Viktor Orbán, que Dieu lui vienne en aide

N’y a-t-il que les prières qui puissent encore sauver le 1er ministre hongrois ? Des personnes se sont rassemblées mardi pour une prière collective à Budapest. Une manifestation de leur soutien à Orbán, « spontanée » selon l’agence MTI, mais pas si sûr…

Szent-IstvanMardi, des retraités enthousiastes ce sont réunis devant l’opéra pour affirmer leur soutien indéfectible au gouvernement et prier pour leur « Viktor bien-aimé », répondant à l’appel du maire de Csepel (le XXIème arrondissement de Budapest), Szilárd Németh qui, on l’aura compris, appartient au groupe Fidesz-KDNP (les chrétiens-démocrates).

« L‘opposition a de nouveau lancé une attaque brutale contre Viktor Orbán. Chacun combat avec ses propres armes. Battons-nous aussi ! Récitons le plus de fois possible une prière de bénédiction pour Viktor Orbán », pouvait-on lire le jour précédent sur la page officielle de la mairie, csepel.hu. Szilárd Németh a aussi recommandé à ses partisans de diffuser cette prière au plus grand nombre.

Les retraités qui, comme le relève amusé Népszabadság, « n’avaient rien de mieux à faire », étaient bien moins nombreux que les manifestant anti-gouvernementaux du 2 janvier. Par ailleurs et ce n’est pas un détail, il a été découvert que les manifestants, munis de la seule pancarte « le peuple aux côtés du gouvernement », ont été réuni par la chaîne de télévision conservatrice Écho TV,  contrairement à ce qu’affirmait une dépêche de l’agence de presse hongroise MTI selon laquelle il s’agit d’une action spontanée.

Malheureusement cette prière n’a pas eu beaucoup d’effet à ce jour. Selon un sondage de l’Institut Ipsos paru le 12 janvier, la cote de la Fidesz serait tombée à 16% en décembre dernier. Á l’heure actuelle 57% des électeurs hongrois se détournent des partis et 84% des personnes interrogées pensent que le pays va dans la mauvaise direction. En outre, le sondage relève que l’opposition est incapable de profiter de l’effritement de la Fidesz : sur une note de 1 à 100, les sondés ont noté également la Fidesz et l’opposition, 19 chacun.

Vers quoi les ardents militants de la Fidesz vont-ils se tourner si l’effritement se poursuit et pour arracher leur Viktor des griffes du FMI et de l’Union européenne ? Le chamanisme ? La sorcellerie ? Ou, qui sait, pourrons-nous assister un jour à des sacrifices d’animaux sur la place Kossuth !

Sources : NOL, csepel.hu, HVG

18 Commentaire

  1. Demander aux gens de prier, ceci me rappelle les gens à qui on demandait de pleurer en décembre dernier en Corée du Nord.
    Delà à ce que les hongrois soit obligés de pleurer eux aussi, il y a un pas que je ne veux pas franchir.
    Zs.

  2. Non Mais LOL quoi! Bientot ils bruleront les sorcieres?

  3. quand je disais que les hongrois de tous les jours ne sont ni fidesz ni extreme droite ni concernes par la politique mais plutot concernés par essayer de s’en sortir au mieux… les sondages le prouvent…

    la hongrie n’est pas ce pays d’extreme de droite decrit par les medias comme on voit maintenant que les pays du magreb ne sont pas des pays d’integrites musulmans. chacun veut vivre au mieux dans un monde moderne. mais les extremistes sont malheureusement ceux qui s’exportent mediatiquement le mieux.

  4. Bonjour. Je ne sais pas si cela arrive a certains mais depuis Budapest, hu-lala.org n’est pas toujours accessible … obligé de faire cela depuis un serveur en France et via « Lynx » … début de contrôle ?
    [geek]Et désolé si certaines fautes de frappes venaient a être faites … essayez d’écrire un commentaire en ligne de commande :) [end geek]

  5. Tout à fait d’accord avec Le_Butch…
    Dans le Sud de la Hongrie, le site s’affiche, mais est assez lent pour la page d’accueil. Je dois attendre une bonne minute pour avoir autre chose que du blanc…

  6. Aucun probleme depuis le bureau… Ceci dit mon Internet a été coupé depuis 1 semaine dans mon immeuble. Certainement pas connecté a la viktature, ne soyons pas paranos : )

  7. Il est temps de créer une ONG pour rattrapper tout ca: 57 pour cent des électeurs s’éloignent des partis. Il faut donc une autre solution.

  8. @ Christine. Bien content de lire un petit mot de Christine du sud de la Hongrie,
    Meilleurs voeux à vous et à vos proches.

