Un colloque anticapitaliste pour disséquer la pauvreté en Europe centrale et orientale

Du jeudi 4 au samedi 6 novembre, des forces de la « gauche sociale anticapitaliste » européenne organisent un colloque intitulé « Comment sommes-nous devenus pauvres ? » (« Hogyan lettünk szegények ») pour tenter d’apporter des réponses au fléau de la pauvreté en Europe centrale et orientale. Il sera organisé conjointement par TIT Kossuth Klub Egyesület et les éditions hongroise et d’Europe du Centre et de l’Est du Monde diplomatique.

Jeudi et vendredi, des intervenants issus de divers pays de l’Europe centrale (Hongrie, Pologne, Bulgarie, etc.) et de France, sociologues, économistes, anthropologues, historiens et journalistes, apporteront un éclairage particulier au phénomène du développement de la pauvreté et de l’exclusion sociale en Europe.

On notera particulièrement, jeudi après-midi, les présences de Francis Wurtzdéputé honoraire du Parlement européen et ancien président du groupe parlementaire de la Gauche unitaire européenne –  et de László Andor, Commissaire européen pour l’Emploi, les affaires sociales. Le colloque s’achèvera samedi matin  par des propositions communes des participants du colloque en vue de combattre la pauvreté en Europe centrale et orientale. Les conférences seront proposées en hongrois et en français avec traduction simultanée.

Cette initiative n’intervient pas au hasard car 2010 a été décrétée « Année de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale dans l’Union européenne ». Il n’est pas inutile de rappeler qu’en Europe centrale, un dixième de la population vit dans une profonde misère et l’exclusion sociale ; qu’un tiers de la population est touchée la pauvreté et qu’à l’heure actuelle, plus d’un million et demi de personnes en Hongrie, soit un quart des foyers, sont confrontées à de grosses difficultés financières et à une situation d’endettement lourd.

Lieu du colloque : Kossuth Klub (Budapest VIII., Múzeum utca 7.)

Programme détaillé et infos complémentaires sur le site « Magyar Diplo »

6 Commentaire

  1. Ben, c’est pourtant simple. Il y en a qui sont devenus pauvres, parce que d’autres sont devenus riches…

    Si la gauche sociale « anticapitaliste » ne comprend pas ça ???

  2. le zongrien a dit :

    La pauvreté et la richesse sont de tres vieux comperes sur cette planete du bout de la galaxie. La vraie question est pourquoi n`y a-t-il pas de travail pour tout le monde et pourquoi ceux qui ont un emploi en Europe Centrale sont la plupart du temps payés au lance-pierre alors que les prix a la consommation sont pratiquement les memes partout en Europe? La question n`est pas bien compliquée mais la réponse est encore plus simple: l`Union Européenne est une expérience de laboratoire qui est en train de tourner a l`aigre. La solution? arreter l`expérience aussi vite que possible. Merkel et Sarko ont compris, eux et d`autres vont comprendre aussi mais malheureusement -comme toujours- nous les zongriens serons les derniers a nous accrocher a la barcasse pourrie de l`UE. Comme il avait raison de Gaulle, l`UE n`est qu`un grand machin pour amuser les cabris cabriolants que sont les politiciens professionnels qui sont trop tir-au-cul pour etre vendeurs de bagnole d`occase.

  3. le zongrien a dit :

    En ce qui concerne particulierement la Hongrie, c`est vrai que quelques milliers de zongriens sont devenus euro-millionaires grace a la corruption politique mais ca n`est surement pas ces millions-lá qui manquent dans l`escarcelle de la population. La premiere cause de la pauvreté en Europe est la main-mise de toute une flopée de multinationale sur l`économie et la destruction du tissu des petites et moyennes entreprises par ces sangsues géantes. C`était le prix a payer pour faire l`adhésion á l`UE… Une autre cause de la misere en Hongrie est que la population est á la fois trop agée et tres souvent malade. Ca n`est plus un secret que lerégime communiste de Kádár a stoppé la natalité pour augmenter momentanément le niveau de vie général. Une autre particularité de la Hongrie est le tres grand nombre (personne ne sait vraiment combien) de roms dont la grande majorité vit des allocations familiales et s`est de ce fait spécialisé dans la fabrication de bébés a la chaine. Il ne reste qu`á espérer que l`économie hongroise finira par renaitre de ses cendres et que le petits roms ne deviendront pas á leur tour des fabricants d`autres petits roms, faute d`autre moyens de subsistence. Quoi que… on se demande avec quoi le pays pourrait payer encore longtemps les roms a rien fiche d`autre que de se multiplier sans fin.

  4. Un peu dur comme constat Le Zongrien…; et pour les Roms et pour l’UE !

    Je rappelle juste que l’UE a au moins le mérite de lever des problématiques sur une forteresse un peu pourie de l’interieure certes, mais forteresse indispensable du fond de la Nyugat – Dunantul aux iles Chausey.

    L’europe est une europe a deux vitesses certes, mais prennons juste 3 exemples concrets impossible sans l’UE:

    http://www.hu-lala.org/?p=9778 (Audi qui investit en Hongrie / analyse trés juste de Christian sur cette article)

    – Les mesures de Natura 2000 pour mon fief normand

    – Enfin sans le programme Erasmus je n’aurai jamais pu gouter aux charmes d’autres femmes que les francaises

    Etant un optimiste, je suis un pro-UE

  5. le zongrien a dit :

    Le normand, les usines a bagnoles comme Audi sont un drole d`exemple. Ces usines viennent en Hongrie parce`que les salaires sont env. cinq fois moindres qu`á l`Ouest et ca, ca veut dire deux choses: primo, chomage pour l`Ouest, secundo garantie de durabilité pour des salaires de misere a l`Est. Vive le grand bazar libre du Traité de Lisbonne eh? Pour ce qui est de la protection de l`environnement, je vois pas vraiment ce que peut ou pourrait faire l`UE et ne pourraient pas faire les pays européens chez eux et dans le cadre de traités inter-états. Aujourd`hui comme hier, la protection de l`environnement c`est tout bon quand ca arrange les grandes boites á fric et pure blabla le reste du temps. Just un exemple, chez vous en France l`industrie de l`alu continue depuis des années á déverser les boues rouges dans la Mediterranée et ca n`a pas l`air de trop gener Bruxelles spas? Pour ce qui est des zongriennes, t`as rien découvert, les russes et les allemands venaient les butiner et lutiner en Hongrie bien avant Erasmus et beaucoup d`entre elles ont un ancetre dans l`armée de Napoléon, probablement souvent meme un ancetre normand.

  6. Nudiworld ecrit: « Ben, c’est pourtant simple. Il y en a qui sont devenus pauvres, parce que d’autres sont devenus riches…

    Si la gauche sociale « anticapitaliste » ne comprend pas ça ??? »

    La gauche européenne voit la richesse comme une seule tarte à partager. Pour les capitalistes il y a une quantité illimitée de tartes. Tu crois que les riches ont une plus grosse pointe tarte et qu’il en reste moins pour les autres. Ce n’est pas le cas car les riches et les entrepreneurs sont ceux qui produisent les tartes que les autres se partagent via l’impôt qu’ils paient.

    En somme ce que tu dis c’est que tu préfères que les pauvres soient plus pauvre POURVU que les riches soient moins riches.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 × 4 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>