Une palinka pour Barack!

La semaine prochaine, Barack Obama se rendra en République Tchèque, pour marquer sa rencontre prévue avec son homologue russe Dimitri Medvedev. Le Président des Etats-Unis devrait en profiter pour allonger son séjour à Prague et s’entretenir avec plusieurs chefs d’Etat d’Europe Centrale.

Le Premier ministre hongrois Gordon Bajnai sera donc lui aussi présent dans la capitale tchèque. En guise de souvenir diplomatique pour ses derniers jours au poste de Premier ministre, Bajnai pourrait bien saluer Barack en hongrois et lui demander par la même occasion s’il a « la pêche »… On l’imaginerait presque lui offrant un carton de bouteilles de palinka. Barack Obama est un américain très populaire à l’étranger (là où les Etats-Unis ne mènent pas de guerres bien entendu), et il le rend en général assez bien. Il ne sera alors peut-être pas si difficile pour le discret, mais non moins anglophone Gordon, d’avoir plus d’affinités avec lui que le Président français, lui aussi d’origine magyare.

Le décalage Sarközy – Obama

La visite officielle de Barack Obama à Prague devrait enfin intéresser la presse américaine, sur fond d’actualités internationales et de dossiers à grands enjeux. Ces derniers jours, les médias outre-Atlantique ont littéralement boudé la rencontre « people » à la Maison Blanche entre le Président des Etats-Unis et son homologue français Nicolas Sarkozy, alors que les médias de l’hexagone n’ont presque parlé que de cela.

Un décalage (de taille!) qui met d’autant plus la puce à l’oreille quant à la réelle relation de séduction, à sens unique, entre les deux hommes. Il faut dire que le dîner privé des couples présidentiels Sarkozy – Obama était plutôt placé sous le signe de la détente et de la communication, les questions d’ordre politique étant passées au second plan. L’affichage volontaire, en France, de ce rapprochement « sexy » mais néanmoins mondain et surfait, n’a finalement d’égal que le tout nouveau site de l’Elysée, une contrefaçon à 100 000 euros de celui de la Maison-Blanche, plus modeste d’ailleurs sur la présentation du Président lui-même.

Une amitié pour un minimum diplomatique

Le Président français s’est apparemment remis de la «claque» reçue par son parti lors des dernières élections régionales. En reprenant sans retenue son train de vie qui lui a valu la réputation de président « bling-bling », il a retrouvé son naturel. et est apparu détendu et tout sourire à New York, ville qu’il affectionne particulièrement pour les projecteurs qui sont braqués sur elle, mais aussi pour ses fameux T-Shirts de policiers, chers aux scénaristes de séries américaines.

Pour Nicolas Sarkozy et « ses » médias, ce dîner à la Maison Blanche symbolise tout l’ « intérêt » que Barack Obama lui porte. Un intérêt que ne partage guère la presse américaine, beaucoup plus amusée par sa petite taille qu’intéressée par son discours à l’Université de Columbia. En France aussi, certains ont cru bon de constater que le Président français avait pris soin d’apporter sa propre estrade dans ses bagages, pour ses discours au pupitre.

Le couple Sarkozy, qui a aussi joué le grand Amour tout au long de ce week-end, est le huitième couple présidentiel invité à diner à la Maison Blanche depuis l’investiture du nouveau Président. Espérons pour Nicolas, qui ne parle qu’un certain français, que Carla ne se soit pas trop amusée de lui en anglais avec Michelle et Barack.

Retour aux choses sérieuses avec Medvedev

Après avoir obtenu l’adoption du Congrès de sa réforme sur la santé et ses deux jours de « détente » avec le couple Sarkozy, Obama devrait donc se replonger, la semaine prochaine, dans les affaires sérieuses. Sur les terres de la « jeune Europe », en opposition à « la vieille », telle que les faucons de son prédécesseur se plaisent à la surnommer, il évoquera ses projets en matière de politique étrangère, auxquels la France dit « amen » désormais. Sa rencontre avec Dimitri Medvedev sera très attendue. Il sera bien sûr question de terrorisme international après le récent attentat meurtrier dans le métro de Moscou. Le nouveau traité START sur la régulation des armes nucléaires devrait également être signé.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 × 7 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>