Radios : Des quotas en 2011 !

La semaine dernière, quart.hu a annoncé que les députés de la majorité devraient prochainement augmenter le quota de chansons hongroises à 40% du volume total journalier des diffusions musicales à la radio en Hongrie. Une mesure de protection de la langue nationale dans les médias hongrois, qui n’est pas sans rappeler la loi française du 1er février 1994 (« loi Carignon »).

István Pálffy, ancien animateur radio et présentateur de journaux télévisés hongrois, ainsi que deux autres députés Fidesz, ont soumis un amendement au projet de loi sur les médias qui crée la polémique chez les journalistes depuis plusieurs mois. Cet amendement prévoit d’augmenter le quota de 25% stipulé dans le projet dès le mois dernier. István Pálffy, László L. Simon et Zoltán Németh ont précisé que la diffusion d’un même morceau plusieurs fois dans une journée ne pouvait compter dans le dit quota.

« Back to the French Nineties »

Si l’on s’en réfère à l’expérience radiophonique française depuis bientôt 17 ans, le quota des 40% garantira certainement la survie de la langue magyare dans le média, mais il ne garantira pas pour autant la qualité musicale de la diffusion. D’autant que depuis cette époque, les groupes français qui ont le plus été reconnus par leur qualité artistique, tant en France qu’à l’étranger, ont pour la plupart d’entre eux une inspiration anglaise, sinon anglophone (Air et Nouvelle Vague, pour ne citer qu’eux !)

Autre changement, au moins un quart des chansons hongroises diffusées par les radios devront être des chansons produites moins de cinq ans avant leur diffusion, et non trois ans comme le prévoyait le projet initial. Nous ne pouvons alors résister à la tentation de reprendre la question judicieuse et amusante de notre confrère américain Erik D’Amato, directeur de l’édition anglophone en ligne « Political Pest » : de quelle façon les stations de radio devront appréhender des morceaux tels que Casino Twist, tube mi magyar – mi anglais de 1980, du groupe Hungária ?

Articles liés :

Fini de rire pour les médias privés

Le journalisme d’investigation menacé par la loi sur les médias

Réforme des médias : acte II

Médias : retours (non négociés) aux choses sérieuses

La réforme des médias pointe son nez

Orban, façon « Sarkozie »

En Hongrie, la presse reste en liberté

Les pleins pouvoirs pour Orbán?

4 Commentaire

  1. Merci de nous avoir rappelé ce grand moment de musique hongroise. Sont-ce les vainqueurs de l’Eurovision 1980?

    Humour mis a part, je ne pense pas que le probleme se pose vraiment dans la mesure ou diffuser ce morceau sur ses ondes tient plus du suicide commercial que du patriotisme culturel.

  2. Puis-je signaler la grosse faute de frappe dans le titre. On ecrit des quotas et non des quotats.

  3. François Gaillard a dit :

    Vous avez très bien fait. Merci beaucoup !

  4. Ne vous inquiétez pas, il y a belle lurette que les autoradios permettent de passer instantanément d’une station à une autre. Les automobilistes français sont passés maîtres dans cet exercice depuis longtemps.

    Ce n’est qu’une nouvelle loi pour la galerie…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 + 3 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>