Orban, « façon Sarkozie »

Dans un courrier envoyé à Viktor Orban ce matin, le chef de l’Etat français a félicité « chaleureusement » le nouveau Premier ministre hongrois, pour sa large victoire dans les urnes. Il partage à cette occasion l’analyse de la Fidesz, selon laquelle ce résultat majoritaire est historique et relève d’une « révolution » éléctorale. Bien qu’un grand écart quant aux intérêts franco-hongrois existe entre les deux hommes, notamment à Pécs par exemple, ils pourraient bien s’entendre sur leur styles respectifs.

Dans un langage diplomatique qui ne lui ressemble pas, il a souligné que le résultat de la Fidesz fait appel à  » une responsabilité particulière, au moment où, plus de six ans après son entrée dans l’Union européenne, la Hongrie va assumer la présidence du Conseil de l’Union européenne au premier semestre 2011″. On voit de quoi il parle, lui qui s’est si bien mis en avant lors de sa Présidence française de l’UE.

Grâce au quinquénat présidentiel en France mis en place à partir de 2002, ses deux victoires consécutives aux élections présidentielles et législatives avec l’UMP lui ont donné, en l’espace de moins de deux mois, les pleins pouvoirs à la française depuis 2007. En cela, Nicolas Sarkozy, lui même d’origine hongroise, devrait trouver en Viktor Orban un homologue (en terme de chef d’Etat) taillé sur mesure pour lui et la Hongrie, tant dans la gestion du pouvoir, que dans le conservatisme et dans le style. Rappelons que ce dernier avait d’ailleurs pris les devants dans ses accointances de chefs d’Etat avant l’heure (fin mai dernier), en rendant une visite amicale mais néanmoins « cavalière » à Silvio Berlusconi juste après s’être plaint à Merkel de la corruption politique dans son pays.

Dernière petite similitude de « style » enfin, avec son lointain concitoyen Sarkozy, Viktor Orban vient de prendre les rênes de ce qu’on appelle politiquement l’Orbanie depuis que Gabor Vona a lâché l’expression. Ca rappelle les débuts de Nicolas, à l’exception près qu’il serait très surprenant qu’Orban donne dans « l’ouverture à gauche » pour se faire apprécier du peuple, lui dont les services de Premier ministre sont déja bien connus en Hongrie.

Articles liés :

Le Président hongrois planifie la première session parlementaire pour le 14 mai

La supermajorité pour la FIDESz

Orban attendu comme le messie

Démissionnera, démissionnera pas?

« L’unité, l’ordre et la sécurité » : « V » comme Viktor

Les pleins pouvoirs pour Orbán?

Les vrais enjeux du scrutin

Comment sont élus les parlementaires hongrois?

« L’unité, l’ordre et la sécurité » : « V » comme Viktor

Chronique politique : les partis hongrois « pour les nuls » (2/5) – La FIDESz

Résultat des législatives : le retour de la Droite

Les résultats des élections en cartes

La Fidesz gouvernera seule : « Csak a Fidesz! »

Pécs VS Suez: le ring est à Budapest

La boulette du père Orban

Un commentaire

  1. Le premier patine dans la choucroute, pour tenter de maintenir la France parmi les pays les plus riches.

    Le second risque de patiner dans la choucroute, pour tenter de sortir la Hongrie de son goufre économique et financier.

    Il y a peu de chance pour que les deux meneurs se retrouvent dans la même démarche. Le premier doit maintenir tout ce qui a mené la France au sommet. Le second doit quitter tout ce qui a enfoncé la Hongrie.

    …Et dans le monde Libéral, quand l’un jubile, l’autre trinque. L’avenir de l’Europe pacifique devient de plus en plus passionante…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 8 = 16

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>