LMP s’en va-t-en guerre

Après avoir fait de la lutte contre la corruption l’un de ses chevaux de bataille pour la campagne électorale aux législatives d’avril dernier, Lehét Mas A Politika joint les actes aux paroles en tentant d’exhumer une ancienne affaire de corruption présumée impliquant la FIDESZ et le premier ministre Orban alors au pouvoir.

L’affaire remonte à 2001. Pour équiper son armée de l’air, la Hongrie passe commande auprès de la Suède d’avions de combat Gripen, construits par le constructeur aéronautique et automobile SAAB. La transaction incluant 12 monoplaces et 2 biplaces livrés en 2006 et 2007 et loués pour 10 ans avec option d’achat, est signée par le premier gouvernement de Viktor Orban (1998-2002).

En juin 2007, une chaîne de TV suédoise révèle des soupçons de corruption liés à cet accord. Selon ces informations, un intermédiaire autrichien aurait touché 8 millions de dollars de rétro-commissions, en récompense de sa médiation entre la Hongrie et la Suède. Une enquête suédoise émet des hypothèses, sans toutefois apporter de preuves, que l’affaire a des ramifications en Hongrie. Un procureur hongrois est nommé pour mener une enquête qui n’aboutit pas à des preuves concluant à une corruption ou à une quelconque atteinte aux intérêts publics.

S’appuyant sur une interview du procureur suédois, datée de l’année précédente, dans laquelle il affirme que des suspicions pèsent sur le gouvernement hongrois de l’époque, LMP tente d’obtenir les dossiers de l’enquête suédoise. Mais à quelques jours d’élections générales en Suède, le contexte politique n’est pas favorable et la Suède refuse le transfert d’informations.

Qu’importe, le parti bien décidé à ne pas laisser filer le lièvre qu’il a levé entend mettre la main sur les précieuses informations via ses contacts au parlement suédois. C’est son député Javor Benedek qui le fait savoir, lundi. Probablement s’agit-il, mais ce n’est là qu’une suppposition, du « PiratPartiet », le fameux Parti Pirate suédois défendant la culture libre et gratuite, les libertés individuelles et qui a fait campagne en Suède  en dénonçant… la corruption des partis au pouvoir.

Etre un novice en politique ne confère donc pas que des désavantages dans la politique hongroise. En tant que parti vierge de pouvoir, LMP – un parti politique encore non-clairement identifié mais volontiers qualifié par la presse de libéral-écolo –  bénéficie encore d’une image propre. Les partis qui ont été „aux affaires” avant eux en Hongrie ne peuvent pas tous en dire autant…

Articles liés :

En Hongrie, la corruption est à la maison

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 5 = 10

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>