Mots-clés associés : "ONU"

Une manifestation en faveur des sans-abri organisée par le collectif "A varos mindenkié" (Photo : Leeb Adam)

Sans-abri : l’ONU critique la Hongrie

20 février 2012 à 7 h 46 min 3 commentaires

Deux expertes des Nations Unis sur les Droits de l’Homme ont épinglé la Hongrie sur la question des personnes sans-abri, la semaine dernière, estimant que la législation hongroise dernièrement mise en place criminalise le fait d’être sans domicile fixe.

Hejöszalonta, 2 avril 2011 (Corentin Léotard/HU-lala)

L’ONU estime que la situation des Roms s’est dégradée en Hongrie

6 juin 2011 à 6 h 55 min 2 commentaires

A l’issue d’une visite de 5 jours en Hongrie, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le racisme, Githu Muigai, a divulgué via un communiqué de presse les premiers résultats de son étude. HU-lala les a reproduits partiellement ici.

Viktor Orban "fraîchement" accueilli au parlement européen le 19 janvier

Vers un nouveau clash entre la Hongrie et l’UE ?

21 avril 2011 à 21 h 34 min 3 commentaires

L’adoption de la nouvelle Constitution pourrait-elle déclencher un scandale européen comme ce fut le cas avec la loi sur les médias ? C’est fort possible…mais cela n’aura sans doute pas d’effets.

Ban Ki Moon en visite en Hongrie ce dimanche

Ban Ki Moon en visite en Hongrie ce dimanche

13 avril 2011 à 12 h 21 min 0 commentaire

Le Secrétaire général de l’ONU fera une étape ce week-end à Budapest au cours d’une tournée centre-est européenne qui le conduira successivement en République tchèque, en Hongrie, en Ukraine et en Fédération de Russie.

Roms : L’ONU s’en mêle à son tour

Roms : L’ONU s’en mêle à son tour

1 novembre 2010 à 23 h 10 min 1 commentaire

L’ONU a vertement critiqué la Hongrie, jeudi dernier, pour la situation de sa minorité rom. L’organisation internationale s’est inquiétée des « mauvais traitements » et des « discriminations » dont les Roms sont victimes sur le territoire hongrois. Les Roms demeurent au centre de l’actualité internationale en ce mois d’octobre 2010. Une semaine après le rappel à l’ordre de la commissaire européenne chargée de la justice, Viviane Redding, concernant le traitement des roms en France, c’est au tour de la Hongrie de se faire taper sur les doigts à ce sujet par les instances internationales. Mais contrairement à la France, la Hongrie est relativement habituée à essuyer des avalanches de critiques pour ce qui est de l’intégration des Roms. Le dernier rapport en date l’épinglant étant le fait du Conseil de l’Europe, il y a à peine plus d’un mois. Les 18 experts du comité des Droits de l’Homme de l’ONU ont dénoncé les nombreuses discriminations et « le profilage racial de la police » à l’égard de la communauté rom, ou plus exactement DES communautés roms de Hongrie. Selon eux, la plus grande minorité du pays (estimée entre 600.000 et 700 000 individus) serait la cible répétée des « médias et des personnalités publiques ». Cette stigmatisation médiatique aurait crée un amalgame détestable faisant de tous les Roms des délinquants en puissance aux yeux d’une grande majorité de la population hongroise. Ce nouvel élan de sollicitude vis-à-vis des Roms hongrois est louable, mais il y a peu de chance pour que cela ne change quoi que ce soit sur le terrain à leur triste sort.  A moins que cela accentue encore un peu la pression qui pèse sur le gouvernement hongrois à deux petits mois du début de sa présidence de l’Union européenne…Conscient qu’il sera attendu au tournant sur cette question, le gouvernement de Viktor Orban a de toute façon d’ores et déjà fait de l’intégration des Roms dans la société magyare l’une des trois priorités de sa présidence. Articles liés : Les Roms sont encore discriminés en Hongrie, indique le Conseil de l’Europe La ségrégation pour éviter « la guerre civile » Tensions communautaires en vue La « question Rom » selon Bajnai La Hongrie condamnée pour atteinte à la liberté d’expression Discrimination à l’école: Strasbourg surveille la Hongrie Discrimination scolaire: l’Etat hongrois mis en cause

