«Grosse salope», «Sale Juif»,…, le fichage selon le syndicat étudiant HÖK

Par Vincent Baumgartner

Les principaux médias hongrois (d’opposition et pro-gouvernementaux) ont rapporté mardi que le syndicat étudiant (HÖK) de la faculté des lettres de l’université ELTE a établit des listes d’étudiants selon leurs origines ethniques et leurs préférences politiques et religieuses. Il a été suspendu par le recteur.

La liste établie en 2009 comprend les noms de 600 étudiants aux côtés desquels est notée l’orientation politique, évaluée par une lettre (a,b,c,d…), et des commentaires, dont la plupart sont sexistes – les membres du HÖK auraient consulté les profils Facebook et Iwiw des nouveaux étudiants – et parfois à caractère raciste : « bon catholique, conservateur », « grosse salope », « probablement tzigane », « sale juif »…

Le vice-président du HÖK de l’époque, Silhavy Máté, a reconnu être l’auteur de ces listes, tout en niant énergiquement avoir écrit ces commentaires. Pour sa défense, Silhavy affirme que de nombreux étudiants ont eu accès au fichier Excel et que quelqu’un s’est probablement amusé à passer plusieurs heures à rajouter des commentaires à d’anciennes listes. Notons que Silhavy est depuis devenu un membre très actif du parti Jobbik.

Naturellement le HÖK-BTK nie toute responsabilité et accuse ATV, la chaîne d’information de gauche de tenter de les discréditer. ATV est connue pour être relativement peu objective, mais plusieurs médias de droite ont également confirmés l’information.

Jobbik – qui vient de réitérer son appel à recenser les députés possédant une double nationalité au parlement –  a dénoncé un complot avant de prendre ses distances avec le syndicat. Sa jeune député Dúró Dóra a déclaré dans le « Magyar Hirlap » que « Jobbik n’acceptait pas que les gens soient listés selon leurs origines ethniques et raciales« .

Le HÖK – BTK a été suspendu par le recteur mercredi. Les syndicats étudiants hongrois sont financés par le gouvernement (au moment des faits, en 2009, par le gouvernement socialiste), et sont en général peu appréciés de la majorité des étudiants et ont la réputation d’être corrompus et à la botte du pouvoir.

Jobbik, le 1er parti des étudiants

Les partisans de Jobbik sont nombreux au HÖK de la faculté des lettres d’ELTE, mais pas seulement. Selon une étude publiée samedi par AFM, un tiers des étudiants (universités et hautes écoles) se dit prêt à voter Jobbik en cas d’élections. En deuxième position se trouvent les libéraux-verts du LMP avec 29%, la Fidesz n’arrive qu’en troisième positions avec 24% et finalement le MSZP et DK ferment la marche avec respectivement 7% et 5%.

La faculté des lettres d’ELTE est également le principal foyer de contestation contre les réformes de l’éducation supérieure voulu par le gouvernement. Depuis plusieurs jours, des militants du réseau étudiant (Hallgatói Hálózat – HaHa) – dont la crédibilité est actuellement en chute libre – occupent une des salles de l’université et ont organisé hier une manifestation… qui n’a pas rassemblé grand monde.

De nombreux professeurs d’ELTE sont également opposés aux réformes, un réseau enseignant (Oktatói Hálózat) a également été créé. Le HÖK – BTK ne semble pas apprécier le soutient de certains enseignants aux étudiants protestataire, le syndicat a donc appelé le rectorat a prendre des mesures contre les enseignants en question. Mardi matin, le rectorat a refusé de prendre en compte la demande du HÖK.

Sources : HVG.hu, MNO.hu, TV2, btkhok.elte.hu, barikad.hu

4 Commentaire

  1. « Depuis plusieurs jours, des militants du réseau étudiant (Hallgatói Hálózat – HaHa) – dont la crédibilité est actuellement en chute libre – occupent une des salles de l’université et ont organisé hier une manifestation… qui n’a pas rassemblé grand monde. »
    D’ou tenez vous ceci? (la crédibilité en chute libre)?

    De nombreux professeurs d’ELTE sont également opposés aux réformes, un réseau enseignant (Oktatói Hálózat) a également été créé. Le HÖK – BTK ne semble pas apprécier le soutient de certains enseignants aux étudiants protestataire, le syndicat a donc appelé le rectorat a prendre des mesures contre les enseignants en question. »
    et cela?

    aussi, nous expliquer les raisons de ce que vous avancez pourrait etre constructif…

  2. « La crédibilité en chute libre…. »
    Les médias ont révélé les liens qui existent entre HaHa et les tentatives du retour au pouvoir de Bajnai.
    HaHa est donc largement manipulé par ce dernier et les responsables étudiants ont également reconnus á la Télé que les mémes manipulateurs sont dans les coulisses de leur mouvement que dans celui de Bajnai.

  3. Le HaHa dont la crédibilité est en chute libre (ou manipulée par Bajnai comme le dit « Attila »), ‘ATV dont le manque d’objectivité est bien connu etc.
    Le HÖK est ouvertement instrumentalisé par le Jobbik depuis des années et s’est constamment opposé aux HaHa, utilsation force, intimidation etc. qui est un mouvement constestataire réel (pas plus récupéré par Bajnai ou le LMP ou n’importe qui, comme c’est le cas pour les mouvements constestataires étudiants en général, en France aussi).
    Par contre c’est ATV /connue pour son manque d’objectivité selon vous/ qui a osé dénoncer les comportements étranges du HÖK, ce n’est après que l’affaire des listes a explosé.
    Question: pourquoi c’est toujours ATV qui ose dire ce qui se passe réellement sur le terrain, c’est cela le manque d’objectivité? L’objectivité c’est de surtout rien dire et laisser faire et gober la propagande officielle (qui veut enterrer le plus vite possible le mouvement estudiantin)???
    Au passage la marche de la faim a également été accusée de récupération par les socialistes, par les mêmes médias (objectifs d’après vous, pas comme ATV).Mais je vois que l’auteur est hyper objectif, ça me rassure puisqu’il cite Barrikad, le journal du Jobbik. Bien sûr on peut s’alimenter à toutes les sources, mais l’auteur est si courageux qu’il n’ose pas citer ATV dans ses sources. Citer Barrikad c’est normal, citer ATV, ah, non. La honte.
    Pourtant ATV ne fait que son boulot, être sur le terrain et raconter ce qui se passe, ce que devrait faire les autres télés aussi, si elles bossaient normalement, Bien sûr avec un filtre idéologique, mais au moins, on peut se faire une idée de ce qui se passe dans le pays.

  4. Citer atv ce n’est pas la honte comme dit « kodati », mais lui accorder la moindre crédibilité c’est de la naiveté. Il suffit de regarder les émission de kálmán olga ainsi que les nouvelles (qui commencent quasiment tous les soirs par les nouvelles d’israel comme si la capitale de la Hongrie était jérusalem et non pas Budapest…) pour voir que c’est une propagande libéraux assez primitive. Par contre, si vous vous renseignez de hírtv ou encore mieux de echotv, vous verrez que leurs émissions comme panaszkönyv ou encore péntek 8 révélent courageusement la vérité et parlent des sujets qui intéressent la socitété et non seulement une « élite » totalement désintéressée par le bien du pays.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 5 = 7

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>