La plus grande inondation des 50 dernières années arrive à Budapest ce week-end

Suite à la crue historique du Danube survenue ces derniers jours en Allemagne et en Autriche, la Hongrie se prépare à recevoir, ce week-end, l’une des plus grandes inondations de son histoire. Mardi midi, l’état d’urgence a été déclaré par le Premier ministre Viktor Orbán en personne. Selon les autorités locales à Budapest, ce sont les rives de Buda qui sont pour l’instant les plus menacées.

Inondations côté Buda, automne 2009 crédit : Hu-lala

« D’après nos dernières informations , le niveau du Danube le plus élevé est attendu à Komárom, à Esztergom et à Budapest. Nous avons tous les moyens pour faire face à cette inondation » a déclaré hier le ministre de l’Intérieur, Sándor Pintér. Aujourd’hui, un dispositif de protection renforcé a été mis en place entre Szentendre et Budapest, ainsi que dans les régions de Győr-Moson-Sopron et de Komárom-Esztergom (Nord-ouest du pays).

Viktor Orban et Istvan Tarlos surveillent la montée des eaux crédit MTI

Traversée par le Danube et certains de ses affluents les plus importants, comme la Tisza, la Hongrie est tristement habituée aux inondations. Mais cette semaine, les autorités hongroises s’attendent à l’un des plus grands désastres enregistrés depuis 50 ans.  Avec des prévisions largement supérieures aux dernières grandes inondations du printemps 2010, l’état d’alerte maximal (de niveau 3) a été déclaré. Le maire de Budapest, István Tarlós, a quant à lui annoncé que des évacuations d’urgence sont d’ores et déjà prévues à Óbuda, à Csillaghegy et dans le 3ème arrondissement de la capitale, où le pic de la crue est attendu dimanche.

La Hongrie sur le pied de guerre

Le niveau du fleuve pourrait atteindre 8 mètres 75, soit plus de 3 mètres de plus que son niveau actuel et 15cm de plus que les records enregistrés en 2002 et 2006. Les orages attendus quotidiennement dans les trois prochains jours ne vont rien arranger. Dès mercredi, des digues de sacs de sable seront installées sur environ 700km dans tout le pays. A Budapest, l’île Margit sera interdite à la circulation et encerclée de sacs de sable, les riverains du Danube à Római part seront probablement évacués, tandis que l’eau et l’électricité ont d’ores et déjà été coupées par l’application du plan d’urgence. Le parking souterrain actuellement en cours de construction aux abords du Parlement hongrois, sur Kossuth tér, sera quant à lui rempli d’eau pour compenser la pression exercée par le Danube.

Margit hid mardi 4 juin 2013 - crédit MTI

Les médias hongrois suivent l’évolution de la situation heure par heure. Dès ce soir, les parkings situés de part et d’autre du pont Margit seront évacués. Aux dernières nouvelles, les quais côté Buda seront fermés jusqu’au pont Lágymányosi à partir de 20h, tandis que les voies sur berges côté Pest seront fermées à partir de ce soir à 22h. Les autorités prennent donc les choses très au sérieux et sont prêtes à mobiliser toutes les forces disponibles du pays (8000 soldats et 8000 secouristes) dans  les zones menacées par les inondations. « Si nécessaire, nous pourrons assurer des sauvetages par hélicoptères et par transports amphibiens. Dès lundi, on a commencé à déplacer les services de secours de l’est de la Hongrie vers l’ouest, dans les environs de Győr et Tata »  a précisé Tibor Benkő, à la tête de l’état-major hongrois.

Cette crue historique, provoquant des glissements de terrain meurtriers en Europe centrale, s’est produite à la suite de pluies diluviennes tombées dans les Alpes. Le niveau du Danube a battu tous les records depuis 500 ans au sud de l’Allemagne et en Autriche, en atteignant 12 mètres de haut le week-end dernier. Dans la ville de Passau, proche de la frontière germano-autrichienne, tout le centre historique a dû être évacué. En République Tchèque, environ 9000 personnes ont également été déplacées, 7 personnes sont mortes et 4 personnes sont toujours portées disparues. L’inondation du bassin de l’Elbe a plongé d’immenses zones territoriales sous les eaux et des milliers de foyers sont restés sans eau potable, ni électricité.

Johanna Keresztes et Hu-lala

Articles liés :

Intempéries : la Hongrie a encore les pieds dans l’eau (décembre 2010)