Le gouvernement veut rétablir le modèle familial « à l’ancienne »

L’esquisse d’un projet du gouvernement hongrois qui sera soumis prochainement au parlement a été publiée par le portail d’actualités Origo la semaine dernière. Il s’agit de la préparation d’une nouvelle législation (concrètement une nouvelle hiérarchie des obligations familiales) sur la moralité au sein de la famille. Officiellement, le projet n’aurait qu’une valeur symbolique. Si ce n’est pour dicter aux familles la marche à suivre en matière de morale et d’éducation, il constitue au moins un nouveau terrain d’expression aux idées traditionnelles du gouvernement.

Le projet a un prédicat de depart fidèle à la conception traditionnaliste de la société chère au gouvernement de coalition de la droite chrétienne (KDNP) et de la droite conservatrice (Fidesz) : “La famille est la ressource la plus précieuse du pays et la garantie de la survie nationale”. Par consequent, “il est nécessaire que les valeurs morales essentielles à la protection de l’unité familiale soient légalement réglementées”.

Un rappel des fondamentaux

Les enfants devront par exemple mener une vie saine et se comporter conformément à l’éducation que leur auront donné leurs parents. Ces derniers devront quant à eux subvenir aux besoins de leurs enfants quitte à sacrifier une partie de leur existence individuelle. En échange, les enfants ayant atteint l’âge adulte devront s’occuper de leurs parents si ceux-ci devenaient involontairement incapables de subvenir à leurs propres besoins.

Jusque-là tout va bien, en tous cas si l’on fait une comparaison avec les dispositions légales du code civil français sur l’autorité parentale  (article 371, 371-1).

En plus de fournir l’accès à l’éducation, aux soins de santé et plus généralement aux conditions nécessaires au développement spirituel et intellectuel de leurs enfants, les parents seront également responsables de la cohérence entre l’orientation souhaitable et les aspirations personnelles de leurs progénitures.

L’éducation à l’ancienne et le rétablissement de l’obéissance

Si ces dispositions n’étaient pas déja présentes dans le droit hongrois, il faudrait s’inquiéter. Pourquoi alors annoncer de cette manière des aménagements au code de la famille, si ce n’est pour laisser la porte ouverte à des mesures plus précises et dirigistes ? Selon le gouvernement, les pratiques familiales « de bon sens » se perdent, et il convient de les remettre au goût du jour par une nouvelle hiérarchisation dans la législation.

La manoeuvre est assez pernicieuse. Sous l’impulsion du KDNP, ce projet reprend de vieilles lois désuètes (datant de 1952 pour la plupart), pour en faire des « lois moralement prioritaires ». Par exemple, le rétablissement de l’obéissance des enfants à leurs parents est au centre du projet. Aussi, en redonnant une nouvelle vie à ces « obligations morales » et en établissant une nouvelle hiérarchie des priorités dans la législation, il sera plus compliqué pour un prochain gouvernement de (re)moderniser la loi à son tour.

Selon une source travaillant sur le projet, il n’est pas encore question d’appliquer des peines à ceux qui ne suivraient pas les consignes ou les lignes directrices d’éducation fixées par le gouvernement : “Il n’y aura évidemment aucune consequence” a-t-elle déclarée à Origo. “La déclaration de ces droits et devoirs est symbolique. Ils ne font que représenter les valeurs familiales de la majorité gouvernementale” a-t-elle ajouté.

Il ne faudrait donc pas faire tout de suite un procès d’intention au gouvernement, même si ce dernier est coutumier d’une certaine démesure lorsqu’il s’agit de donner des leçons de morale.

Articles liés :

Sur la Famille dans la nouvelle Constitution et dans la Société :

La Fidesz pense au droit du sol pour octroyer la nationalité hongroise

Faites des enfants et faites le savoir !

La campagne sexy de l’INSEE hongrois pour recenser (aussi) les jeunes

La Hongrie a financé sa campagne anti-avortement avec des fonds européens !

Vote familial : Viktor Orban « écoeuré »

Consultation pour la nouvelle Constitution : une « prime citoyenne » aux familles nombreuses ?

Gays : la Constitution est aussi la leur !

Constitution : « Retour en force de l’ordre moral »

Il n’y a plus de petites économies, sauf sur les familles nombreuses

Le congé maternité repasse à 3 ans

« L’unité, l’ordre et la sécurité »

Sur le problème démographique :

L’inexorable déclin du peuple magyar

Le seuil démographique des 10 millions est imminent

Bientôt moins de 10 millions d’habitants !

