L'OTAN fête ses 60 ans au Parlement

drapeau de l'OTANHier, le Parlement hongrois accueillait Anders Fogh Rasmussen, Secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), pour une conférence marquant le 60ème anniversaire de l’organisation internationale. L’essentiel du rendez-vous a porté sur la capacité des nations membres à affronter les nouveaux défis géopolitiques, sur leur contribution à fonder une Europe unie et démocratique, et sur une refondation du concept de sécurité.

Rasmussen a énoncé un objectif « réaliste » selon lui, celui de remettre la lourde tâche sécuritaire aux autorités afghanes dès l’an prochain. Le ministre des affaires étrangères hongrois, Péter Balazs, a lui aussi pris part à la conférence, en déclarant qu’une « coopération encore plus étroite entre l’Union Européenne et l’OTAN s’avère nécessaire, et qu’une quelconque rivalité entre les deux institutions serait déraisonnable et absurde ».

A propos de l’élargissement, Balazs a également conféré à l’OTAN une solidité et une cohérence plus importante qu’elle n’existe actuellement au sein de l’UE. Cependant, il a ajouté que beaucoup de conflits existent entre nouveaux Etats – membres, dont les relations sont actuellement « en froid ». Selon lui, ces différends touchent particulièrement l’importance des Etats et les minorités qui y coexistent. En ce sens, il a préconisé que l’OTAN se penche sur ces problèmes de façon plus attentive à l’avenir.

Il a aussi déclaré que la Hongrie devrait se poser naturellement comme un intermédiare diplomatique actif pour résoudre certains problèmes dans les Balkans occidentaux. Quant au dossier russe, Balazs a affirmé que le géant voisin de l’UE n’était pas un ennemi, mais au contraire, qu’elle est « mariée à l’Europe », et qu’elle doit retrouver un rôle pertinent et digne dans le monde. En ce sens, puisque l’OTAN se pose comme le partenaire militaire privilégié de l’UE, son dialogue avec la Russie doit se poursuivre activement.

A son tour, le président de l’Assemblée, Bela Katona, a attiré l’attention sur les défis concrets sur lesquels l’OTAN doit se concentrer en Europe : terrorisme, trafic d’armes, de drogues et d’être humains, et bien sûr l’immigration clandestine. Des problèmes sur lesquel l’OTAN doit élaborer une nouvelle stratégie selon lui. Pour Katona, cette stratégie devra inclure le processus d’élargissement de l’organisation, en acceptant à son bord de nouveaux candidats qui s’avéreraient être des partenaires clés pour enrayer ces problèmes. A ce jour, l’OTAN compte 28 Etats membres.

Source : MTI

Articles liés :

Albanie-Hongrie, les nouveaux amis


En Slovaquie, le feuilleton magyarophobe continue

Des immigrants kosovars noyés dans la Tisza

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 7 = 9

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>