Mots-clés associés : "gyongyospata"

dans sa mairie en janvier 2012 (Crédit photo : Anaëlle Verzaux)

Gyöngyöspata : Jobbik a-t-il cherché la guerre civile ?

24 avril 2012 à 12 h 44 min 18 commentaires

Jeudi dernier, la chaîne de télévision privée ATV a rendu public un enregistrement sonore dans lequel on peut entendre un homme identifié comme étant Oszkár Juhász, l’actuel maire Jobbik de Gyöngyöspata évoquer une « guerre civile inévitable » en Hongrie.

Hejöszalonta, avril 2011 crédit : corentin léotard / HUlala

Vers des émeutes de la faim en Hongrie ?

10 février 2012 à 12 h 08 min 3 commentaires

L’augmentation de la pauvreté liée à la crise économique et au plan d’austérité mis en place par le gouvernement conservateur de Viktor Orbán fait dangereusement croître les tensions interethniques en Hongrie.

Baston à Gyöngyöspata !

6 décembre 2011 à 8 h 37 min 18 commentaires

Mercredi après-midi, une altercation a éclaté entre deux groupes d’individus à Gyöngyöspata. La dispute s’est rapidement changée en mêlée générale entre les hommes qui se sont armés d’outils. Trois personnes ont été légèrement blessées selon Levente Lázár, le porte-parole de la police du comitat de Heves.

On a tiré sur le maire Jobbik de Gyöngyöspata !

On a tiré sur le maire Jobbik de Gyöngyöspata !

30 novembre 2011 à 23 h 48 min 15 commentaires

Oszkár Juhász a été pris pour cible par des tireurs lundi soir dans la cour de la mairie de Gyöngyöspata alors qu’il sortait d’un conseil municipal.

Suicide du chef d’un groupe paramilitaire à Gyöngyöspata

Suicide du chef d’un groupe paramilitaire à Gyöngyöspata

10 novembre 2011 à 8 h 11 min 6 commentaires

Le corps de Tamás Eszes, chef du groupe paramilitaire d’extrême-droite Véderõ a été retrouvé sans vie dans sa demeure de Gyöngyöspata jeudi dernier. Mercredi matin, un communiqué de la police a confirmé la thèse du suicide, a rapporté MTI et la presse locale. Eszes avait fait parler de lui en mars après avoir organisé en collaboration avec une autre organisation extrémiste, la Szebb Jövõ Polgárõrség une marche aux flambeaux pour protester contre la „criminalité rom” et la prétendue inaction de la police. Les 22-24 avril la Véderõ a voulu organiser un camp d’entrainement paramilitaire dans les environs du village mais les forces de l’ordre ont interrompu cet événement. Le monde entier avait alors assisté au « spectacle » de la Croix-Rouge hongroise évacuant les femmes et les enfants roms. Candidat à la mairie au mois de juillet, Tamás Eszes n’est arrivé qu’à la troisième place, obtenant 134 voix (10,5%). Durant la campagne des tensions l’ont opposé au futur maire Jobbik, Oszkár Juhász. Ces tensions ont culminé lorsque Eszes a frappé le candidat du Jobbik puis a résisté aux forces de l’ordre, ce qui lui a valu une condamnation à 18 mois de prison. Tamás Eszes donnait des cours de karaté les jeudis soir, s’inquiétant de son absence ses élèves sont partis à sa recherche et ont découvert son corps à son domicile de la rue Jokai. D’après des informations locales Tamás Eszes avait des problèmes personnels et financiers.

Vu sur le site internet d'Euronews

Gyöngyöspata : l’heure du debriefing

17 mai 2011 à 10 h 58 min 5 commentaires

Après s’être laissé déborder sur sa gauche par le LMP et sur sa droite par Jobbik, le gouvernement tente de régler ses comptes sur l’affaire des milices à Gyöngyöspata. L’homme d’affaires américain qui a organisé l’« évacuation » spectaculaire des Roms lors du week-end de Pâques à quitté la Hongrie par peur de représailles, selon le Budapest Times.

Les milices n’ont qu’à bien se tenir

Les milices n’ont qu’à bien se tenir

5 mai 2011 à 17 h 24 min 0 commentaire

Le parlement a adopté un amendement au Code Pénal portant sur « des comportements de « provocations antisociales » qui pourraient intimider les individus appartenant à des minorités nationales ou ethniques, les communautés raciales ou religieuses et qui pourraient être sanctionnés de trois années d’emprisonnement », a rapporté MTI au début de la semaine.

Hejöszalonta, avril 2011 (HU-lala/Corentin Léotard)

Premier accrochage majeur entre Roms et miliciens d’extrême-droite

27 avril 2011 à 13 h 10 min 8 commentaires

Cela fait plusieurs semaines que Hu-lala, informé par des sources locales de la tension extrême qui règne dans certains villages, alerte sur le risque de heurts interethniques dans les campagnes de Hongrie. Hier soir à Gyöngyöspata, une rixe entre Roms et miliciens de Véderö a fait quatre blessés, dont un grave.