Jobbik : « Vue de Budapest, Manuel Valls apparait comme quelqu’un de très radical »

Dans un reportage diffusé le dimanche 1er décembre sur France Inter intitulé « La Hongrie, au fond de l’Europe, à l’extrême-droite », le député du parti d’extreme-droite Jobbik, Marton Gyongyosi, a fait référence à la politique du ministre français de l’Intérieur Manuel Valls :

« Pour quelqu’un de libéral, nous pouvons sans doute être considérés comme extrêmes, mais pour un million de personnes en Hongrie, ce que nous disons et ce que nous faisons parait tout à fait normal. »

« Si j’en crois les récents sondages, le parti de Marine Le Pen semble être l’un des plus populaires en France et je ne pense pas que les nombreux français qui la soutiennent peuvent être considérés comme des extrémistes. Je sais bien que les médias aiment déformer tout ce que nous faisons, mais quand nous comparons ce que nous faisons et ce que fait votre ministre de l’Intérieur, il y a une différence : vue de Budapest, Manuel Valls nous apparait comme quelqu’un de particulièrement radical. Je pense qu’il faut appeler les choses par leur nom. »

7 Commentaire

  1. vu de….. (sans e)

  2. http://hvg.hu/vilag/20130928_A_franciak_donto_tobbsege_szerint_a_romak

    La France n’est pas « au fond de l’Europe »? Seulement parce que ce n’est pas un « pays de l’est »?
    77% des Francais est rascisste selon l’article.

  3. Ce foutu bonhomme est un SCANDALE ! :@

    De la mauvaise langue de bois, prétendre que pour un « libéral » le Jobbik est extrême, et conclure en disant « il faut appeler un chat, un chat », c’est un peu de la moquerie, non ?

  4. Il faut bien détourner l’attention d’une France raciste et chauviniste à souhait. Et puis cette manie de parler toujours de la Hongrie est curieuse, pourquoi ne parle-t-on jamais de la Slovaquie, qui ne permet pas la double nationalité et où ne pas parler le Slovaque dans la rue peut entraîner une amende de 5000 euros? Sans compter ses partis extrémistes qui parlent directement de déporter tous les Hongrois du sud du pays ou, directement, de les exterminer.

  5. @La rédaction :

    Selon moi, le Ministre Manuel V. fait son travail, il est membre de la gauche et il est socialiste, ce qui n’est pas un souci à mes yeux.

    On peut lui trouver un peu ‘trop’ de fermeté, mais il applique les lois françaises et il ne fait que son travail, venir dire qu’il est incompétent, c’est légèrement excessif et abusé.

    Il est tenu de respecter les règles européennes en vigueur, d’après la libre-circulation et d’autres aspects qui sont discutables par rapport à l’ouverture des frontières. Oui, ce n’est pas une bonne initiative pour tout.

    Peut-être que les journalistes qui ont fait le reportage proviennent par ironie du sort d’un fin fond d’un petit hameau de la France, d’où ils ont titrés ‘étonnamment’ comme : La Hongrie, au fond de l’Europe, à l’extrême-droite.

    L’Etat hongrois se situe en Europe centrale déjà.

    Oui, le Jobbik est un parti d’extrême-droite radicale, et il est plus violent, car il ne faudrait jamais qu’il arrive au pouvoir, de toute façon, moi c’est gens-là, je dis ceci : Plus on fait attention, plus ils ont des voix. Alors laissons-les dans leurs invectives à parias psychoses de frustrés.

    Je cite le député qui a le titre, mais pas le statut de démocrate :

    « Si j’en crois les récents sondages, le parti de Marine Le Pen semble être l’un des plus populaires en France et je ne pense pas que les nombreux français qui la soutiennent peuvent être considérés comme des extrémistes. Je sais bien que les médias aiment déformer tout ce que nous faisons, mais quand nous comparons ce que nous faisons et ce que fait votre ministre de l’Intérieur, il y a une différence : vue de Budapest, Manuel Valls nous apparait comme quelqu’un de particulièrement radical. Je pense qu’il faut appeler les choses par leur nom. »

    Oui, le fonds de commerce de Le Pen se base et s’utilise sur les plus frustrés qui veulent radicalement une politique plus agressive et, voire offensive. Une forme d’extrême d’une droite complexée.

    Où est l’extrême lorsque certains voyous de la ‘magyar garda’ ont été terrorisés des personnes innocentes ?

    Le Jobbik n’a aucun sens des valeurs humaines, mais des frustrations humaines. Ce qui est bien plus radical que le poste ministériel qui a des responsabilités. Il faut même dire que si la Justice hongroise faisait un peu mieux son boulot, elle aurait déjà interdit le Jobbik de siéger. Non pas que la démocratie est interdite de s’exprimer, mais quand autant d’antisémitismes surgit, il faut que les Hongrois réfléchissent un peu aussi.

    Pour moi, il ne faut pas être Israélien pour être une personne de confession juive, sinon ce serait triste…

    Mélanger politique et religion, c’est le risque absolut.

    Ce député parle en son nom. Heureusement que tous les Hongrois, comme moi, nous ne pensons pas ainsi, mais bon la liberté d’expression…

    Udv.

  6. Juste retour des choses, pour celui qui aime tant se réclamer de Clemenceau :-)

  7. Valls si vous le voulez , invitez le !!! et reprenez aussi szarkozy !
    Valls et les socialistes sont une …. totale
    je suis Français et je préfère mille fois la politique actuelle en Hongrie …

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 4 = 20

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>