Mots-clés associés : "terrorisme"

Budapest – Bamako 2013, au-delà du danger

Budapest – Bamako 2013, au-delà du danger

25 janvier 2013 à 8 h 58 min 0 commentaire

Le départ du huitième rallye transaharien Budapest – Bamako sera donné aujourd’hui à 14h depuis le Budapesti Kongresszusi Központ à Buda (XII ker.), malgré les avertissements du ministère des Affaires étrangères. Les participants pourraient courir des risques importants dus au conflit actuel dans le nord du Mali et à la prise d’otages récente au sud de l’Algérie. Dans un communiqué publié mercredi, le ministère des Affaires étrangères hongrois a considéré que le rallye annuel ferait mieux d’être annulé ou reporté cette année, pour des raisons de sécurité. Plus d’infos : budapestbamako.org Articles liés : Des nouvelles du Budapest – Bamako 2010 Budapest-Bamako : Interview exclusive avec les organisateurs du rallye Les autorités appellent à l’annulation du Budapest-Bamako Budapest-Bamako, aux origines du rallye saharien

Interview : quand Carlos était un roi en Hongrie

Interview : quand Carlos était un roi en Hongrie

17 novembre 2011 à 11 h 09 min 0 commentaire

Le second procès du révolutionnaire marxiste et terroriste Ilich Ramirez Sanchez, aka Carlos, s’est ouvert il y a quelques jours à Paris. Il est jugé pour quatre attentats commis en France en 1982 et 1983. Une bonne raison pour HU-lala d’interviewer le journaliste hongrois László Liszkai, auteur de « Carlos, à l’abri du rideau de fer », une enquête sur les années hongroises du « chacal ».

Manifestation de Jobbik, fête nationale du 23 octobre 2010 (HU-lala)

Le présumé terroriste György Budaházy dans la tourmente

31 mai 2011 à 7 h 27 min 1 commentaire

Les victimes témoignent. Sándor Csintalan, ancien membre du parti social-démocrate hongrois (MSzDP), et présentateur TV, a raconté au cours du procès de Budahazy comment il s’est fait tabasser par 4 hommes aux visages dissimulés derrière des masques de ski, un soir, dans un parking.

Des nouvelles du Budapest-Bamako

Des nouvelles du Budapest-Bamako

27 janvier 2010 à 0 h 01 min 0 commentaire

Ce n’est décidément pas un rallye comme les autres ! On se souvient que la menace terroriste agitée par le ministère hongrois des affaires étrangères avait finalement eu raison de la volonté des organisateurs et de son directeur, Andras Polgar, de mener la course jusqu’à Bamako, au Mali. C’est donc vers Agadir, au Maroc, que les participants font route. Il y seront vendredi. Enfin… pas tous les participants, car les plus téméraires d’entre eux ont quitté la route officielle lundi, au niveau de Laayoune au Maroc, bien décidés à rejoindre Bamako, comme cela était prévu !

Le sort de deux détenus inquiète la presse britannique

Le sort de deux détenus inquiète la presse britannique

25 janvier 2010 à 7 h 15 min 0 commentaire

Les deux hommes d’affaires britanniques, Michael Turner, 27 ans, et Jason McGoldrick, 37 ans, sont accusés d’avoir escroqué 134 clients, il y a six ans à Budapest. La justice hongroise a émis des mandats d’arrêts européens à leur encontre au mois d’août dernier. Les deux compères se sont rendu aux autorités hongroises le 2 novembre espérant, un peu « innocemment », être amenés à comparaître devant le tribunal. Au lieu de cela, ils ont été menottés et jetés directement en prison. Ce qui est en cause ici, c’est l’utilisation abusive du Mandat d’Arrêt Européen (MAE). Il a été conçu dans le cadre des mesures anti-terroristes, dans l’atmosphère ultra-sécuritaire post-11/09/2001, avec pour objectif d’accélérer et de simplifier les mesures d’extradition d’individus suspectés de crimes graves et de terrorisme. 9000 ont été émis en Europe au cours de l’année 2007. Il parait donc évident que cette mesure est largement détournée pour traiter des cas mineurs, comme il paraît être le cas avec ces deux britanniques dont la fraude portant sur un montant de £ 18.000 « seulement » ne les place, à priori, pas dans la position de dangereux terroristes. « Ce mandat d’arrêt est inapproprié et doit être ré-examiné », a déclaré Lord Dartmouth, un membre du Parlement européen. « J’ai été traité avec une courtoisie exemplaire … mais ce n’est pas le sujet. Ils ont été extradés sur la base qu’ils allaient être poursuivis en justice, et en fait ce qui se passe c’est que les autorités sont seulement en train de rassembler les preuves », a-t-il déclaré à l’issue d’une visite à Budapest la semaine dernière. « La loi hongroise est en complète harmonie avec la proposition cadre de la Commission européenne régissant la délivrance du mandat d’arrêt européen« , lui a rétorqué Gabriella Skoda, porte-parole du parquet à Budapest. « En Hongrie, vous pouvez émettre un mandat d’arrêt européen à l’étape de l’enquête, sans que la procédure ne conduise à une accusation. » Un système « difficile, bureaucratique et notoirement lent » Le quotidien anglais The Guardian, qui suit l’affaire de près, a qualifié le système pénal hongrois de « difficile, bureaucratique et notoirement lent. » Et pour cause, Turner et McGoldrick pourraient rester emprisonnés jusqu’à deux années sans être inculpés. The Guardian met aussi en cause leurs conditions de détention jugées « difficiles » : Après plus de 80 jours de détention, ils n’ont été interrogés qu’une seule fois par la police, n’ont droit qu’à une heure d’exercice par jour, à une douche par semaine, et à une visite par mois.

Les autorités appellent à l’annulation du Budapest-Bamako

Les autorités appellent à l’annulation du Budapest-Bamako

14 janvier 2010 à 15 h 06 min 0 commentaire

Dans un communiqué tombé aujourd’hui, le ministère des Affaires Etrangères hongrois a appellé les organisateurs du rallye trans-saharien Budapest-Bamako a annuler la compétition en raison de risques terroristes au Mali et en Mauritanie. Les organisateurs du rallye maintiennent le départ, samedi matin. Selon ce communiqué, de nouvelles informations émanant de services secrets d’autres pays de l’Union européenne confirment que le rallye pourrait être pris pour cible par des terroristes appartenant à la mouvance Al-Qaeda, de plus en plus présente entre le Mali et la Mauritanie, traversés par les compétiteurs. La course doit être lancée depuis le Hungaroring de Budapest ce samedi matin et il semblerait que cette déclaration n’y change rien. Contacté par Hulala, le directeur de la course Andras Polgar a déclaré que ces nouvelles informations allaient impliquer des changements dans l’organisation de la compétition, mais a affirmé que le départ serait donné comme il était prévu, et ce, quoi qu’il arrive. Quelques jours plus tôt, les organisateurs du rallye avaient d’ailleurs affirmé que l’annulation n’avait même pas été envisagée, lorsque des prises d’otages s’étaient déroulées, au mois de décembre dernier. Article lié: Budapest-Bamako, aux origines du rallye saharien