Plusieurs centaines d’étudiants ont manifesté à Budapest

Excedés par la réforme de l’éducation supérieure et par les nouveaux critères d’admission dans les universités, des étudiants sont descendus dans la rue mercredi après-midi à l’appel de « Hallgatói Hálózat » (le réseau étudiant).

Pour en savoir plus sur ce sujet, écouter l’émission du 18 février de Tilos Radio :

Première partie :

Deuxième partie :

Les étudiants ont occupé durant près de trois heures une salle de conférence de la faculté de droit de l’université ELTE avant de partir vers les 20 heures. Le collectif « un million pour la liberté de la presse » a décidé de continuer à manifester sur Egyetem Tér (place de l’Université). Les étudiants ont appelé le gouvernement à retirer sont projet visant à limiter de facon drastique le nombre de nouveaux étudiants admis dans les universités.

Les leaders du Hallgatói Hálózat suivent en direct l’évolution de l’occupation de l’Université depuis un bar voisin de Egyetemi tér (photo : Corentin Léotard/HU-lala)

Les étudiants sont partis du campus d’ELTE situé sur les rives du Danube à Buda pour arriver à l’université Corvinus. De nombreux lycéens se sont joint au cortège car nombreux sont ceux qui ont vu leurs rêves brisés par les mesures prisent par le gouvernement pour diminuer le nombre d’étudiants. Par exemple, il ne sera possible d’étudier le droit gratuitement que dans deux universités budapestoises et pour un nombre restreint d’étudiants. Ceux qui ne pourront pas entrer devront payer des droits de scolarité pouvant s’élever à plus d’un ½ million de forint par semestre pour poursuivre leurs études. Cette mesure favorisera les jeunes issus de familles fortunées (que la Fidesz a tendance à choyer) alors que les autres devront lourdement s’endetter ou travailler en parallèle, souvent « au noir » par ailleurs.

Les manifestants se repassent les évènements de la journée (HU-lala)

Il est difficile de cerner la volonté finale du gouvernement. A sa décharge il faut avouer que le nombre de Hautes Écoles et d’Université est absolument délirant en Hongrie puisque pratiquement chaque ville de plus de 20.000 habitants en compte au moins une et que cela ne fait que dévaluer la valeur des diplômes. Ce qui est en revanche mystérieux c’est que le gouvernement tente de faire des économies sur les meilleurs établissements du pays, alors que d’autres Hautes Écoles de réputation médiocre pourront continuer à délivrer des diplômes qui ne valent rien sur le marché du travail.

Rózsa Hoffman la ministre déléguée à l’éducation avait demandé à pouvoir répondre en personne aux attaques visant le gouvernement, mais le Réseau étudiant a refusé cette proposition. Quant à lui, le Hök – le syndicat étudiant d’orientation plutôt pro-gouvernementale – a publié un communiqué ne laissant aucun doute sur ses opinions politiques « Aujourd’hui les plus de 375 ans d’activités, d’enseignements et de culture ont été dérangé par des gens qui n’en avaient pas le droit. Le HÖK condamne tout groupe qui, pour faire valoir ses idées, utilisent des moyens qui vont à l’encontre des normes sociales [...]« .

Viktor Orbán qui fait tout pour que les étudiants ne puissent pas quitter le pays et pour diminuer leur nombre avait déclaré en 2008 qu’il fallait « que le plus grand nombre possible de jeunes aillent à l’université et partent à l’étranger” ainsi que « il faut qu’en Hongrie tout enfant né dans un milieu pauvre mais ayant du talent puisse aller à l’université”. La politique de Viktor Orbán n’en est donc pas à une contradiction près, n’en déplaise à ses nombreux admirateurs !

Sources : Index.hu, Origo.hu, Hirszerző

Articles liés :

Les profs montent au créneau contre les projets du gouvernement

Manifestations contre les réformes de l’enseignement supérieur

Education : la Fidesz snobe les profs

Education : c’est reparti comme en 40?

La laïcité remise en question dans les écoles hongroises

En Hongrie, les Eglises font main basse sur les écoles publiques

9 Commentaire

  1. « cela ne fait que dévaluer la valeur des diplômes.  »

    tout a fait, il suffit de voir les interphones en bas de chaque immeuble: tout le monde est Dr. (mais peu de docteurs en medecine ^_^).
    et quand je dois lire des memoires de personnes en maitrise de francais, j’ai plutot l’impression d’avoir affaire a un exposé de 5ieme/4ieme :-/ (et j’ai assez l’habitude de ce genre d »exposés, dans un passe lointain je fus 4 ans enseignant dans un college en france ^_^) et cela aussi bien dans le contenu que dans la forme…
    quand je vois que certains de mes amis (thesards au CERN) ont du simplifier par 2 fois les modeles de leur these pour etre comprehensible puis validée par le jury…

    bon evidemment, je compare deux extremes c’est facile.
    reellement le probleme n’est pas seulement hongrois mais plutot europeen voire mondial .
    a mon avis, les etudes ont perdu leur utilite premiere: former au travail.
    actuellement elles forment plutot a l’onanisme.

