West Balkan : la mort du « phoenix » des clubs

La désorganisation et la bousculade du samedi 15 janvier, qui ont tourné au drame et ont tué trois jeunes filles, ont eu raison du club mythique de Budapest, qui s’était réinstallé à la Skala métro de Nyuagati ter il y a un an. C’est sur leur site Internet que les propriétaires du West Balkan viennent d’annoncer la fermeture définitive de l’établissement.

Rappelons tout de même que, pour ceux qui connaissent Budapest, WB n’est pas simplement célèbre pour la tragédie du 15 janvier. L’enseigne l’était aussi pour la qualité de ses programmes, le choix unique de ses lieux il y a encore trois ans (sur Futó utca), mais WB était surtout célèbre pour sa capacité à renaître de ses cendres et à se relocaliser après avoir subi, le plus souvent, des fermetures par la loi de l’immobilier qui sévit si souvent dans certains quartiers désaffectés de Budapest depuis des années.

Pour une fois, sa fermeture est due à sa propre négligence et également un peu par malchance. Car pendant des années, il faut bien admettre que ce n’étaient pas les normes qui garantissaient la sécurité des jeunes clubbers, mais bien l’esprit qui régnait dans les lieux où ils se retrouvaient. En ce sens, la fin du WB, cette fin-là en tous cas, c’est peut-être aussi la fin d’une époque, celle de l’insouciance libérale qui donna à Budapest sa « movida ».

Articles liés :

Un « deuil » un peu spécial

Budapest : soirée mortelle à West Balkán

Un commentaire

  1. coooooooool on va finir par mourrir d’ennui comme en France ! ^_^

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 5 = 2

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>