« Szabadságot Budaházynak! »

A Astoria, le 15 mars 2010 (HU-lala)

Samedi après-midi, quelques 200 manifestants ont manifesté aux cris de « Szabadságot Budaházynak! » (Liberté pour Budaházy) sur Vörösmarty tér pour demander la libération du plus fameux des « prisonniers politiques » hongrois, l’activiste d’extrême-droite, György Budaházy, dont la détention a été prolongée de deux mois, jusqu’au 19 août, par le tribunal de Budapest. Les manifestants étaient soutenus par deux grandes figures du mouvement nationaliste : la députée Jobbik Krisztina Morvai et László Toroczkai, leader du Mouvement des 64 Comtés HVIM. Pour protester contre ce qu’ils considèrent être des « procès spectacles » à l’encontre des activistes d’extrême-droite, Jobbik et d’autres forces nationalistes hongroises tiendront une manifestation d’un genre peu commun : Il s’agira d’un sit-in dans une cage, douze heures par jour pendant sept jours, à compter de mercredi matin.

A 41 ans, l’homme a déjà un long passé de subversion derrière lui. Parmi beaucoup d’autres faits d’armes, Budaházy avait organisé en avril 2002 le blocage du pont Erzsébet à Budapest pour contester la victoire des socialistes aux législatives. Il avait aussi été l’un des fers de lance du mouvement insurrectionnel qui avait suivi la diffusion des aveux de mensonges du gouvernement socialiste à l’automne 2006. Budaházy avait été arrêté le 17 juin 2009 puis placé en détention provisoire sur des accusations de terrorisme,  crimes contre l’Etat et vandalisme.

Source : Hungary around the clock

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 + = 10

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>