L’écho français de « l’expo Sarko »

De mémoire de journaliste francophone à Budapest, on n’avait jamais autant lu ou entendu mentionner la Perle du Danube dans les médias hexagonaux que cette semaine. De tous les côtés, télévisions, presse nationale, stations de radio et même l’excellent « zapping » de Canal+ (11/02) ont annoncé l’exposition de Pal Sarközy et (accessoirement) Werner Hornung à Budapest, s’étonnant faussement quelquefois de la carrière de peintre de Pal, patriarche de ce qu’il appelle lui-même « la dynastie Sarközy ».

Chose étrange, nous n’avons vu aucun autre journaliste français présent sur place, au vernissage dimanche dernier. C’est donc bien plus l’annonce et une nouvelle occasion de parler du Président qui priment sur le commentaire purement artistique… Heureusement, dira t-on, pour ce jeune peintre de 82 ans qui lance à peine sa carrière depuis mai 2007, et une certaine élection en France.

Les plus télégéniques des événements qui se sont produits dans la capitale hongroise n’ont sans doute jamais été autant médiatisés: ni les émeutes de l’automne 2006, ni la tempête du 20 août de la même année – ayant pourtant fait 3 morts, ni l’incontournable festival Sziget, n’ont égalé l’écho de « l’expo Sarko ».  Considérant les « progrès » de la communication, la première brèche effectuée dans le Mur dit « de Berlin » et la révolution de 1956 sont des événements majeurs de l’histoire magyare peut-être moins traités par les médias français que cette exposition, moitié artistique – moitié mondaine, en une seule semaine.

Si cet « évènement » a beaucoup été annoncé, il a au moins eu le mérite d’inspirer aussi les meilleurs. Ainsi, nous ne pouvons résister au plaisir de vous faire écouter la chronique de Didier Porte sur France Inter jeudi matin, intitulée Le supplice du Pal… Sarkozy! . Une des rares analyses de l’oeuvre de Pal (voir tableau ci-dessus) cette semaine.

L’exposition de Pal Sarkozy de Nagy Bocsa et de Werner Hornung est à la galerie Abigail au Millenium Center, Vaci utca (19-21) à Budapest, jusqu’au 26 février.

La vidéo en question:

Articles liés:

Sarkozy expose à Budapest

En France, tous les Hongrois ne sont pas les bienvenus

Les Sarkozy, entre le 92 et la Hongrie

La France, fief de la dynastie Sarkozy?

Un commentaire

  1. Ce qui est assez ‘drôle’ c’est que ce ‘courant d’art’ est du côté d’un « pop-art gothique » assez en vogue dans certaines galeries (notamment en Asie et dans les pays anglophones). Chacun peut avoir son opinion soit, mais l’argument n’est pas souvent visible (pour ma part ce n’est pas ce genre esthétique qui me plaît – loin de là!! -, à part la construction des icônes qui est le plus vieux theme de l’art…). A l’heure où les réseaux sociaux, ‘amicaux’ et économiques explosent, on s’interesse plus à ce qui fait surface et ‘déplait’ que le contraire. L’effort -souvent jubilatoire- se perd donc de voir les choses pour ce qu’elles sont. L’art et la politique ont toujours fait bon ménage, David aujourd’hui serait certainement à la place d’honneur des anciens révolutionnaires devenus lèche-culs (il faudrait peut-être enlever ses tableaux du Louvre alors?), c’est en tout cas comme cela que le marché fonctionne en grande partie. C’est dommage qu’on ne puisse pas aller plus loin dans l’analyse de ces évènements. Tandis que l’exposition Renaissance se termine avec très peu d’articles de recension à la fois grand public et didactiques, on continue de déblatérer sans fond sur l’exposition Sarkozy/Hornung. L’un ne devrait pas remplacer l’autre…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 − = 1

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>