    @ Julien. Pour que ce soit plus lisible vous devriez éviter tous les accents.

    Zs.

  9. sais plus quoi dire :-)

  10. Kedves Tony?
    Tu es un petit peu perdu et ton commentaire me fait bien rire.
    Il faut bien te dire que bon nombre des intervenants ici se connaissaient depuis bien avant les évènements de 2011/201212
    Comme toujours, et moi le premier, nous sommes  » hors sujet »
    Il n’y a que Le_butch, qui lui est toujours sérieux et puis aussi Magyar qui fait souvent du deuxième degré.
    Il y a aussi Zoltan qui n’est pas là pour l’instant et qui nous manque beaucoup.
    Pierre Waline vient de temps à autre nous dire bonjour et nous recommander un de ses essais toujours instructif.
    Manu, un puits de connaissance.
    Ah oui! j’oubliais Nudiword , Fer , Goulash et puis tous les autres.
    Et zut, J’ai dû en oublier pas mal. Bocsánat
    Zs.

  11. Olivier Moulon a dit :

    @ Zsàk,

    Même si V. Orban n’est pas catholique , dans le rite du même nom , au moment de la prière universelle
    (appelée aussi intentions de prière) il y a quatre catégories de formulation.

    1° Pour l’Eglise , le Pape , le peuple des baptisés…
    2° Pour les responsables politiques (quelque soit leur couleur politique)
    3° Pour les personnes malades…
    4° Pour la communauté rassemblée à l’instant T
    Je connais beaucoup d’assemblées qui priaient régulièrement aussi pour l’équipe gouvernementale précédente MSZP… je précise qu’elles ne comptaient pas de Coréens du Nord (malheureusement…)
    Bonne fin de nuit
    OM

  12. Bonjour Zsák,

    Celà me fait très plaisir que tu ne m’as pas oublié, Si je n’intervient plus c’est parce que je me sens aussi un peu dépassé par les événements qui se passe en Hongrie. Je suis un peu déçu de la politique d’ Orban. et je me sens contrarié d’avoir mis beaucoup d’espoir en lui pour qu’au final, je pense que vous aviez tous raison depuis le début. Mais bon tant que Hu-lala seras là pour nous informez entre temps nous garderons un espoir pour que tout cela se stabilise le plus vite possible. :-)

    Bonne continuation à tous. :-)

  13. Nous allons donc prier Olivier!

    1) Pour les nécessités de l’Église universelle -la liberté religieuse, etc.
    2) Pour les affaires publiques et le salut du monde -la paix, la justice sociale, etc.
    3) Pour ceux qui souffrent – pauvreté, maladie, chômage, persécution, etc.
    4) Pour la communauté locale -prions pour nous, etc

    A chacun sa lecture des Saintes Écritures.

    Zs.

  14. Paul Trianon a dit :

    Szia,

    Ce qui arrive politiquement aux hongrois n’est pas une particularité – comme voudraient le faire croire ceux qui ne s’intéressent à elle que pour la stigmatiser – sur le thème du « comment peut on ete hongrois » et « ces gens la sont de l’est » . Non toute l’Europe est dans une crise profonde de nature économiqe a un degré plus ou moins avancé en fonction du passé national ( état de l’industrie, dettes , …etc) ;
    Le probléme est bien sur particuliérement marqué dans les anciens pays communistes passés ensuite par une phase affairiste ( caricature d’un développement rationnel bien sovent, basé sur des subventions et des privatisations à la va vite). Et politiquement le résultat est le même partout : désaveu des partis de gouvernement aprés qu’on les ait essayé et comme ils soutiennent l’Europe de Bruxelles jugée à tort ou à raison comme agent de cette crise et de l’agression contre les états nation;
    A partir de la le sondage évoqué ne me suprend pas . Mais une remarque toutefois dire que le hongrois de la rue n’est pas d’extreme droite , certes , mais en conclure que le balancier ne part pas franchement vers la droite c’est méconnaitre les lecons de l’histoire. « Ni droite , Ni gauche » n’est pas un slogan d’une ONg mais le slogan des ligues Francaises des années 30 .

    Alors prier dans le contexte n’est peut-etre pas ce qu’il y a de plus absurde ;-) .

    Ah un truc aussi ce matin ca y est j’ai entendu un groupe de gros ploutojournalistes francais qui tapaient tous sur la Hongrie de Orban , mais bon sur la hongrie et réclamaient qu’on la prive de son droit de vote à Bruxelles ….

    Vous comprenez pouquoi j’ai pris Trianon comme pseudo ?

