Une journée contre le racisme sur fond d’actu brûlante

C’était la journée des manifestations à Budapest ! Pas moins de quatre étaient organisées ce lundi dans la capitale hongroise, dont deux pour dénoncer le racisme anti-rom et les groupes d’extrême-droite qui sévissent dans les campagnes. Mais il faut bien avouer qu’elles n’ont pas été très mobilisatrices…

Budapest bouillonne d’activistes aux causes diverses mais il faut croire que le racisme, le nucléaire ou encore la culture sont des thèmes faiblement mobilisateurs par les temps qui courent en Hongrie et réservés à un petit nombre d’« intellos bobos » de la capitale.

Orsolya Jeney, présidente d’Amnesty International-Hongrie (Hu-lala)

Une centaine de personnes se sont tout d’abord réunies sur la place Kossuth pour protester contre les agissements des groupes d’extrême-droite à Gyöngyöspata. Les associations d’ « autodéfense » ont quitté les lieux depuis mais projettent déjà de nouvelles actions dans d’autres villes et villages de l’Est de la Hongrie. Ildiko Emese Nagy, organisatrice de la manifestation, a récité le premier paragraphe de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Aladár Horváth, président de « Roma Polgárjogi Mozgalom » (Le mouvement pour les droits civiques des Roms) a estimé qu’ »à Gyöngyöspata, ni la police, ni le gouvernement n’a fait son travail » et affirmé que « le devoir de l’État est de protéger les communautés pauvres et les minorités par tous les moyens ». Le philosophe et président d’honneur du Zöld Baloldal, Tamás Gáspár Miklós, a dénoncé un « terrorisme néo-nazi« . La lecture de poèmes et un chant traditionnel tsigane ont donné une touche d’émotion certaine à la manifestation.

Amnesty et les tambours de Budapest

Deux heures plus tard, rebelote devant le ministère de l’Intérieur, mais avec un public différent et une ambiance plus militante, sous le haut-patronage d’Amnesty International, très en vue ces derniers temps. Quelques dizaines de personnes étaient présentes – dont beaucoup d’étudiants étrangers de la Central European University – sur fond de rythmes de percussions pas toujours très heureuses… Amnesty a dénoncé l’inaction de la police sur place et la passivité de l’Etat. Vendredi dernier, le premier ministre Viktor Orbán a affirmé avoir demandé à son ministre de l’Intérieur Sandor Pintér de mettre un terme aux agissements de ces « milices ». Jusque-là, l’Etat hongrois s’était retranché derrière le fait qu’en l’absence de violence physique directe, il ne lui était juridiquement pas possible d’intervenir. Il est regrettable que les deux manifestations ne se soient pas regroupées pour donner un peu plus de poids et de crédibilité au mouvement.

Greenpeace contre le nucléaire et Tüzrak tér pour la culture

Dans la soirée, Greenpeace a allumé des bougies en signe de solidarité avec le Japon et en hommage aux victimes du tremblement de terre et du tsunami et a souhaité que la catastrophe nucléaire qui y menace incite la Hongrie à sortir du nucléaire. Greenpeace estime que la centrale nucléaire de Paks ne présente pas des conditions de sécurité suffisantes.

Pour achever cette journée de protestations dans la capitale, le célèbre kért « Tüzrak tér », condamné à la fermeture définitive dans les jours prochains, a ouvert ses portes pour présenter des programmes spéciaux toute l’après-midi et la soirée [Hu-lala publiera un article sur ce sujet demain, ndlr].

Articles liés :

Le spectre de heurts interethniques en Hongrie

Portrait de Nikolett Mohácsi : militante rom

La ségrégation pour éviter « la guerre civile »

Tensions communautaires en vue

L’ordre et la sécurité, mais pas ceux de la Magyar Garda

Nucléaire :

LMP réclame une révision de la centrale nucléaire de Paks

Culture :

La fin de l’insouciance des nuits budapestoises ?

Emission du 5 février sur Tilos Radio : les clubs s’organisent

Budapest serre la vis à ses noctambules

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 7 = 0

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>