Retour sur la comédie tragique de vendredi

Plusieurs milliers de manifestants pro-LMP se sont réunis vendredi soir (HU-lala)

« Nous avions l’intention de secouer l’opinion publique du pays avec une résistance « confrontative » mais pacifique contre le régime de M. Orban. Son régime antidémocratique ne durera pas longtemps, la poursuite de la vérité va l’abattre », expliquait Lehét Mas a Politika sur son site internet, vendredi soir, après une journée d’actions anti-gouvernementales. A mesure que la Hongrie s’enfonce dans l’autoritarisme, leurs techniques de résistance non-violente se rôdent un peu plus. Enchaînés pour bloquer l’entrée aux voitures du parking du parlement, les députés LMP ont ensuite été interpellés par la police, de manière illégale à en croire les juristes du Comité Helsinki.

Ils n’ont pas empêché la machine Fidesz de peaufiner son œuvre – l’adoption de 13 nouvelles lois dont la nouvelle loi électorale – mais ont au moins réussi à alerter à l’international sur la situation de la Hongrie. Et c’est finalement, peut-être, ce qu’il leur reste de mieux à faire au vu de l’état des forces au parlement et des mesures limitant les consultations et débats avant l’adoption des lois. Pas sûr du tout en revanche que cette attitude de « petits bourgeois fauteurs de troubles » n’ai plu au Hongrois moyen devant les informations du journal télévisé, passées qui plus est par le filtre du trouillomètre (quel journaliste est candidat pour perdre son poste ?).

http://youtu.be/pLcZQQzuAmg

Gyurcsany éclipse ses anciens camarades socialistes

Que l’on aime où que l’on exècre le régime d’Orban, beaucoup ont dû ricaner vendredi en voyant son meilleur et son pire ennemi – l’ancien premier ministre socialiste Ferenc Gyurcsany – se faire embarquer par la police en marge de la manifestation. Car le gagnant du jour, ce fut lui, Gyurcsany, qui a eu droit à tous les égards de la presse internationale donnant dans des titres assez flatteurs comme « L’ancien premier ministre hongrois interpellé ». Le Hongrois moyen (encore lui) a dû s’étrangler en voyant aux infos – si toutefois elles ont pris la peine de s’inquiéter de cet aspect des choses – leur « menteur » et leur « traître » national élevé au rang de martyr de l’orbanisme à l’étranger.

Que cachait son attitude stoïque et son visage grave alors qu’il était escorté par deux agents de police jusqu’au poste d’où il est ressorti moins d’une heure plus tard ? La jubilation de celui qui vient de réussir un coup médiatique, le baptême du feu pour sa nouvelle formation politique Demokratikus Koalíció (DK) ? Une réelle crainte face à ce qu’il pourrait advenir de lui face aux prochaines échéances judiciaires qui l’attendent ? (1) Rendons-lui ceci qu’il a tout de même tenu à préciser que le « succès » de cette action revenait au parti LMP.

Capture de la vidéo « Gyurcsány Ferenc – 2011.12.23. – Klub Rádió: Megbeszéljük – LMP tüntetés »

Les policiers qui l’ont interpellé avec tout le ménagement que mérite un ancien premier ministre comptent-ils parmi les milliers de nouvelles recrues du régime (malgré les énormes coupes budgétaires réalisées dans le domaine de l’éducation, par exemple) ? Ou étaient-ils au contraire de ceux qui avaient été envoyé par leur « prisonnier » lui-même pour mater et matraquer indistinctement les manifestants et les émeutiers de l’automne 2006 ? Mais c’est aller un peu vite, car la lumière n’a pas encore été faire sur les responsabilités de ces bavures policières. Malheureusement pour Ferenc Gyurcsany et pour la vérité, la « lumière » viendra probablement du 1er ministre lui-même. Elle risque d’être crue…

La prestation d’Attila Mesterhazy, le patron du principal parti d’opposition, le parti socialiste, a été totalement éclipsée. « Prestation », car si ce qui se jouait dans le parlement au même moment tenait indéniablement de la tragédie, dehors, on était parfois proche de la comédie, des témoins affirmant avoir vu des députés MSZP ne pas se faire prier pour se faire arrêter eux aussi par la police…

Cela n’arrête pas le bulldozer Fidesz

Ces péripéties n’ont pas semblé perturber plus que ça le bulldozer Fidesz, ses députés ont pu partir réveillonner avec le sentiment d’un travail bien fait et la certitude qu’on ne les délogera pas de sitôt de leur confortable position. Parmi beaucoup d’autres lois, l’adoption la semaine passée d’un budget que la presse qualifie « d’austérité », et l’adoption d’un nouveau système électoral qui pipe les dés des prochaines élections, au profit du parti au pouvoir, cela va sans dire. Comme l’a démontré le think tank de l’éphémère 1er ministre Gordon Bajnai « Haza es Haladas Policy Foundation », il aurait permis à Orban de remporter les élections en 2002 et 2006.

