Le Forint gagne du terrain face à l’euro

Ce jeudi matin, le Forint culminait à son plus haut niveau depuis neuf mois face à l’euro, à 268,62 forints pour un euro.

Selon des analystes financiers, cette hausse de la devise hongroise s’explique indirectement  par un optimisme général des marchés envers la zone euro mais aussi par une anticipation des marchés sur les réformes économiques que le gouvernement hongrois doit annoncer fin février.

Moins optimistes, d’autres analystes estiment que cette forme du Forint résulte de spéculations sur la devise, qui devrait reperdre de sa valeur dans les semaines à venir.

La hausse de la production industrielle et la balance commerciale fortement positive hongroises  bénéficient à plein du rebond économique de son principal partenaire commercial, l’Allemagne.

Source : portfolio.hu

10 Commentaire

  1. c’est marrant l’effet de ce gouvernement (de droite) sur les periodes fortes et les periodes faibles semblent inversee par rapport au precedent (de gauche).

    avant: force du forint en ete et faiblesse en fevrier
    maintenant: faiblesse du forint en ete et force en fevrier

    n’etant pas economiste je ne puis que constater, je ne connais pas l’explication (et je suis preneur de toute tentative d’explication)

  2. Si le forint est fort en février, pour les raisons évoquées, il sera sans doute très fort cet été.

  3. on verra ^_^

  4. On verra mais pas sûr!
    Je ne suis pas économiste non plus mais il est vrai que la tendance va vers un renversement.
    En mars les gros chantiers urbains soutenus par la manne EU vont reprendre.
    En été les touristes étrangers venant de l’ouest (devises) sont de moins en moins nombreux en Hongrie.
    Maintenant avec ce qui se passe en Afrique du nord, il est possible que cet été on remplisse les hôtels.
    Zs.

  5. Oui, mais il existe une explication bien simple… L’inflation grandissante, la banque centrale hongroise a de nouveau augmenter ses taux à 6% fin janvier (d’où la montée du Forint). Cependant (Le_Butch), le directeur de la banque centrale (Andras Simor – anti-Fidesz) est indépendant du gouvernement, et c’est plutôt la guerre avec Viktor.
    Orban souhaite effectivement baisser ces taux intenables pour relancer l’investissement, l’économie, même si il y a un risque d’inflation. Et le puissant président est sur le point de placer ses amis au conseil d’administration de la banque centrale, et il sera donc en mesure de baisser le taux, ou tout au moins de ne plus l’augmenter (car ca fait tout de même une rentrée d’argent non négligeable, surtout depuis qu’il n’est plus possible de faire d’emprunt immobilier en devise étrangère).

    A noter également, que l’inflation commence à gagner l’erurozone, et bon nombre d’économistes pensent qu’à court terme, Trichet (banque centrale européenne), va augmenter le taux directeur (qui est à 1%). Le boulot de la BCE n’est pas de relancer l’économie, mais de lutter contre l’inflation, et que ce soit en Afrique/Asie/Amérique/Europe, tout le monde est d’accord pour dire que l’hyperinflation nous guette : pétrole à 100$, le coton au plus haut, sans parler des denrées alimentaires comme le sucre.

    Donc pour répondre à Nudiwolrd, je pense, je suis même certain, comme ts les économistes (recherchez Forint sur Bloomberg ou spécialistes du Forex), que cette montée du forint n’est que temporaire, que nous verrons très prochainement le forint chuter dès que Orban réussira à prendre le contrôle de la Magyar Nemzeti Bank, et que Trichet va remonter ses taux.

    Fewwww…. Travail d’éco le matin au reveil… :)

    PS: Ca n’engage que moi, mais je suis Bull sur l’€/HUF, et ce dernier vient de remonter à 270 ce matin. Ce sera en dents de scie, mais je vais rester Bull à moyen terme.

  6. Si L’économie hongroise bénéficie du rebond économique allemand, le forint devrait continuer à bien se porter.

    Et si en plus, le gouvernement saura relancer le tourisme, ce devrait être une bonne monnaie pour un certain temps.

  7. Nudiworld, la valeur d’une monnaie ne se calque pas sur le tourisme, ni même son activité économique.
    Exemple :
    - La BCE relève ses taux (ca ne saurait tarder du fait de l’inflation) : l’€ s’envole vis à vis du US$ (sans aucun rapport avec la croissance, juste que la devise est plus rare pour éviter l’inflation), et encore plus du HUF, et pourtant tu verras le DAX ou le CAC40 perdre 2 à 4% dans la même journée car les marchés vont mal digérer la chose. Hausse des taux = moins de liquidités, € plus cher donc moins d’investissements, difficultés sur le marché immobilier, difficultés à l’export (guerre des changes actuel entre la Chine et les USA par ex)
    - La Suisse, dont les économistes doutent de la stabilité économique du fait d’un franc suisse sur acheté et sur évalué… Et pourtant, ce sur-achat s’est fait du fait du fond or du gouvernement…

