Mots-clés associés : "rom"

Attaques anti-Roms : le gouvernement promet 70 millions HUF pour les victimes et leurs familles

Attaques anti-Roms : le gouvernement promet 70 millions HUF pour les victimes et leurs familles

10 mars 2014 à 9 h 59 min 1 commentaire

L’Etat hongrois s’engagerait à verser près de soixante-dix millions de forints en compensation aux familles des victimes des meurtres roms, soit environ 225 000 euros.

Photo d'illustration : la Polgárorség en patrouille à Tiszavasvari (HU-lala.org)

Les lamentations des Tziganes de Cigánd

20 mars 2013 à 9 h 31 min 4 commentaires

Les Tziganes habitant à Cigánd sont harcelés par les policiers qui les verbalisent pour n’importe quelles raisons. Des policiers ont été envoyés dans cette petite ville suite à de nombreux cambriolages. Résultat : une flopée d’amendes infligées aux Tziganes. Une personne s’est vu sanctionnée pour ne pas avoir marché sur le trottoir – sauf qu’il n’y avait pas de trottoir.

Zsolt Bayer, un ami qui vous veut du bien…

Zsolt Bayer, un ami qui vous veut du bien…

14 janvier 2013 à 14 h 33 min Comments are Disabled

En ce début d’année 2013, un article d’opinion signé Zsolt Bayer a accaparé l’actualité hongroise. Rédigé en réaction à un fait divers banal, ce papier provocateur a été publié le 5 janvier dans les colonnes du Magyar Hírlap, un quotidien conservateur proche de la Fidesz (parti au pouvoir en Hongrie). Plus d’une semaine après sa publication, il suscite encore beaucoup de commentaires et d’émotion à Budapest.

Bago Ferenc sur sa page Facebook

En Hongrie, des Roms aussi veulent leur milice

18 septembre 2012 à 7 h 42 min 25 commentaires

Personne ne l’a encore vue en action, mais toute la presse en parle déjà. Une association d’auto-défense a été créée, pour « protéger les Juifs et les Tsiganes » des milices d’extrême-droite, à Pécs, 5ème ville du pays. Après la Magyar Garda, la Roma Garda.

Dans le 8ème arrondissmeent de Budapest (Crédit : Benoît Braban)

« Partout en Europe, le moteur de l’anti-tziganisme, c’est la peur du pauvre »

7 septembre 2012 à 8 h 00 min 16 commentaires

Entretien avec Ludovic Lepeltier, diplômé en géographie de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris), auteur d’un mémoire de recherche sur les processus de marginalisation de la grande précarité à Budapest et membre du réseau Urba-rom. Ludovic Lepeltier est aussi un contributeur occasionnel de HU-lala.

Nyócker : quand le ghetto rom de Budapest se met en scène

Nyócker : quand le ghetto rom de Budapest se met en scène

7 mars 2012 à 11 h 06 min 9 commentaires

Nyócker! est le nom d’un film d’animation hongrois réalisé en 2005 par Áron Gauder. Avec un rendu graphique proche de la série Southpark, il raconte l’amourette entre un jeune tzigane Richie Lakatos et une jeune roumaine Julie Csorba dans le ghetto rom du 8e arrondissement de Budapest. Si le film est peu connu du grand public français, il a pourtant reçu le prix du meilleur film d’animation du festival d’Annecy en 2005. Cette production originale est dans une certaine mesure symptomatique de l’ethnicisation du ghetto dans les représentations dominantes mais aussi et surtout de l’appropriation et la revendication de codes culturels spécifiques, propres aux jeunes du quartier. Le travail d’Eszter György, doctorante en sociologie travaillant sur cette thématique permet de bien comprendre les enjeux que cette production recouvre.

Recensement : les Roms montent au créneau

Recensement : les Roms montent au créneau

27 octobre 2011 à 8 h 11 min 0 commentaire

Les opérations de comptage du 15ème recensement qui a débuté le 1er octobre touchent à leur fin. Combien sont les Roms à avoir revendiqué leur appartenance ethnique ? La question obsède tout le monde, à commencer par les Roms eux-mêmes. Il faudra attendre sans doute plusieurs mois avant la publication des premiers résultats.