La solution de Jobbik au problème démographique

Sur la Moralité dans la société hongroise :

La Hongrie voudrait concurrencer la dévotion polonaise !

Le gouvernement veut promouvoir le mariage

Avortement : le KDNP ne lâche pas l’affaire

Le gouvernement hongrois lance une campagne anti-avortement

Nouvelle Constitution : le passé d’une illusion (Chronique de Cécile Vrain)

Constitution : « Retour en force de l’ordre moral »

Sur l’Education :

La laïcité dans les écoles hongroises remise en question

Education : c’est reparti comme en 40 ?

Le billet de Patochka : « Allons enfants ! »

8 Commentaire

  1. Si un enfant sur cinq en Hongrie vit en dessous du seuil de pauvreté, c’est bien parce que les parents n’ont pas les moyens de subvenir aux besoins de leur progéniture. Il me semble que le gouvernement hongrois essaie tout simplement de détourner l’attention des problèmes économiques et sociaux de son pays – auxquels il semble bien incapable d’apporter des solutions concrètes – en agitant une fois de plus le drapeau de la « morale ».

  2. Bon…j`espere que les chers hongrois et hongroise qui partagent ce site vont pas m`en vouloir mais penser de reetablir en Hongrie un model familial a’ l`ancienne est une bourde phenomenale etant donne` que la societe hongroise est une des + sinistree que j`ai jamais vu dans ma vie…car si la Hongrie est un petit pays de quasi 10 M d`habitants ses taux concernants les divorces, les abandons d`enfants et les violences domestiques de tout genre sont plus que accablants….donc je pense qu`un bon nombre de menages hongrois auraient plus besoin d`un planning familial efficace et pas vraiment d`une loi qui impose l`ordre morale sous peine d`ammende….

  3. Antonio : il n’y a pas d’amendre :)

    Et pour tous ceux qui critiquent sans arret la morale: c’est bien souvent ce qui les le plus important dans ce monde! Qu’il soit au niveau civil ou politique, la morale est la seule chose solide sur laquelle on peut se baser pour construire une société saine.

  4. Je voulais dire « l’ordre moral » *

  5. L’ordre moral, ils vont bien en avoir besoin ces pauvres Hongrois. Ils vont par la force des choses devoir vivre dans la promiscuité familiale toutes générations confondues, obligés qu’ils vont être, de revendre ou de céder par des procédés scabreux l’habitation de trop.
    Les regroupements familiaux en Hongrie sont aussi nombreux qu’il y a de maisons à vendre et qui d’ailleurs ont peine à trouver acquéreur.
    Il faut aussi prendre en compte le sort très peu envieux des séniors puisque l’état a fait hold-up sur les retraites privées. Cette génération ne peut plus que se retourner vers la famille pour survivre.

    Zsák

  6. Zsak: je doute qu’une formation politique hongroise ait la solution a tous ces problèmes malheuresement…

    Mais qu’est-ce que cela serait si EN PLUS on se foutait de l’ordre moral… l’anarchie.. la fin, la fin de tout.

    Quand il ne reste plus que l’ordre moral comme valeur sure, autant s’y accrocher pour mieux se sortir des diffcultés concretes quand enfin cela sera possible..

  7. Non, non! Magyar tu n’y est pas!
    La réforme des pensions, la réforme de la sécu, les dernières mesures sur l’endettement qui contraint les banques à favoriser uniquement les plus nantis, la durée et les allocations de chômage réduites à leur plus simple appareil et toutes autres mesures hostile pousse la population hongroise vers la misère.
    Et là au pouvoir, un parti populiste qui à force de bourde appauvri ses électeurs mais n’en a cure. Les endettés en € et en franc suisse viennent encore ce dernier mois de prendre une raclée.
    Les magyars méritent mieux que cela.
    Zsák

  8. au fait…est-ce que dans une democratie c`est l`etat qui doit dicter les principes morales a suivre ? …Je pense que le seul etat qui peut etre issue d`une democratie est l`etat de droit…et donc on revient toujours vers le meme point…est-ce que le gouvernent actuel de la Hongire est issue de la democratie et de l`etat de droit ?….moi je pense qu`a’ l`instar des derniers gouvernents grecs, italiens, francais et espagnols la Hongrie aussi experimente, hellas, le vide et l`ennui ideologique qui caracterise ce debut du XXI siecle…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 1 = 1

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>