  15. Bien sûr, là, on commence à avoir un trianon 2.

    La différence, à mon sens, c’est que les hongrois ont tort de s’accrocher au Trianon 1, ils sont largement responsables des clauses du Traité de Versailles.

    Pour le Trianon 2, ils ont davantage raison. Néanmoins, si au lieu de s’acheter des voitures de super luxe, les nouveaux capitalistes hongrois avaient investis leurs capitaux en Hongrie, la Hongrie n’en serait pas là non plus.

    Pour le Trianon 1, les torts étaient partagés aussi…

    La solution, face aux niveaux des prix en Hongrie, de plus en plus ressemblants à l’Ouest, serait de tripler le salaire minimum. Parce qu’on à beau dire, 78500 forints de salaire minimum brut, soit 200 euros net, ce sont des clopinettes. Cela fera moins dans les escarcelles des super riches, mais comme ils se sont montrés particulièrement irresponsables au niveau de l’investissement, que les travailleurs les plus modestes puissent à leur tour consommer un peu. De plus, eux, au moins, paieront des taxes sur des produits hongrois, et créeront des emplois nationaux.

    Les réponses à la Crise générale se trouvent aussi en Hongrie.

  16. Paul Trianon a dit :

    @Nudiworld ;

    Pas certain de partager vos solutions mais j’approuve par contre tout à fait votre constat : la solution des problémes des hongrois se trouve d’abord en Hongrie;

    pour pouvoir tripler le smic hongrois ( en pensant que c’est possible) il faut bien résister aux délires ultra-libéfraux de la commission européenne.
    je comprends que le projet de constitutionnaliser les 16 % d’impots de orban soit un peu « limite dogmatique écolde de chicago » mais quand par contre il essaye d’empécher les trusts étrangers de ne pas payer d’impots en Hongroie pour leurs activités en Hongrie Orban est dans le vrai.

    Par ailleurs ce que vous dites sur les « nouveaux rices  » qui n’ont jamais investi réellement en Hongrie , c’st vrai aussi pour l’ancienne majorité socialiste , non ?

    ils se sont bien gavés eux aussi.

    par ailleurs oui les torts sur trianon sont partagés mais en France vous ne trouverez pas grand monde y connaissant quelque chose ( le 1 ou le 2 ) et ceux qui prétendent en parler dans les médias sont antihongrois parfois de faon caricaturale . C’est tout simplement scandaleux.

  17. Bon, quand je dis tripler, je gonfle sans doute, malheureusement pour les hongrois. En revanche, vu le niveau des prix, il faudrait l’augmenter notoirement et régulièrement.

    Pour les nouveaux riches, je ne connais pas suffisamment l’histoire de la Hongrie, pour savoir qui ils sont à l’origine. Je m’appuis sur ce que je vois dans la rue depuis 10 ans que j’y vais. Il y a beaucoup trop de voitures de luxe, de nouvelles maisons « immenses », des produits de consommation parmi les plus chers.
    Je comprends aussi que certains après la période communiste aient voulu rejoindre le niveau général européen. Il serait temps que les hongrois fassent le point, comme le font la plupart des pays émergents. Priorité à l’investissement national. D’ailleurs, ce que tous nos candidats à la présidentielle nous disent depuis quelques semaines… en France.

    D’accord pour les journaleux anti-hongrois, mais les choses évoluent. Je remets le lien concernant trois articles de « Marianne ». Le lien concerne le troisième article, il faut lire les deux premiers en cliquant sur les liens en bas d’article. On commence à faire la part des choses… en France.

    http://www.marianne2.fr/Comment-Orban-est-devenu-un-Chavez-de-droite-3-3_a214339.html

  18. Une très petite défaillance!

    Fin décembre petite manifestation suite au vote d’une loi qui rend responsable les socialistes des crimes des anciens communistes. L’ancien premier ministre est interpellé par la police.
    C’est la trêve des confiseurs. Allumés par l’arrestation d’un ancien premier ministre, les journaux de la presse internationale envoient des journalistes inoccupés à cette manif annoncée par Reuters.
    Le lendemain tous font un papier assez négatif du pouvoir en place. Suite à cela, tout s’enchaine et d’autres se déchainent.
    Viktor est dribblé ce jour là par Gyurcsany, des reporters du monde entier restent à Budapest pour expliquer à leurs lecteurs ce qui se passe en pays magyar. Comme disait un ami, en ce début janvier 2012, la météo est clémente et la perle du Danube vaut bien un petit séjour! Les journalistes s’incrustent et s’aperçoivent ,après avoir gratter le vernis, que la démocratie en Hongrie vaut bien plus qu’un papier rédigé à la va vite…

    Zs.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 × 6 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>