Les milices n’ont qu’à bien se tenir

Les milices n’ont qu’à bien se tenir

5 mai 2011 à 17 h 24 min 0 commentaire

Le parlement a adopté un amendement au Code Pénal portant sur « des comportements de « provocations antisociales » qui pourraient intimider les individus appartenant à des minorités nationales ou ethniques, les communautés raciales ou religieuses et qui pourraient être sanctionnés de trois années d’emprisonnement », a rapporté MTI au début de la semaine.

Hejöszalonta, avril 2011 (HU-lala/Corentin Léotard)

Premier accrochage majeur entre Roms et miliciens d’extrême-droite

27 avril 2011 à 13 h 10 min 8 commentaires

Cela fait plusieurs semaines que Hu-lala, informé par des sources locales de la tension extrême qui règne dans certains villages, alerte sur le risque de heurts interethniques dans les campagnes de Hongrie. Hier soir à Gyöngyöspata, une rixe entre Roms et miliciens de Véderö a fait quatre blessés, dont un grave.

Journée internationale des Roms: entretien avec l’activiste indépendant Béla Radics

Journée internationale des Roms: entretien avec l’activiste indépendant Béla Radics

8 avril 2011 à 5 h 41 min 0 commentaire

Béla Radics se définit lui-même comme un activiste indépendant pour les droits des Roms. Dans le blog qu’il développe, il rend compte de la situation des Roms en Hongrie, avec un œil très critique tant sur les autorités hongroises que sur les représentants Roms.

Rapport d’Amnesty : le gouvernement hongrois se défend

Rapport d’Amnesty : le gouvernement hongrois se défend

14 novembre 2010 à 22 h 57 min 5 commentaires

Dans un communiqué sur son site internet, le ministère hongrois de la justice a contesté le rapport d’Amnesty International publié mercredi dernier, selon lequel la Hongrie était « incapable de protéger » sa population rom. « La Hongrie dément fermement certaines déclarations, notamment celles dénonçant les autorités hongroises comme « incapables de protéger les communautés vulnérables. [...] Les autorités hongroises travaillent activement pour détecter les crimes commis à l’encontre de tout citoyen hongrois, qu’il soit Rom ou non,  et les meurtriers d’individus roms ont déjà été inculpés au mois d’août, grâce à l’efficacité du travail des enquêteurs. », peut-on lire dans ce communiqué. Le ministère de la justice estime que si « la capacité de la Hongrie a protéger ses citoyens a été affaiblit », c’est en raison d’une « mauvaise gouvernance ces dernières années ». Une façon de se décharger sur les socialistes, au pouvoir de 2002 à 2010. Si le gouvernement reconnaît que de tels crimes ont eu un « impact extrêmement négatif sur l’ensemble de la société hongroise », il tient à préciser qu’ « ils sont exceptionnels, sans précédent, et extrêmement rares en Hongrie », ajoutant qu’ils ont été condamnés par toutes les figures politiques démocratiques. Dans ce communiqué, les autorités hongroises rappellent aussi que l’intégration européenne de la minorité rom est l’une des priorités de la présidence hongroise de l’Union européenne. Article lié : Amnesty international analyse les crimes racistes en Hongrie

Les spots de Jobbik refoulés par MTV et Magyar Radio

26 septembre 2010 à 20 h 29 min 1 commentaire

Les spots de campagne pour les élections locales du 3 octobre du parti d’extrême-droite Jobbik ne sont pas les bienvenus sur les médias publics en raison de leur caractère offensant à l’encontre de la minorité rom de Hongrie. C’est en tout cas comme cela que la radio publique hongroise, Magyar Rádió, a justifié sa décision de les bannir de ses ondes. Jobbik compte bien faire appel auprès de la Commission nationale électorale. « MTV n’a même pas daigné avertir Jobbik que les spots ne seraient pas diffusés », a déploré la porte-parole du parti, Dóra Dúró à MTI. Elle a estimé, de façon fort peu convaincante, que les spots de campagne n’enfreignent pas la loi, comme l’a affirmé MTV, car « Jobbik emploie l’expression de « crime tsigane » au sens criminologique et non au sens ethnique.« 

