Meurtres anti-Roms, l’enquête avance doucement

La police a annoncé hier avoir avancé dans son enquête sur les meurtres de personnes issues de la communauté Rom, qui touchent depuis plusieurs mois la Hongrie. L’oeuvre macabre serait le fait d’un groupe de 4 personnes que la police recherche activement. Cependant, certains membres auraient quitté la bande jusqu’à ce que celle-ci ne soit constituée plus que d’une seule personne, ont annoncé les enquêteurs.

« Certains auteurs des crimes commis ont dû se rendre compte de la gravité de leurs actes, et ont probablement changé d’avis et décidé de ne plus participer aux meurtres » a expliqué la police, en ajoutant que ceux qui ont quitté le groupe seraient jugés avec plus de clémence.

La police considère l’individu « restant » comme expérimenté, très compétent avec des armes à feu et préparant ses actions de façon minutieuse.

Depuis juillet dernier ce sont 9 attaques qui eurent lieu contre les Roms de Hongrie , avec pour conséquences 6 décès. La dernière victime, une femme de 45 ans a été abattue dans sa maison, au Nord-Est du pays. La police qui a reçu l’aide du FBI pendant quelques mois, n’a à ce jour qu’une liste de 3 suspects.

Lundi dernier, après avoir rencontré le Premier Ministre Bajnai, le Président Laszlo Solyom a annoncé publiquement son soutien et celui de tous les hongrois à la communauté rom.

Articles liés:

Roms, le jour le plus long

La théorie du complot rejetée dans l’affaire des meurtres anti-Roms

Attentats anti-Roms, que fait la police?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 5 = 13

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>