Turquie : L’incroyable confession de Pal Schmitt

Dans la longue liste des peuples qui ont envahi le territoire de l’actuelle Hongrie au cours de son histoire, les Turcs ne sont généralement pas ceux qui ont laissé le plus mauvais souvenir aux Hongrois. Pour le président de la République Pal Schmitt, c’est peu de le dire…

Un timbre de la Magyar Posta représentant la bataille de Mohacs (1526)

« Je considère que c’est une réelle chance pour nous que d’avoir été gouvernés par les Turcs durant 150 ans« , s’est exprimé de manière tout à fait inattendue Pal Schmitt, sur le dossier de l’adhésion turque à l’UE, soutenue par la Hongrie. C’était lors de son voyage en Espagne il y a deux semaines pour y rencontrer le roi Juan-Carlos et son premier ministre José-Luis Zapatero, dans une interview accordée au quotidien espagnol ABC, qui est passée relativement inaperçue avant que le quotidien turc Willayet (la Nation) ne se jette dessus.

« Je considère l’ancienne souveraineté turque en Hongrie durant 150 ans comme une réelle chance » insiste t-il. […] Si notre pays avait été conquis non pas par les Turcs mais par d’autres peuples, ils nous auraient obligés à adopter leur langue et leur religion. Nous aurions été purement assimilés. Les Turcs ont brillé par leur tolérance. La Hongrie a été, pendant 150 ans, un territoire stratégique pour les Turcs« , s’est expliqué de  manière tout à fait lucide le président hongrois.

Concernant l’intégration européenne de ses anciens maîtres ottomans – soutenue officiellement par la Hongrie et par l’ensemble de son échiquier politique depuis la gauche jusqu’à l’extrême-droite – Pal Schmitt a reconnu que  « L’intégration d’un pays musulman fort de 100 millions d’habitants nécessite du temps« .

Dans le même élan, Pal Schmitt envisagerait-il de faire retirer des programmes scolaires la comptine « Katalinka, szállj el! » ? « Coccinelle, envole-toi. Les Turcs arrivent! Ils te mettront dans le puits de sel. Ils t’en retireront. Ils te mettront sous la roue. Ils t’en retireront. Ils te mettront dans un four, ils t’en retireront. Voilà les Turcs qui arrivent, ils vont bientôt venir te tuer. »

Le Sultan Soliman le Magnifique a conquis Buda en 1541 qui est resté le siège d’un gouverneur turc jusqu’en 1686, soit pendant 145 ans.

Article lié :

Le billet de Patochka : « Allons enfants ! »

2 Commentaire

  1. Es a golya-golya gilice, mitöl véres a làbad és tàrsai?…

  2. L’idéal serait alors de rattacher la Hongrie à la Turquie. Cela ferait une « Grande Turquie » bilingue.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − = 6

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>