Tony Gatlif : la voix des Roms

Tony Gatlif : la voix des Roms

26 février 2010 à 10 h 24 min 0 commentaire

C’est mercredi qu’est sorti en salles le dernier film de Tony Gatlif, Liberté. Il y est question d’un chapitre mal connu de l’histoire européenne du vingtième siècle : le sort réservé aux Tsiganes en France pendant la deuxième guerre mondiale. C’est une nouvelle pièce à ajouter à l’œuvre de Gatlif en faveur de la connaissance de la culture tsigane à travers l’Europe. Une filmographie qui compte de nombreux succès dont le fameux Gadjo Dilo – qui retrace les tribulations d’un jeune français interprété par Romain Duris jusque dans un village tsigane de Roumanie – et plus récemment Transylvania. « Ne pas dévaluer l’holocauste » « Les peuples nomades n’ont pas d’histoire, ils n’ont que de la géographie », a dit Gilles Deleuze. Et pourtant ils en ont une d’histoire. Au vingtième siècle, le nazisme a conduit plus de 200.000 d’entre eux à la mort dans les camps de concentrations. Certains historiens parlent d’un demi-million de victimes. Ce n’est qu’une estimation grossière, le chiffre exact n’est pas connu et ne le sera jamais. Cette dimension de la seconde guerre mondiale a souvent été occultée. Les Roms qui ont fait de « Porajmos » (« leur » Shoah) un tabou sont en partie responsables de cette lacune des livres d’histoire. Leur culture fondée sur l’oralité et leur manque de représentativité n’a pas plaidée non plus en leur faveur. L’ampleur du génocide contre les Juifs y a aussi beaucoup contribué. En 1984, le président de l’Holocaust Memorial Council, Elie Wiesel – venu dénoncer l’antisémitisme en Hongrie il y a quelques mois –  avait rétorqué à Simon Wiesenthal qui plaidait pour que les Roms soient représentés dans ce Conseil qu’« il ne fallait pas dévaluer l’Holocauste ». [1] Pendant ce temps en Hongrie… Dans les endroits branchés de la capitale, on les cantonne à un folklore pour bobos, qui s’émerveillent volontiers des prouesses artistiques de ces drôles de gens hirsutes, mais qui vivent dans des immeubles bien propres car, comme le précisent systématiquement les agents immobiliers, « Il n’y a pas de Tsiganes ». « Réduire les autres à ce qu’ils offrent de bizarre à nos regards », a appelé ça Paul Valéry (voir la photo). Les dernières élections, les européennes de juin 2009, ont été l’occasion pour l’extrême hongroise de en faisant campagne sur « la criminalité rom ». Nul doute que son représentant le plus légitime, le Jobbik – qui a fait des Roms, aux côtés des Juifs, ses ennemis naturels –  n’aura aucun scrupule à cristalliser sur ce thème, aux élections à venir, la colère de la population fragilisée par la crise économique internationale et la gouvernance désastreuse du pays ces dernières années. L’opération ne sera pas bien difficile. Il lui suffira de pointer leurs taux de délinquance, de criminalité et de chômage bien supérieurs à la moyenne nationale. Il lui suffira aussi de parler démographie pour prouver, chiffres à l’appui, que leur natalité bien supérieure au reste de la population hongroise (ce qui n’est pas une performance en soi) fait d’eux une bombe à retardement. Le Front National pose les bonnes questions, mais donne des mauvaises réponses, avait dit Laurent Fabius, à une autre époque et dans un autre pays. Le Jobbik ne pose pas que des mauvaises questions… Les principaux intéressés et leurs défenseurs pourront lui répondre que, sur la seule base de leur appartenance ethnique, les Roms sont victimes de discrimination à tous les étages de la société. Ils pourront aussi rappeler les assassinats à caractère racistes dont ils ont été victimes l’année précédente et le manque d’ardeur de la police à trouver les coupables, tant que les institutions internationales ne s’étaient pas emparées de l’affaire. La voix de Gatlif va-t-elle porter jusqu’en Hongrie ? Aura-t-on la chance de voir Liberté sur les écrans hongrois ? Rien n’est moins sûr… [1] Amnesty International : La mémoire « trouée » d’un crime de masse Articles liés : Wiesel : « La honte de votre nation » La « question rom » selon Bajnai Discrimination à l’école: Strasbourg surveille la Hongrie En France, tous les Hongrois ne sont pas les bienvenus L’OPAC slovaque paie des Roms pour s’expatrier Ca sent la poudre chez les Roms Tensions communautaires en vue