    Bref, des exemples on peut en trouver à la pelle… Sans compter que je n’ai vu aucun économiste (je ne parle pas de ceux du gouvernement hongrois) prévoir un bon taux de croissance pour la Hongrie. Soros n’a jamais recommandé d’acheter du Forint ;)

    Mais défis accepté, je suis Bull sur l’€/HUF, tu prends la position inverse… Et on verra d’ici qques mois celui qui est ruiné ;)
    Le Forex est un monde à part mon cher Nudiworld, les mécanismes sont plus compliqués que l’observation du nombre de touristes dans une capitale ;)

    PS: même l’économiste hongrois le plus connu au monde (Soros), est plus connu pour ses positions short (à la baisse) sur les stocks hongrois qu’à la hausse… Il a même était accusé d’une baisse magistrale du stock exchange hongrois en 2009, car il avait réussi magistralement à faire baisser le cour de la banque hongroise OTP de presque 50% :)

  8. Il y a les grandes monnaies, comme l’Euro, le franc suisse ou le dollar, et il y a les autres. Un pays qui croule sous les devises convertibles, ne peut pas avoir une mauvaise économie, ni de mauvaises finances. Voir la Chine ou l’Allemagne.

    On peut jongler comme on veut avec la monnaie, on ne compensera jamais une activité économique moribonde. Les français en savent quelquechose, heureusement que nous avons l’Euro. Merci aux Allemands, Hollandais, Autrichiens… qui nous obligent à nous tourner vers la rigueur économique, plutôt qu’à nos illusions traditionnelles.

    En revanche, quand on a une excellente économie, comme les Allemands en ce moment, on doit tout faire pour éviter de jongler avec la monnaie. Le problème, c’est que dans la zone euro, tous les pays ne peuvent pas voir les choses comme les allemands. Les français qui n’arrivent pas à suivre, se plaignent beaucoup de l’euro fort. Espérons que la france restera encore longtemps, le premier pays touristique du monde. Ca compensera un peu.

  9. Oui, sauf que la l’économie française est basée sur la consommation intérieure, contrairement à l’Allemagne qui elle est basée sur les exportations. C’est une des raisons que l’Allemagne se fouette pour sauver l’Euro quitte à ce que cela coûte très cher, car en maintenant les PIIGs, cela abaisse la valeur de l’Euro (donc augmentation des exportations). Non, pas du fait de l’économie, mais du fait de la mauvaise santé financières des gouvernements des piigs.
    Eco et gestion sont 2 choses différentes, la preuve en est par la Californie qui n’arrive plus à rembourser ses dettes, alors que c’est un des états les plus riche en terme d’activité économique.
    Le seul problème pour l’Allemagne aujourd’hui, c’est Trichet, M. anti-inflation qui s’apprête à relever les taux de la BCE, ce qui va mécaniquement faire envoler l’€ vis à vis des autres monnaies.
    Mais bon, en même temps, le monde croule sous les € aujourd’hui avec un taux à 1%. C’est de l’argent gratuit, surtout que les banques peuvent prêter aux piigs ou à la Hongrie à plus de 5%.
    Et donc, quand Orban (suite à ses déclarations) va prendre le contrôle d’ici qques mois de la banque centrale hongroise et qu’il va abaisser à moins de 6% le taux afin d’atténuer le poids de la dette et rendre plus compétitif les exportations hongroises (car forint en baisse), et que Trichet va faire son boulot en augmentant le taux de la BCE (surement à 1,25 pour commencer), alors on va très certainement retrouver un € à 300HUF…

  10. Il y a le court terme et le long terme.

    D’accord avec vous. Si les taux évoluent comme vous le supposez, l’euro sera à 300 forints, et pourquoi pas même 350.

    Et, comme vous le dites, cela va encore plus doper les exportations hongroises. Et à 350, même le tourisme. Mais, il y aura alors des rentrées de devises, le forint sera davantage demandé, il remontera aussitôt. Un forint en baisse, en ce moment, permettrait de conquérir des parts de marché, qu’il faudrait ensuite conserver.

    Pour la dette française, la baisse du cours de l’euro ne changera pas la donne, dans un premier temps. Ce sont les français qui sont, en grande partie, les prêteurs. Ce n’est que si l’inflation reprend, avec hausse des salaires, qu’en valeur réelle, la dette s’amenuisera. Il y en a pour dix ans. Et comme l’euro doit plutôt être à la hausse…

    Pour la Californie, comme pour tous les pays endettés, c’est la fiscalité qui pêche. Pour rembourser les dettes, il faut diminuer les dépenses. Mais, dans un contexte de crise économique, il aurait fallu aussi augmenter les impôts. Comme la Californie et la France s’y refusent, ils sont de plus en plus étranglés. Jusqu’au jour où le FMI passera par là, et imposera des solutions encore plus radicales. La Grèce en sait quelquechose, la Hongrie aussi.

    La solution en Grèce est de supprimer les corruptions; en Hongrie, probablement aussi.

    Et si les grecs se désolent de voir une désaffection touristique, c’est parce qu’ils savent bien qu’il faudra autant trouver ailleurs.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


4 + = 5

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>