Un petit pas pour l’humanisme, un grand pas pour LMP

András Schiffer, leader LMP qui, à titre anecdotique, aurait été l’avocat de Viktor Orbán dans une vieille affaire, a bien résumé la situation du parti dans ses tous premiers mots, dimanche soir, à l’annonce des résultats : « merci la Hongrie. Ce résultat est une grande victoire pour le LMP, qui entre dans l’Histoire en devenant le quatrième parti du pays« .

Le jeune parti « humaniste » hongrois a à peine un an (à ne pas confondre avec « Humanista Part », parti avec lequel ils s’étaient associés en 2009 lors des élections européennes), et entre déjà au Parlement. L’utopie positive (écologie, intégration des Roms, transparence et lutte contre la corruption) qu’il propose a réussi à séduire suffisamment pour être représentée après le second tour (entre 5 à 10 sièges), mais force est de constater que ce n’est pour l’instant qu’à Budapest que LMP suscite un réel intérêt à l’alternative qu’il propose.

A Budapest : LMP 12,76% vs Jobbik 10,78% !

Alors que la montée de l’extrême droite inquiète, il est intéressant, voire rassurant, de noter que LMP bat Jobbik dans un de ses fiefs, à Budapest. Ce jeune parti, principalement composé de jeunes citadins intellectuels de gauche, reste encore très peu connu dans les campagnes où, au contraire, Jobbik et sa Magyar Garda ratissent très large (comme dans la région déshéritée du nord est, Borsod-Abaúj-Zemplén, ou Jobbik réalise plus de 27% !).

Personne n’y croyait

En réussissant à obtenir plus de 90 000 soutiens et ainsi à avoir 92 candidats à travers tout le pays, LMP pourrait bien commencer à se faire connaitre un peu partout dans le pays. D’abord, souvent ignoré par les médias, qui ne les prenaient pas beaucoup au sérieux, LMP a toujours réussi à faire parler de lui grâce à des happenings, symbole d’expression des masses de la nouvelle génération. Leur entrée au Parlement les place dorénavant comme un parti incontournable en Hongrie, deuxième force politique dans une gauche en pleine recomposition, ce qui leur permet d’espérer poursuivre leur ascension.

Une position d’agitateur critique

S’ils ont franchi une première étape très vite, le plus dur est devant eux : ils ont quatre ans pour convaincre qu’ils peuvent changer eux-mêmes les choses en Hongrie. La tâche s’annonce très délicate, dans un Parlement qui sera composé aux deux tiers par le Fidesz. Mais le LMP aura tout de même un beau rôle, celui d’agitateur et d’opposition constructive au gouvernement. On peut donc compter sur leur enthousiasme et leur imagination pour continuer à faire croire en la possibilité d’une autre politique, tel que le nom du parti l’indique, mais laquelle exactement?

Articles liés :

« Unité, ordre, sécurité » : « V » comme Viktor

Chronique politique : les partis politiques hongrois « pour les nuls » (5/5) LMP

Pas facile de faire de la politique « autrement » en Hongrie?

Un commentaire

  1. lisbeth salender a dit :

    super le titre !

    petit clin d’oeil à… zut, c’est pas Louis, c’est l’autre…
    ah oui Neil…
    LS

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 8 = 32

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>