Avec tous ces rafistolages, malgré la contestation grandissante ou disons plutôt la défiance passive de la population, la Fidesz, toute sa clique, et le petit segment socio-économique à qui profite son régime pourrait bien rester incrustés au pouvoir, même longtemps après avoir perdu leur légitimité. Mais pour le moment, cette légitimité, le peuple ne la leur a pas encore repris.

(1) Orban ne semble pas disposé à tirer un trait sur les responsabilités du pouvoir socialiste dans la répression policière de 2006. Bien au contraire, il vient de légiférer pour faire porter le chapeau au parti socialiste actuel MSZP pour les fautes du régime communiste.

26 Commentaire

  1. voila un article plus juste que ceux que l’on peut lire un peu partout en francais ou en anglais….

  2. donc il faut bien que je prepare mes valises…

  3. Ridicule Gyurcsany et les MSZP, pas fini de semer le trouble avec des magouilles politiques à la noix?

  4. @ Le_butch. Je dirais plus objectif que plus juste
    @ Antonio. S’il faut envisager le pire …
    @ Magyar. Les magouilles ne sont pas plus politiques que gouvernementales et depuis 20 mois, la course est effrénée !!!
    Zsák

  5. Interessant commentaire de vos voisins du Pestiside: le Fidesz ne serait finalement pas mecontent de voir les hongrois au QI de plus de 60 et autres expatries raleurs et ingerants quitter le pays, afin d’eviter ce genre de trouble.
    Ce « gouvernement » est une bande de dégénérés assis sur un tas de lingot d’or a l’odeur de merde.
    revoltant, mais que faire..

  6. 1. Sans « l’arrestation » de Gyurcsány, je ne pense pas que l’action du LMP aurait eu un tel écho international. 2. Gyurcsány a remercié le LMP pour l’action. Est-ce qu’il y a eu des articles qui ne mentionnent pas le LMP mais seulement Gyurcsány? (Je ne sais vraiment pas. Dites-moi s’il y en a eu.) Alors pourquoi a-t-il Gyurcsány « éclipsé le show »?

    Il y a des gens qui haïssent Gyurcsány. Il y a des gens qui haïssent Orbán. Le LMP doit se décider qui est-ce qu’ils préfèrent moins. Qui est-ce qui pose un danger plus grave. À présent je pense que c’est Orbán. Si LMP pense de même, ce que j’espère bien, alors ils doivent mettre de coté leur antipathie contre Gyurcsány. Je pense, en effet, qu’ils auraient dus faire de même en avril 2010, ou bien au moins en novembre 2011, dans le 2e arrondissement. Mais bon, en 2010 et 2011 peut être il n’y aurait pas eu de différence. Peut être. (Sauf la différence symbolique: le LMP aurait pu gagner certains sympathisants, et perdre d’autres.) Mais en 2014 il y aura une très grande différence: sans une grande coalitions, avec le LMP, les socialistes et Gyurcsány (le DK), il n’y aura pas de chance de changer le système (sans avoir à négocier avec le Jobbik).

  7. Goulash: de quel tas de lingots d’or vous voulez parler? L’Etat hongrois est ultra endetté…

  8. @goulash…etant donne’ que je suis raleur et ingerant,,,,je pense que je vais rester :-) histoire du colerer un tout petit peu la grisaille fidesziste …..

  9. colorer…

  10. @magyar C’est vrai, Orban en pur calviniste bouffe donc des topinambours, roule en Dacia et achete les trucs des bacs en promo chez Tesco et a pris un credit immobilier a 19%. On ne peut pas lui reprocher le faste jet-set d’un Sarko… ni le soupconner d’avoir deja bien placé des tunes sorties d’un grand chapeau pour assurer l’avenir au chaud quand tout ceci aura bien merdé et tourné au sordide. Non il s’agit bien d’un authentique fou-furieux incorruptible, vous avez bien raison.

  11. @ Antonio, « colèrer », colorer, lapsus ?
    Mais si tu restes, je reste moi aussi par solidarité et sache que ceci me coûte.
    Comment rassurer nos proches qui ne connaissent pas la Hongrie et qui lisent sur Twitter que ce pays hésite entre une démocratie populiste et une dictature populaire.
    Qui sont donc ses hongrois, qui on remplacé un menteur d’hier par un bonimenteur d’aujourd’hui ?
    Zs.

  12. Mouai…20 gugusses enchainés et un politicar grillé de chez grillé ça fait un peu léger comme opposition à l’immonde parti ultra-totalitaire super-dictatorial méga-antidémocratique qu’est le fidesz.

