Les victimes de la boue obtiennent des promesses

Toute la semaine dernière, les victimes des déchets toxiques issus de l’usine MAL ont menacé de manifester afin de presser les autorités hongroises de répondre à leurs demandes. Vendredi, le gouvernement leur a promis une « indemnisation totale ».

Vendredi soir, le ministre de l’Intérieur Sandor Pintér a déclaré au sortir d’une réunion avec les maires des localités concernées que « Le gouvernement va indemniser la totalité des pertes de la population causées par la catastrophe de boue toxique« . Selon lui, la normalisation totale de la situation n’est plus qu’une question de temps. « Dès fin juillet 2011, la vie reprendra son cours normal à Kolontar, Devecser, ou à Somlovasarhely« , a-t-il assuré. Ces promesses interviennent après plusieurs jours de bras de fer entre les habitants des communes touchées rassemblés en association et le gouvernement hongrois.

Les sinistrés en colère

La colère n’a cessé de monter à Kolontar, Devecser et Somlovasarhely, les localités les plus affectées par la catastrophe industrielle survenue le 4 octobre. Les sinistrés mécontents de la gestion gouvernementale post-crise avaient prévu de manifester vendredi pour attirer l’attention sur leurs inquiétudes : des indemnisations trop lentes et incertaines et un manque d’informations concernant les risques sanitaires qu’ils encourent.  Une « Opération escargot » sur la route nationale 8 reliant les localités touchées à Veszprém et Budapest a finalement été annulée mercredi, suite à une interdiction de la police que les autorités ont justifié par l’état d’alerte en cours dans ce département jusqu’à la fin de l’année. Le mouvement de contestation, avec à sa tête Csenki Géza, a adressé un ultimatum à Viktor Orban, lui laissant une semaine pour se rendre sur les lieux. Bien que la partie ne soit pas encore gagnée par les sinistrés, leur stratégie a semble-t-il été payante au vu des déclarations de Sandor Pintér, en fin de semaine.

55 milliards de forint de pertes

A ce jour, seuls 40 millions HUF (150.000 EUR) ont été versés, sur un fonds d’indemnisation total de 1,2 milliard HUF (environ 4,5 millions EUR). Le gouvernement justifie ce retard par les tergiversations des sinistrés : rester ou partir. Le ministre de l’intérieur a indiqué que le montant total des pertes causées par l’inondation de boue toxique est estimé à 55 milliards HUF  (un peu plus de 200 millions d’euros). 8 milliards de forints seront alloués à la construction de nouvelles maisons et 30 milliards à l’assainissement des terrains agricoles.

Articles liés :

Les victimes de la catastrophe industrielle se mobilisent

Boue toxique : l’autre vérité

MAL : le directeur commercial allemand fait ses valises

Inondations toxiques : photoreportage à Devecser

Pollution : la chasse aux coupables est ouverte

A Kolontar, le cauchemar continue

Une seconde vague de boue est « probable »

Le Danube touché…de manière encore limitée

Le Danube menacé par la «marée rouge»

Le plus grand accident industriel de l’histoire hongroise

Un commentaire

  1. Comme les choses sont différentes d’une catastrophe à une autre.

    Aux Etats Unis, c’est à BP d’indemniser les victimes. En Hongrie, ce sont les contribuables qui payent à la place de l’entreprise. C’est la porte ouverte à toutes les négligences futures. On économise sur la sécurité, les contribuables financent la remise en état, dix, cent, mille fois plus coûteuse. Pauvre Hongrois!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 × 7 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>