La campagne sexy de l’INSEE hongrois pour recenser (aussi) les jeunes

Comme pour conjurer le sort démographique de la Hongrie, le Bureau central des statistiques (KSH) compte sur un succès du prochain recensement (du 1er au 31 octobre prochains) auprès de toute la population hongroise. Ainsi, KSH a publié mercredi dernier une vidéo osée sur le web et les réseaux sociaux pour convaincre la jeunesse hongroise de répondre au recensement en ligne.

La vidéo diffusée par KSH montre une jeune femme seins nus et équipée d'un fouet qui ouvre la porte à un agent du recensement. Ce dernier, réalisant le caractère inopportun de sa visite, lui propose de se faire recenser en ligne.

Le déclin démographique de la Hongrie inquiète les gouvernements hongrois depuis de nombreuses années, mais malgré son caractère inexorable, la droite actuellement aux affaires ne cesse d'encourager les familles nombreuses. Depuis plus d'un an, la grande majorité des démographes s'accordent à dire que la Hongrie est passée en dessous de la barre symbolique des 10 millions d'habitants.

Cette certitude a d'ailleurs été confirmée en août dernier par le Bureau lui-même, qui estimait la population hongroise à 9 968 000 habitants, en constatant la baisse constante des naissances par rapport aux décès. Au premier semestre 2011, la Hongrie comptait près de 1,6 décès (66034) pour 1 naissance (41586).

Un recensement très inclusif

Les flux migratoires des Magyars et des autres Européens sont bien plus importants qu'au dernier recensement (2001). Aussi, la pratique du recensement auprès de la "génération Internet" est quelque peu tombée en désuétude. Enfin, les recensements auprès de la minorité Rom sont depuis trop longtemps approximatifs. Avec un recensement en bonne et due forme, il y a un petit espoir d'obtenir de meilleurs chiffres, quitte à rogner sur l'identité magyare du pays.

D'autant qu'en Hongrie, la nostalgie est à la mode et on s'intéresse aussi beaucoup aux recensements ethniques dans les pays voisins. Mais ces "Hongrois-là" ne rentreront pas en ligne de compte, tout comme ceux qui vivent à l'étranger depuis plus de 12 mois. Par contre, les statistiques souhaiteront la bienvenue aux étrangers déclarés résidents en Hongrie depuis trois mois seulement.

Le recensement sur le terrain

Plus de 37 000 agents de recensement parcourront la Hongrie pour collecter des données durant tout le mois d'octobre. Ce recensement 2011 devrait non seulement dessiner précisément la démographie du pays, mais également reccueillir des données économiques, sociales et culturelles. Il n'aura cependant pas vocation à décrire les hobbys intimes des Hongroises, comme on pourrait le penser en regardant la vidéo.

Compter sur les Roms pour compter les Roms

Un grand recrutement de Roms a également été lancé pour renforcer les effectifs d'agents, en particulier pour recenser la population rom. Selon KSH, les agents issus des minorités sont essentiels pour recenser au sein des minorités. Et dans le cas des Roms, la tâche est conséquente. Au recensement de 2001, seulement 190 000 Hongrois recensés avaient déclaré appartenir à la minorité rom du pays, alors que selon plusieurs études sociologiques qualitatives durant les années 2000, on comptait entre 600 000 à 800 000 Roms en Hongrie. Deux tiers d'entre eux auraient été déclarés "hongrois" à l'époque, non par patriotisme, mais plutôt par peur d'être "pénalisés" et discriminés.

Un calcul "gagnant - gagnant"

Penser que la promotion du recensement des Roms vise à gonfler les chiffres serait donc malveillant. Il est bien plus probable que cette promotion serve à la fois les représentants roms, qui pourraient alors revendiquer un meilleur statut de minorité au vu de leur grand nombre, et les politiques publiques de l'Etat hongrois qui pourraient être améliorées. Par exemple, sans un bon recensement, le grand projet d'intégration des Roms présenté pendant la présidence hongroise de l'Union européenne par l'eurodéputée rom Livia Jaroka - une politique ciblée sur les microrégions - tomberait à l'eau.

Ce serait également l'occasion de mettre fin au tabou du nombre de Roms en Hongrie, si cela est toutefois possible...

Articles liés :

L’inexorable déclin du peuple magyar

Le seuil démographique des 10 millions est imminent

Bientôt moins de 10 millions d'habitants !

Le gouvernement veut promouvoir le mariage

Consultation pour la nouvelle Constitution : une « prime citoyenne » aux familles nombreuses ?

Des taxes partout, sauf sur les familles nombreuses


Marqué dans : , , , ,

2 Réponses »

  1. Je vois que les hongrois sont toujours obsédés par la prostitution...

  2. Bah oui, il faut bien compter les Roms,ça fera plus de popoulation et montrera que ce nouveau recensement n'aura pas été manipulé.
    Messieurs et Mesdames du gouvernement hongrois, débarassez-vous des préjugés et affrontez la réalité : à 101 ans pile du grand recensement hongrois qui a révélé que 52% de la polpulation hongroise était constituée de minorités et que dans l'enclave magyarophone sicule de Transylvanie vivainet à l'époque juste 240 Hongrois (mélangés aux Sicules), il faut bien admettre qu'à côté des Hongrois il y a bien 100.000 Juifs et presque quinze fois autant de Roms. Pour la part des Sicules, malgré leur récent rush pour les passeports magyars, ils continuent à se déclarer Roumains et à payer leurs impôts à Bucarest.

Laisser une réponse


Veuillez noter : les commentaires étant modérés, il peut y avoir un délai dans l'affichage. Il n'y a pas besoin de soumettre à nouveau votre commentaire.