  2. par contre, pour le podcast il aurait fallu le monter en coupant tous les intermedes musicaux (surtout celui de 5 min du debut cad avant que tout commence je me demandais si le podcast etait le bon… )

    le punk experimental ce n’est pas forcement ecoutable pour tout le monde ^_^ je comprends que l’equipe se fasse plaisir mais ca manque un peu d’accessibilite ^_^
    en plus ca rend l ecoute longue voire tres longue pour pas grand chose.

    c’est dommage car le podcast est tres interressant, notamment toutes les explications de vincent B. sur le systeme universitaire hongrois.

  3. je trouve que ameliorer un systeme educatif ne rime pas forcement avec reduction du droit acces aux etudes universitaires…d`autant plus qu`un bon nombre d`universites bidons vont bien garder leurs statut…et cela’ juste pour diplomer la bourgeoisie parvenue et pro-FIDESZ….

    c`est vraie comme dit le_butch qu`il y a pt-etre trop de docteurs…mais alors pquoi ne pas diversifier l`offre educative hongroise en creant, comme en France, des BTS et des IUT et faire une selection afin de savoir quelles sont les universites et hautes ecoles du pays qui meritent de garder leur statut ?…..

  4. Ayant déjà ramené l’obligation scolaire de 18 à 16 ans, ce gouvernement mène le pays vers un état de castes. Castes sociales, j’entends.

    Dix % de riches et de nantis qui sont taxés à 16 % de ce qu’ils veulent bien déclarer.
    Trente % d’une classe moyenne qui voit jour après jour ses moyens diminués.
    Cinquante % d’une classe laborieuse qui trinque, soit par le travail, soit par manque de travail.
    Les 10% restants sont exclus et sont tous les jours plus nombreux. Pour ceux-ci, je n’ose imaginer le sort qui leur sera réservé.

    Bien sûr ces chiffres n’émanent d’aucun sondage et ne sont pas non plus figés.

    Zs. Docteur es connerie.

  5. Je suis choqué par la dérive hongroise qui est la connerie d’un système oligarchique avec Monsieur Orsós et non Orbán, le Premier Ministre de Hongrie, celui qui est complexé et qui veut être plus Hongrois que Tziganes…

    Supprimer l’Education est en train de se faire partout, plus le peuple est bête, plus il est comparable au niveau de ses élus… L’instruction hongroise fut d’antan considérée comme l’étant des meilleurs, lorsqu’on vote Orbán… Orsós, pardon ! Il ne faut pas avoir beaucoup de courage en tant que citoyen Hongrois, de mes com_patriotes qui me déçoivent fortement !!

    L’enseignement est fondamentalement important pour assurer un avenir professionnel, l’ouverture d’esprit, et permettre d’instruire correctement une société cultivée et prospère de richesse humaine.

    Ce populisme droite, gauche, conservatrice, nationaliste, communiste, élitiste d’extrêmistes ne font pas la fierté de ma Hongrie-natale que je déplore dans ses choix que je ne partage pas.

    Plus personne n’est éduqué en Hongrie, des gosses pourris, des parents irresponsables et totalement absent de raison et d’honneur !!

    Vivement que Bojnai Gordon éjecte ce fou-populiste tzigano-hongrois !!

  6. Si Katona Jozsef voyait cela, mon petit doigt me dit qu’il s’en retournerait mort-vif dans « sa tombe mal !!

    Aucune tenue les élèves, les jeunes de mon âge (24), ce sont des « barakis » de service de rue qui ne respectent rien, à cause qu’ils n’ont pas d’éducation, d’instruction et de convictions utiles, voilà ce qu’est le niveau de bas étage du service public hongrois !

    J’ai honte, quelle gêne en tant que Magyar ! Fuj !

  7. Les dés sont joués, hu-lala (lol) :))

  8. Que tous ceux qui prennent Orban pour une sorte de porte-parole de la gauche anti-libérale en Europe (notamment sur ce site) sous prétexte qu’il est en conflit avec Bruxelles, lisent et relisent cet article.

  9. hourra le magyar a decouvert hu-lala, depuis il essaye de faire passer sa propagande de belge hongrois a tous !

    voila comment les hongrois passent pour des imbeciles qu’ils ne sont pas:
    les imbeciles communiquent a outrance et n’importe comment, ce qui detourne/degoute les gens normaux…

    cher le magyar, continue, tu es un parfait exemple de ce que les hongrois ne sont pas.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 6 = 6

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>