lepéniste » …

    Ensuite, je copie-colle ici mon « éloge » du Jobbik :

    « Mais vous savez pas lire ou quoi ? Le Jobbik ne CHERCHE pas la guerre civile, il s’y résoud, l’envisage (à contre-coeur) ose la supposer, mais ne la souhaite pas !
    On a tous un parapluie chez soi c’est pas pour ça qu’on VEUT qu’il pleuve !
    Une éventuelle guerre civile serait due au nombre toujours croissant de Tziganes et au refus toujours solide de ces derniers de s’intégrer en travaillant et en envoyant leurs enfants à l’école au lieu de les envoyer voler et d’attendre les aides sociales. Surtout qu’ils ont derrière eux les lobby droits-de-l’hommiste qui les confortent dans leur position.
    Quand les Tziganes cesseront leurs exactions ou quand l’état les matera lui-même, les milices disparaîtront d’elles-mêmes. »

    Un peu froid comme éloge … Pour qui sait un tant soit peu lire, il s’agit plutôt d’un type qui regrette que les Tziganes (avec la complicité muette de l’état) se soient laissé aller à un tel niveau d’exactions que les gens, désespérés, en soient forcés à organiser des milices pour faire le travail qui devrait être celui de l’état hongrois malheureusement aux abonnés absents sur la question.

  14. catherine feidt a dit :

    Un écrit qui remet le FIDESZ à sa vraie place sur l’échiquier politique européen et ne s’obstine pas, comme la presse française en général, à dire que c’est « un parti de centre-droit »!

  15. si le score de M.Le Pen , ed son parti, sera confirme’ aussi aux legislatives de Juin il est possible que dans l`avenir des mouvements comme le FN et Jobbik puissent se federer meme au niveau europeen….le probleme dans ce cas serait tjrs le meme : Canaliser le ras-le-bol et la haine ne peuvent pas compenser le vide ideologique e l`absence d`un programme et le jeu, comme on l`a deja’ vu dans le passe’, risque de devenir dangereux…

  16. Qu’il est bon de voir tous les gauchistes qui postent régulièrement sur ce site crier au loup fasciste. La reductio ad hitlerum pour seul argument.

    Le peuple de France ne s’y est pas trompé et a gratifié le franc-maçon, deux fois sénateur socialiste (sic) d’un score minable et le FN d’un score très honorable.

    Oui Karcsi, les fantasmes issus de votre imagination, ceux d’une jeunesse française de souche (ca existe pas hein, mais bizarrement tout le monde sait de quoi on parle) qui se fait emmerder, insulter, racketter par les bandes de racailles. Manque de bol pour nos bonnes âmes de gauche, ces jeunes la se mettent à voter FN en masse…

  17. encageviktor a dit :

    @ François
    « Le peuple de France ne s’y est pas trompé et a gratifié le franc-maçon, deux fois sénateur socialiste (sic) d’un score minable et le FN d’un score très honorable »… sauf que le FN n’est pas au 2nd tour, facho démago que vous êtes!
    On ne risque pas de racketter votre instruction civique. Et manque de bol pour votre jeunesse française de souche, elle peut voter FN en masse, cette masse est de moins en moins existante.

  18. « Et manque de bol pour votre jeunesse française de souche, elle peut voter FN en masse, cette masse est de moins en moins existante. »

    Vous admettez donc un remplacement de population en cours? Remplacement d’une jeunesse de souche qui a existé (de fait selon vous, si elle « est de moins en moins existante ») et remplacée par une autre population? Précisez, ca devient intéressant.

    Quand a me faire traiter de facho par vous, sachez que je prends ca pour un honneur.

  19. Pierre Waline a dit :

    « Francais de souche » ???? Quelle absurdité (pour ne pas dire un aure mot) !
    Tous, autant que nous sommes, sommes issus d’horizons divers, du Sud, du Nord, de l’Est et de l’Ouest. Et ce qui fait notre richesse.
    (Vous me faites penser a ceux qui, ici, se pament sur leur « magyarság », leur « hungarité »…)

    Quant aux voyous, j’en connais pas mal dans les milieux que vous qualifiez « de souche » et pas seulement dans les milieux issus d’Afrique que vous méprisez tant (et dont les ancetres se sont battus pour la France – souvent courageusement- lors des deux guerres mondiales).