  13. @goulash: je vais même pas répondre…

  14. Paul Trianon a dit :

    il y a une chose qui me géne toujours dans les commentaires que je lis sur « la hongrie de Orban » c’est la négation du résultat des élections.

    le parti de Orban a fait entre 45% et 55 % des voix et Jobbik 16 % , ca refléte bien l’opinion des Hongrois , non ?

    alors les gens de gauche en hongrie comme ailleurs en europe ils sont démocrates seulement quand ils gagnent les élections ?

    Les valets de Bruxelles vont remplacer les chars russes pour écorriger  » un peuple magyar qui pense mal ?

  15. Personne ne remet en doute les 52 % de Fidesz ni les deux tiers des sièges au parlement.
    On ne lis cela nulle part!
    Être témoin que la majorités des électeurs hongrois ont voté démocratiquement pour le parti de Viktor Orbán ,
    ne peut empêcher de défendre cette démocratie justement.
    Aujourd’hui, 30 décembre sur Twitter, il fallait taper Hongrie.j’ai vu passer des centaines de tweets et pas un pour défendre le gouvernement au pouvoir. Tous s’inquiètent de la tournure des évènements. Beaucoup renvoient aux articles parus dans la presse de toutes tendances ces dernières heures.
    Zs.

  16. Paul Trianon a dit :

    La question est la suivante : qui décide du moment – qui a existé aussi bien historiquement dans certains pays que potentiellement ( lire Tocqueville ) ou un fonctionnement démocratique et théoriquement respecteux des formes juridiques devient néanmoins illégitime au regard de principes supérieurs.

    Ce qui me dérange , en tant qu’ami de TOUS les hongrois, c’est l’image réductrice et caricaturale que l’on donne de la société hongroise en voulant combattre la politique de Orban.

    Je pense que compte-tenu de tous ce que les hongrois ont enduré dans notre histoire européenne depuis 100 ans il faudrait apporter de la nuance.

    C’est quand meme dommage que quand orban essaye de taxer les grands groupes sur la base d’un résultat économique calculé sur une base nationale on trouve à Bruxelles et en Hongrie des relais des lobbys attaqués.

    Orban n’est pas non plus coupable de la politique économique inepte mené auparavant qui va déclencer une grave crise immobiliére .

    Je ne vois pas de nuance dans les commentaires , on fait l’équation Orban = ultra droite et on sent la volonté de donner une lecon – de plus – au peuple magyar .

    C’est ca que je conteste , pas le fait qu’il y ait des opposants de gauche . Et je ne méconnais pas les cotés obtus du conservatisme hongrois .

  17. @ Paul Trianon,

    On ne donne pas de leçon au peuple hongrois, on dénonce les dérives autoritaires qu’elles soient en Hongrie, en Suisse, en France ou en Schtroumpfland !

    Il se trouve qu’Orban prend quelques mesures parfois taxées d’extrême-gauche dans d’autres contrées comme le Vénézuela ou la Bolivie… Et que donc il importune Bruxelles, le FMI et Merkozy.

    Mais à côté de ça, il applique un programme désormais clairement horthyste. Peu de Hongrois ont voté en avril 2010 pour ce programme: jamais le Fidesz n’a annoncé à l’avance son idée de révolution conservatrice et de nouveau « rendszervaltas »…. il y a donc tromperie avérée du peuple hongrois qui est la première victime de ce qui se passe.

  18. Bonsoir cher Paul,
    C’est quand même bien ce gouvernement qui taxe le travail à 16 % que vous soyez nanti ou crève la faim et ce pour les lustres à venir.
    Et puis pour le reste, faites donc le tri.
    http://mardishongrois.blogspot.com/
    Zs.

  19. Paul Trianon a dit :

    il y a dans les réponses émotionelles et une plus technique.

    Sur le caractére « horthyste » du programme de Orban qui de plus auaira t « abusé « les hongrois , je crois que c’est un peu vous qui vous trompez sur les « Hongrois » on peut déplorer qu’ils soient comme ci ou comme ca mais la majorité des hongrois ne sont pas éloignés de valeurs que vous juegeriez sans doute trés conservatrice.

    Par exemple la nouvelle constitution si elle était soumise à référendum vous pensez qu’elle ne passe pas ?
    Personnellement le caractére sacré de la couronne de St etienne ca me laisse froid , ou autre , , mais d’un autre coté quand je lis que Orban est un clone de Orban sur la base de cette nouvelle constitution et que je la lis j’en conclus juste que les ennemis de la hongrie sont la.

