Budapest : les lomtalanitás, bon débarras !

La ville de Budapest va mettre en place un nouveau système d’enlèvement des encombrants afin de rendre les rues toujours plus propres. Les habitants des immeubles ou des maisons d’un quartier devront se regrouper et décider d’un moment précis pour se débarrasser des objets dont ils ne veulent plus. Une benne sera alors ponctuellement mise à leur service.

A Budapest, le service municipal d’enlèvement des objets encombrants fonctionnait d’une façon assez spéciale. Il y avait les lomtalanitás, quelques jours déterminés pour un arrondissement tout entier pendant lesquels on pouvait se débarrasser de toutes sortes d’objets encombrants en les déposant tout simplement sur le trottoir.

Une fois que les nécessiteux avaient trouvé leur bonheur et donné une nouvelle vie à certains objets, les services de la ville se chargeaient d’emporter tout le reste.

Ces journées, annoncées à l’avance par les autorités de l’arrondissement, donnaient lieu à des scènes d’apocalypse sur les trottoirs du dit arrondissement, où des montagnes d’objets manufacturés, tels que des machines à laver, des téléviseurs, des vêtements ou encore des canapés jonchaient les rues. On pouvait aussi observer des scènes typiques où des groupes de Roms, de clochards ou même d’étudiants assez bien organisés réservaient un emplacement par leur simple présence au milieu des ordures, surveillaient leurs acquisitions et étaient aux premières loges pour profiter des biens dont les habitants des immeubles voisins se débarassaient. Pour les Budapestois c’est à la fois une source de dérangement et une véritable tradition qui va disparaître en 2012.

crédit photo : nepszava.com

Article lié :

Pour que Józsefváros ne soit plus le QG des clochards

4 Commentaire

  1. Une tradition qui disparait, celle de fournir aux plus démunis un apport non négligeable.
    Mieux vaut tout détruire plutôt que de laisser les plus pauvres faire leur choix dans les immondices.
    La Hongrie qui fait du recyclage des déchets son cheval de bataille, on croit rêver!
    Zs

  2. én nem tudom a dit :

    Personne n’a dit que récupérer ce dont certains se débarassent ne sera plus possible…
    On ne peut que se réjouir de voir ce déballage tous les dix metres dans toutes les rues d’un quartier disparaitre. J’avoue que je n’ai jamais compris pourquoi on ne procédait pas ainsi depuis longtemps déja…

  3. « Les habitants des immeubles ou des maisons d’un quartier devront se regrouper et décider d’un moment précis pour se débarrasser des objets dont ils ne veulent plus. »
    Vu le fonctionnement parfait des co-propriétés je ne donne pas 2 ans de vie à ce projet … et on reviendra à l’ancien système, qui fonctionne quoi qu’on en dise. A paris en l’absence d’un système équivalent, c’est en permanence qu’on trouve une montagne à droite et le lendemain à gauche. Est-ce mieux?
    Et être dérangé 2 fois dans l’année, est-ce catastrophique alors qu’effectivement tout une catégorie de population en vit?
    Sans parler du côté folklorique de la chose.
    Enfin, je ne cache pas que cela m’est arrivé (rarement) de trouver une chose ou deux à laquelle je pouvais redonner vie avec un peu d’huile de coude et de peinture. Le cachet en plus.

  4. Zsak: c’est un scandale ces lomtalanitas et je suis bien content qu’il y en ai plus.
    Mais bien sur il faut toujours voir les choses faites par le gouvernment, d’un mauvais oeuil, pour rester dans le politiquement correct (même quand celui ci est ridicule)

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 5 = 8

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>