Gordon à New York, la suite

Gordon à New York, la suite

25 septembre 2009 à 14 h 47 min 0 commentaire

Mercredi, après avoir siégé à la 64ème Assemblée Générale des Nations Unies, le Premier Ministre hongrois Gordon Bajnai donnait une conférence ouverte au public à l’université Columbia, pour expliquer la situation économique actuelle de la Hongrie. Auparavant,  il a rencontré le Secrétaire général de l’ONU Ban ki-Moon, la direction des banques JP Morgan et Citigroup, et bien sûr “l’oncle Sam” d’origine hongroise, l’investisseur Georges Soros. “La Hongrie a de nouveau gagné la confiance des marchés et prouve encore qu’elle est un pays économiquement viable” a affirmé le Premier Ministre devant un auditoire composé d’une petite centaine de personnes, majoritairement des intellectuels hongrois vivant aux Etats-Unis. Il a cependant déclaré que le plus gros défi des Hongrois est de se relancer sur le marché du travail (un Hongrois sur deux est aujourd’hui “officiellement” sans emploi). En comparant la crise actuelle à un tsunami dans lequel “meurent ceux qui ne peuvent se raccrocher à rien”, Bajnai a mis l’accent sur le renforcement du système social et de ses bases : travail et retraites. “Un partenaire crédible pour les américains” “La Hongrie a un message à apporter”a répondu Bajnai lorsqu’il fut interrogé sur l’impact que sa visite à New-York pourrait avoir. Et d’ajouter : “il est important que je vienne affirmer que nous avons opéré des changements et que nous sommes un partenaire crédible pour les Américains”. “Si vous quittez cette pièce en vous disant que la Hongrie vit des jours meilleurs, que vous le dites à vos amis, c’est un plus pour la Hongrie” a t-il conclu. La politique intérieure quelque peu esquivée Le nombre de participants à cette conférence n’était peut-être pas assez important pour y voir des opposants et mettre Bajnai face à certaines contradictions. Par exemple, aucune question quant à l’impossibilité d’un partenariat avec les Etats-Unis, eux-mêmes dans une situation de l’emploi catastrophique, ne lui fut posée. Le fait que la vie politique en Hongrie représente un peuple de moins en moins solidaire n’a pas été abordé non plus. Enfin, il manquait la problématique de l’échéance des législatives de 2010, qui ne peut, en toute logique électorale, que faire reculer les candidats et leurs programmes sur les réformes engagées. Un Premier Ministre (presque) droit dans ses bottes C’est justement pour poursuivre les réformes de son mieux que « l’incorruptible » Gordon a promis d’endosser la responsabilité de son poste jusqu’au bout, sans entrer dans la course électorale. Il a d’ailleurs également profité de cette occasion new yorkaise pour annoncer qu’il démissionnerait si le budget qu’il propose n’était pas accepté par le Parlement en novembre prochain. Cette démonstration d’intégrité n’aurait étonné personne s’il n’avait pas rajouté immédiatement que l’acceptation du dit budget était déja quasiment « dans la poche ».  Après que les journaux hongrois aient fait de cet excès de langage leurs gros titres, Népszabadsag révélait hier que l’intéressé s’agacait de l’amplification faite de sa petite phrase et du non-professionalisme dont la presse hongroise se rendait ainsi coupable. Sources et photo : Mirjam Donath Articles liés : Bajnai à New York Bajnai garde le cap

Bajnai à New York

Bajnai à New York

21 septembre 2009 à 16 h 49 min 0 commentaire

Hier, le Premier Ministre Gordon Bajnai a démarré un séjour officiel à New York. Pendant cinq jours, son programme sera chargé de nombreuses rencontres et réunions. La principale raison de sa venue est d’assister à la 64e Assemblée Générale des Nations Unies. Bajnai doit rencontrer aujourd’hui le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-Moon. Ils discuteront des conséquences de la crise économique mondiale, ainsi que du conflit afghan et de la question balkanique. Bajnai va également mettre M. Ban au courant des progrès dans la mise en oeuvre à Budapest du Centre International de Prévention de Génocide et des Atrocités de Masse, organisme qui devrait travailler en étroite collaboration avec l’ONU et le Haut Commissariat aux droits de l’homme. Bajnai assistera à la séance d’ouverture du débat général de la 64e session de l’Assemblée Générale de l’ONU. Il participera également à une table ronde sur l’extension du traité de Kyoto. Il sera présent mardi à une réunion organisée par Ban Ki-Moon sur la protection climatique à laquelle participeront une centaine de chefs d’Etat et de gouvernement. Bajnai va profiter de son séjour new-yorkais pour rencontrer des représentants du monde des affaires, l’ancienne Ambassadeur des Etats-Unis en Hongrie Nancy Brinker, des investisseurs à un évènement organisé par Citibank, ainsi que le financier d’origine hongroise Georges Soros. Une visite est également prévue dans les bureaux de rédaction du Wall Street Journal. Son circuit se complètera par la rencontre d’organisations et d’intellectuels hongrois.