    Idem sur sa décision si juste historiquement de permette à la diaspora hongroise placée hors de frontiéres nécessairement réductrices d’avoir la FACULTE de se revendiquer comme hongrois ( quoi de plus logique en Europe , un hongrois de Temesvar il est hongrois non ? ) .

    sur la flat tax on peut discuter mais je ne voudrais pas abuser. Sachez juste que les droites nationales européennes se parlent et que le matraquage antihongrois en France et à Bruxelles est scandaleux.

    Par des gens qui ne connaissent RIEN à la Hongrie

  20. Bien oui Paul,
    Mais ici les gens qui causent connaissent pour un peu la Hongrie!
    Il faut aussi arrêter de fumer du pavot et relativiser.
    Le dernier référendum à Budapest annoncé pourtant avec beaucoup de moyens s’est révélé trop court dans sa participation.
    Manque de participation, et si nous reparlions de ce manque de participation!
    Un peu plus de 45% de participants votent à un peu plus de 50% pour un parti.
    Ce qui confirme que moins d’un électeur potentiel sur quatre ( moins de 25%) à voté pour ce parti.
    Aujourd’hui ce parti bénéficie des deux tiers du pouvoir et demain les trois quarts de ce même pouvoir, depuis qu’il a arrangé les lois.
    Zs.
    .

  21. BUEK MAGYARORSZAG

  22. Ah oui, c’est vrai!
    Kellemes új évet kivanok Önnek és családjának!
    Zs.

  23. @zsak

    « @ Le_butch. Je dirais plus objectif que plus juste »

    en effet, « objectif » correspond mieux a l’idee que je voulais exprimer :-)

  24. @Paul,

    nous qui connaissons la Hongrie et en parlons la langue, nous n’allons pas jouer au jeu de « Vous parlez sans connaître »…

    Nous ne devons vraiment pas fréquenter les mêmes personnes car les Hongrois que je fréquente (à commencer par ma belle-famille) sont soit horrifiés soit indifférents (il y a tant d’abstention en Hongrie) de ce qui se passe actuellement. J’en ai trouvé très peu qui étaient enthousiastes de l’évolution actuelle (et sûrement pas en référence aux « hatarontuliak » qui n’intéressent pas grand monde dans mon entourage).

    Retrouvez-moi dans le programme du Fidesz de 2010, la liste des mesures qui sont prises depuis un an !??
    Jamais le Fidesz n’a annoncé tout cela à l’avance. Si le Fidesz voulait changer radicalement le pays, il aurait fallu soumettre le nouveau système à un référendum ou élire une assemblée constituante ad hoc…

    Rien de cela n’a été fait ! Ces gens reproduisent la brutalité et la grossièreté des communistes qu’ils prétendent éradiquer. C’est un comble !

    Pas de « BUEK » cette année car en ce jour funeste du 1er janvier 2012, le terme de « Magyar Köztarsasag » n’existe plus. Ce qui en particulier pour nous Français ressemble à un pur cauchemar pétainiste !

  25. Ce premier janvier de l’an de grâce 2012 (année du dragon au calendrier chinois) le prince Viktor est intronisé premier potentat du petit royaume d’Orbánistan.
    Grâce à une constitution taillée sur mesure, Viktor 1er devient le maître absolu de ce pays qui lui doit absolument tout et le reste.
    Les magyars ont enfin compris la chance qu’ils ont d’avoir le timonier qui leur permettra de se mettre à dos tous les vrais démocrates de la terre entière. Ils vont pouvoir ainsi partir en guerre Sainte contre tous ces infidèles qui défendent les droits de l’homme et pire encore ceux de la femme.
    Avec ce grand Seigneur plein de délicatesse, la nation va découvrir un monde nouveau et prometteur ou les amis des amis sont aussi des amis et donc tous seront invités à déguster.
    Hélas pour eux, les très proches et l’apparatchik dégusteront moins, mais ceux-ci ne prennent pas cela comme une injustice conscients que la noble cause vaut bien ces quelques sacrifices.
    La modeste contribution que devra endurer l’homme de la rue n’est tout compte fait que peu de chose comparée à la grandeur de la patrie.
    Avec son prince de sang mêlé et le soutien du Vatican, l’Orbánistan est désormais digne de combattre les dragons les plus féroces !
    Saint Viktor est maintenant armé de flèches argentées et rien ne l’arrêtera !
    Zs.

  26. encageviktor a dit :

    Quelle verve Zsak!

    Ne voudrais-tu pas travailler pour le service de propagande d’Orban? Tes essais seraient pris très aux sérieux par le gouvernement de Sa Sainteté Viktor 1er et tu améliorerais le quotidien des Hongrois en combattant les vrais problèmes dont ils font face ;)

    Si je peux me permettre de compléter ta dernière phrase : …armé de flèches argentées et rien ne l’arrêtera, ni même les balles des ses ennemis qui le traverseront sans même le toucher!

    On va bien s’amuser en 2012! Bonne année à tous!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 1 = 0

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>