  20. @François
    Qu’il est pénible de lire certains fachos qui parlent de racaille lorsqu’il s’agit bien souvent de citoyens français. L’argumentum ad hominem pour seule allégation.

    Rejeter un sénateur parce qu’il est franc –maçon tient de la démagogie et me rappelle un évènement que Pierre nous relatait le 26 avril dernier « Voila maintenant qu’ils viennent de débaptiser une « place de la Liberté » pour la rebaptiser en « place Miklós Horthy».
    C’est bien l’admirable amiral qui a interdit la franc-maçonnerie lorsqu’il était régent…

    Si la jeunesse s’est tournée vers le FN, c’est aussi parce que le discours de Marine est beaucoup plus lissé et racoleur que celui de son père plus méprisant.

    Lorsqu’une jeunesse se met à voter en masse pour une idéologie stigmatisant l’autre, l’air devient tout à coup moins respirable.

  21. « Si la jeunesse s’est tournée vers le FN, c’est aussi parce que le discours de Marine est beaucoup plus lissé et racoleur que celui de son père plus méprisant. »

    Non, c’est parce qu’ils sont en première ligne à subir les conséquences des délires immigrationistes de leurs parents soixante-huitards dans les lycées, les collèges à se faire emmerder, agresser, insulter, racketter.

    A ca rajoutez le socialiste Papandr… pardon Hollande qui s’apprête à plonger le pays dans une cure d’austérité sans precedent et donc a rapprocher la situation des jeunes de celle de la Grèce ou de l’Espagne…

    Le temps travaille désormais pour notre camps, quoique vous disiez. C’en est même jouissif de voire le Titanic bobo social démocrate en train de couler.

  22. Et dans la presse de lundi : « le Titanic refait surface ; Après la galère, une croisière de cinq ans renouvelable »
    Pour que la jouissance se prolonge mon cher François, il va falloir faire preuve onanisme intellectuel !

  23. Merci pour cette article Pierre Walline qui m’a beaucoup intéressé…Même si comme vous le dites il ne prétend pas être exhaustif!
    Je pense que le vote FN n’est pas qu’un vote de jeunes.Dans la petite commune rurale où j’habite le FN est arrivé largement en tête pourtant dans cette commune la population est assez âgée!

  24. Je ne dirais pas comme Eisbrecher que le niveau des articles baisse, mais j’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de tribunes libres et de moins en moins d’articles. Et si toutes les tribunes libres sont publiées par la même personne, ça m’insupporte. Personne qu’on retrouve en plus dans les commentaires des lecteurs ! J’aimais l’époque où les articles étaient écrits par des hongrois. En fait, je me contrefous de ce que Pierre Waline pense. De plus, n’étant pas français, ces comparaisons avec la France commencent à me fatiguer. Parler de Melenchon et de sa « non-couverture » par les media est d’un nombrilisme !

  25. Tenter de replacer les partis politiques hongrois dans un échiquier politique français peut aider les français peu au fait de la politique hongroise de comprendre un peu mieux les tenants et les aboutissants du pays magyar. On peut d’ailleurs faire une organisation différente selon les critères que l’on retient.

    La classification de Monsieur Waline me semble correspondre assez bien à la réalité. Il eut été cependant plus facile de comparer la situation hongroise à la situation italienne dès lors que le Fidesz d’Orban ne semble pas très éloigné de la ligne Berlusconi qui a pu se maintenir au pouvoir facilement grâce aux divisions de la gauche italienne. Il en va de même en Hongrie.

    Cela est toujours triste pour un pays d’avoir une opposition stupide (telle qu’elle se comporte en France, qu’elle soit de gauche ou de droite selon les temps) qui s’oppose uniquement par principe sans aucune argumentation solide… c’est encore pire quand l’opposition n’existe plus faute de combattants assez unis pour s’opposer ensemble : cela laisse le champs libre au parti majoritaire sans aucune chance de débat… ce qui ne remet malgré tout pas en cause la démocratie : les choses changent (cf. l’Italie de nouveau).

