Les adieux de Demszky au Conseil de Budapest

Gábor Demszky, maire de Budapest depuis 20 ans – soit depuis le changement de régime en Hongrie – a formulé, jeudi, ses ultimes recommandations en tant que président du dernier Conseil municipal de son mandat. En remerciant les autres membres du Conseil pour leur travail, il a confirmé qu’il ne se représenterait pas cette année.

Dans les grandes lignes de cette ultime réunion, il a proposé que le modèle de gouvernance élaboré en 1995 soit conservé. Il a également demandé à ce que le projet de ligne de metro 4 soit complété (sans rire), à ce que l’autonomie et la diversité culturelle de la ville soient préservées et que la tolérance envers les classes les plus pauvres continue d’être respectée.

Un bilan sans polémique

Pour son ultime session, Demszky a ajouté qu’il estimait laisser les finances de la capitale dans un état stable et encore gérable, malgré une dette de 161 milliards. Il a aussi affirmé que le crédit dont elle dispose encore reste viable pour couvrir le financement de ses projets de développement jusqu’en 2013. En retour, les leaders municipaux des différents groupes politiques au Conseil ont remercié Demszky pour ses 20 années de services rendus à Budapest et se sont abstenus de toutes critiques.

Parmi eux, le leader de la FIDESz, Istvan Gyorgy, a estimé qu’il n’était pas « approprié » de critiquer Demszky lors de cette réunion, mais qu’un bilan objectif de ses 20 ans aux affaires serait dressé en temps voulu, autrement dit après les élections municipales. Pour le socialiste (MSzP) Pal Steiner, l’héritage de Demszky est honorable : « au cours des deux dernières décennies, Budapest est toujours restée une ville de liberté et de tolérance », a t-il déclaré.

Les derniers dossiers, sans mentionner « l’affaire » BKV

Concernant le parc d’attraction de la ville, le conseil municipal a approuvé un prêt de 100 millions de forints, ainsi qu’une subvention de 100 millions de forints non remboursable à l’exploitant. Les membres ont également voté en faveur du gel des tarifs pratiqués pour le chauffage des immeubles. Quant aux grands problèmes encore en cours, ce sera au futur Conseil d’y faire face. L’un des premiers soucis du futur maire sera de gérer le contentieux dans le contrat des nouvelles rames des métros 2 et 4, qui oppose Budapest et BKV à la compagnie française Alstom.

Le Conseil, composé de 67 membres a donc achevé l’ensemble de ses travaux jeudi. Le prochain conseil, qui sera élu le 3 octobre prochain, ne sera composé que de 34 membres, en vertu de la législation concernant la réduction des élus adoptée par le nouveau Parlement, dont le nouveau maire, très probablement le candidat FIDESz, Istvan Tarlos.

Articles liés :

Municipales : LMP s’amuse de la défaite de l’opposition à Budapest

Débuts difficiles entre BKV et le gouvernement

Demszky tient le coup face au scandale BKV

Escalade des responsabilités dans l’affaire BKV

En Hongrie, la corruption est à la maison

Nouvelles du Danube et de Margit hid

Les nouvelles rames du M2 toujours au hangar

Reprise des travaux de la nouvelle lligne de métro

Un commentaire

  1. c’est sûr que pour « tolérer » les SDF, Budapest sait faire ! :)

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 4 = 3

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>