Les tickets restos, nouvelle cible française du gouvernement hongrois

Le gouvernement hongrois envisage de poursuivre ses mesures protectionnistes, cette fois-ci dans le secteur des services prépayés dans la restauration. L’objectif dénoncé par Bálint Bessenyey, directeur de Sodexo Motivációs Rendszerek, serait d’y casser la domination des entreprises françaises en favorisant l’entrée sur le marché de la concurrence hongroise.

Endered (ex – Accor services), Sodexo et Le Chèque déjeuner sont les entreprises françaises qui monopolisent le marché des titres de paiement dans la restauration depuis 1993 en Hongrie.

Dans un entretien paru hier sur Origo.hu, Bálint Bessenyey explique qu’un projet de loi prévoit de reporter une grande partie du marché sur des prestataires de services nationaux nouveaux, tels que OTP Bank et Magyar Posta, à travers le programme Pihenőkártya Széchenyi (« la carte restaurant Széchenyi ») lancé en juillet dernier. Ce nouveau système excluerait à priori les prestataires étrangers.

Parmi les transformations prévues par la loi, les plats chauds  seront exclus du système actuel. Ils pourraient être exclusivement pris en charge par la carte Széchenyi. Cette mesure à elle seule causerait une perte de 11,6 milliards de forints de chiffre d’affaires cumulé aux trois leaders français. L’an dernier, l’entreprise Sodexo a engrangé 85 milliards de forints, dont 5% de bénéfices ont été rapatriés.

Source : All Hungary News / Origo.hu

Articles liés :

La Cour suprême soutient Suez face à Pécs

Les expats parlent aux expats

A Budapest, le prix des bonnes résolutions écolos a un arrière-goût français

Gestion de l’eau : quand Pécs évince Suez, les villageois trinquent

Des médiateurs pour déminer les relations économiques franco-hongroises

Des multinationales qui pleurnichent dans les jupons de Bruxelles

Taxes « anti-crise » : Finances, Energie et Services en première ligne

Taxes spéciales : la deuxième offensive d’Orbán

Le capital étranger pris en grippe ?

Protectionnisme : les champs de Hongrie aux Hongrois

3 Commentaire

  1. Au moins les bénefices ponctionnés sur le portefeuil des hongrois profiteront a la Hongrie plutot que d’etre rapatriés vers la France.

  2. Zoulou,
    Si en Allemagne et en France on prenait également autant de mesures protectionnistes contre les entreprises hongroises, tu penses qu’il y aurait encore qque chose à mettre dans le portefeuille des hongrois ? C’est bien beau de baser son économie sur l’exportation aux autres pays de l’UE, mais est ce fair play de fermer les frontières de son marché intérieur aux entreprises étrangères ??? Il y aura forcément un retour de coup de bâton…

  3. Ziv,
    Ce que vous dites est bien quand il s’agit d »une situation « gagnant-gagnant », par exemple quand une entreprise étrangere s’installe, crée de l’emploi, fabriquent des produits vendus sur place ou exportés, alors oui, tout va bien. Mais dans le cas des cheques restaurants, c’est une activité purement financiere qui n’emploie que tres peu de personnes, ne produit pas grand chose, place la trésorerie générée dans des banques étrangeres, et rapporte un maximum de bénéfices exportés vers la France. Situation certainement gagnante pour la France, mais quel est le gain pour la Hongrie?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 + = 8

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>