  26. le_butch a dit :

    pierre:
    Oui, c’est vrai, la part des revenus non déclarés et de l’économie grise (25% du PIB) est importante en Hongrie: MAIS….il me semble que ce sont les plus favorisés (entrepreneurs, couches supérieures) qui en profitent le plus. Pour ce qui est des salariés a faible revenu (une majorité), j’en connais peu qui se font des revenus supplémentaires grace au noir, faute de temps et d’énergie

    @pierre

    ben en fait meme les entreprises etrangeres (pas toutes mais ca existe assez pour en parler) payent une partie du salaire au noir.
    pour les entrepreneurs, justement quand quelqu’un est salarie a plus de 75% il peut creer sa boite a cote celle ci ne lui coutera rien.
    il pourra travailler le we ou le soir avec ou surtout sans factures…
    cela explique aussi le manque de motivation au travail de certains, ils preferent se reposer au travail et se fatiguer dans leur travail pas declaré.

    en effet, ceux qui se retrouvent reellement coincés sont ceux qui travaillent pour des entreprises 100% dans la legalité et qui n’ont pas le temps ni la force de faire des choses a cote.

    je suis d’accord nous devions, je m’arrete ici :-)

  27. Pezsggö pour tous
    c’est moi qui rince
    Egészségedre.

  28. Pierre Waline a dit :

    Igen, elfogadjuk a pezsgőt ma este !!!!!!!!!
    Köszi, Zsák !

  29. François a dit :

    « C’en est même jouissif de voire le Titanic bobo social démocrate en train de couler »… eh oui, premiere nouvelle ce matin: Angie mets un gros upercut dans la face de Hollande: « Il n’est pas possible de renégocier le pacte budgétaire », qui a déjà été « signé par 25 des 27 États membres de l’Union européenne ».

    Donc exactement comme je le disais, le socialiste Papandr… pardon Hollande s’apprête à plonger le pays dans une cure d’austérité sans precedent et donc a rapprocher la situation des jeunes de celle de la Grèce ou de l’Espagne…

    En clair, passez par la case 1983 sans passer par la case 1981-83, mais avec 1700 milliards de dettes et un pays en quasi recession.

    Je garde le pezsgő au frais.

  30. Ne gardez pas trop longtemps le pezsgö au frais, cher François (votre prénom me réjouit)
    Ce vin pétillant peut se garder des années dans la bonne humeur, mais lorsque l’on attend, avec la gueule de bois et sans fébrilité particulière le troisième round, ce mousseux fini par surir.
    Buvez très vite avant que vos craintes ne vous empêche de digérer les bulles.
    Zsák,

  31. François a dit :

    Aucunes craintes, je devrais pas avoir trop longtemps a attendre pour ouvrir cette bouteille vu la vitesse a laquelle Flamby va accumuler les revers economique et sociaux et se faire detester de la population francaise…

  32. Alternance mon cher François (c’est fou ce prénom, j’ai l’impression de parler au Président).
    Alternance disais-je. Nico détesté pendant 5 ans et un mandat non renouvelé.
    Au bout de au bout nous verrons si François fera mieux

  33. François a dit :

    Nico détesté? Je fais partie de ceux qui le portent tres peu en estime, mais malgre un bilan objectivement catastrophique (500 milliards de dettes en plus, 2 millions de chomeurs en plus) il a perdu a seulement 48.5/51.5.

    Je trouve ca tres honorable!

    Quand a Guimauve le conquerant, je ne lui donne pas un an pour etre aux niveaux de haine qu a connu Sarko.

  34. French Tourist a dit :

    Sa défaite est très honorable, il n’empêche qu’il était détesté.

    Bcp d’électeurs de droite ont voté Sarkozy en se bouchant le nez en votant d’abord et en priorité contre la gauche.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − = 6

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>