L’ONU estime que la situation des Roms s’est dégradée en Hongrie

A l’issue d’une visite de 5 jours en Hongrie, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le racisme, Githu Muigai, a divulgué via un communiqué de presse les premiers résultats de son étude. HU-lala les a reproduits partiellement ici.

Hejöszalonta, 2 avril 2011 (Corentin Léotard/HU-lala)

« Sur la situation des Roms, l’expert de l’ONU a souligné que « leur situation ne s’est pas améliorée au cours des dernières années, mais elle a plutôt empiré », malgré les mesures prises. Ils ont été les plus affectés par la période de transition de la Hongrie du socialisme à une économie de marché et ils continuent selon lui de faire face au racisme, à la discrimination raciale et à l’intolérance sur le marché du travail, dans l’éducation, le logement et la santé. »

« Des informations sur des cas de violences et d’abus commis par la police contre les Roms et de discrimination dans le système judiciaire, y compris dans le système de justice pénale, ont également été portées à l’attention de M. Muigai. « Il y a urgence pour relancer l’éducation des Roms avec toutes les ressources nécessaires dont dispose le gouvernement hongrois. La Hongrie aura réussi quand elle sortira les Roms d’une situation de pauvreté, de manque d’éducation et de chômage », a-t-il déclaré. »

Après avoir salué les efforts de la Hongrie dans la lutte contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance – comme il est de coutume de le faire dans ce type de rapports – l’expert indépendant a énuméré un certain nombre de points à régler :

  • « La situation des réfugiés, des demandeurs d’asile et des migrants, qui sont selon lui quotidiennement l’objet de racisme, de discrimination raciale et de xénophobie.
  • Les conditions de détention des demandeurs d’asile et des migrants en situation irrégulière, y compris les femmes, les personnes âgées et les enfants. « Il est important pour le gouvernement de s’assurer qu’il respecte pleinement ses obligations internationales en matière des droits de l’homme », a-t-il déclaré par voie de communiqué de presse.
  • M. Githu Muigai a aussi invité le gouvernement hongrois à veiller aux droits des minorités nationales et ethniques, notamment à la suite des récentes modifications de la constitution qui ne « doivent pas affaiblir le cadre juridique et institutionnel actuel de protection des droits des minorités ».
  • Le Rapporteur de l’ONU a ensuite appelé à une action immédiate et nécessaire pour lutter contre l’antisémitisme en Hongrie.
  • Il a enfin appelé à la vigilance du gouvernement quant à la résurgence de partis politiques, mouvements et groupes extrémistes, dont certains sont soupçonnés d’avoir des programmes racistes. Il a attiré l’attention des autorités sur les discours de haine et les a exhorté à empêcher de tels comportements. »

Le rapport complet de la mission du Rapporteur spécial en Hongrie sera présenté devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU courant 2012.

Articles liés :

Premier accrochage majeur entre Roms et miliciens d’extrême-droite

Le spectre de heurts interethniques en Hongrie

Jobbik et ses milices jouent avec le feu à Hejöszalonta

La ségrégation pour éviter « la guerre civile »

Discrimination scolaire: l’Etat hongrois mis en cause

La « question Rom » selon Bajnai

En France, tous les Hongrois ne sont pas les bienvenus

2 Commentaire

  1. Finalement, le système capitaliste ne serait pas si bien que cela.

    L’ONU préconisera-t-elle le retour au communisme ?

    Le problème des Roms interpellent toutes les idéologies. Alors, quelle(s) solution(s) ?

  2. La solution est simple: programme d’AS-SI-MI-LA-TION, intense et continu, sur plusieurs générations. Comme ce qui a été fait en France lors de la construction républicaine vis-à-vis des particularismes régionaux.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + 9 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>