Marianne2 se penche sur le cas hongrois

Qui est le nouveau premier ministre hongrois ?, s’est interrogé le journaliste indépendant Christophe Ventura, pour le site internet Marianne2.

« Libéral dans les années 1990, il adopte aujourd’hui un discours de plus grande indépendance vis-à-vis de l’Union européenne (UE) et des institutions financières avec lesquelles – notamment le FMI – il n’hésite pas à entrer en conflit public. Toutefois, si cet homme de droite conteste, sur la forme, la dépendance de son pays à l’égard du capitalisme financier et à ses institutions, ses politiques économiques et sociales visent à faire respecter par la Hongrie ses engagements européens et à favoriser les intérêts économiques des classes moyennes supérieures. » Tel est le constat dressé dans cet article, à l’aide d’entretiens avec les partis d’opposition : le leader socialiste Attila Mesterházy, le député Jobbik Marton Gyöngyösi et Zita Herman du parti LMP.

Et Christophe Ventura de conclure : « La Hongrie de Viktor Orban est l’un de ces laboratoires où s’expérimente l’émergence de nouveaux régimes politiques paradoxalement basés sur le passage à droite de la contestation populaire contre l’ordre économique, politique et social dans nos sociétés européennes confrontées à la crise économique et financière et à l’érosion – à l’effondrement dans le cas hongrois – de la social-démocratie et de la « gauche » en tant que projet politique alternatif, mais également d’alternance. »

Lire cet article dans son intégralité sur le site de Marianne

Un commentaire

  1. Thierren a dit :

    Vous devriez expliquer que pour vraiment comprendre ce qui se passe en Hongrie, on ne peut pas simplement utiliser les termes « socialistes », « droite », avec une grille de lecture française.
    Les « socialistes » hongrois, (en fait les anciens communistes) sont très libéraux, ils avaient d’ailleurs
    fait alliance avec le SZDSZ, le parti libéral. En huit ans ils ont vendu une grande partie de la Hongrie, et ça a été la raison de leur récent échec.
    Le Fidesz d’Orban représente en Hongrie des valeurs qui seraient plutôt défendues par la gauche en France.
    Il est en général soutenu par les intellectuels, les personnes liées à la culture…etc
    Donc on ne peut pas être trop simpliste, sinon on passe complètement à côté !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 − = 5

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>