La taxe canine fait un flop

La taxe canine est sans doute la taxe la plus amusante et la plus absurde qu’a promulgué le gouvernement de Viktor Orbán. Introduite début janvier, elle a suscité un grand nombre de moqueries et de critiques. Les journalistes d’Index.hu ont mené une petite enquête afin de déterminer le succès de cet impôt et le résultat est bien décevant : à ce jour, seulement 3 municipalités ont introduit cette taxe !

Le chien Komondor (photo : hypervocal.com)

L’info relayée par HU-lala en décembre avait fait grand bruit et avait été reprise dans « Le Monde », dans le quotidien roumain « Adevarul », ou encore dans le journal hongrois pro-Fidesz « Heti Válasz » qui déplorait que l’on se moque du régime de Viktor Orbán. Mais qu’avait donc cette taxe pour causer de telles réactions ? En fait le principe de la taxe sur les chiens existe aussi à l’étranger, en Suisse par exemple, mais en Hongrie cet impôt a une petite particularité : les chiens de races originaires de la « Grande Hongrie » ne sont pas taxés. Bref, encore une de ces absurdités dont le gouvernement Hongrois a le secret.

A l’annonce de cette nouvelle taxe l’Association Hongroise des Éleveurs de chiens (MEOE), avait annoncé que moins de 10% des municipalités allaient l’introduire, estimation qui, au final, s’est révélée bien optimiste car seules 3 municipalités ont décidé de prélever une dîme sur nos amis à quatre pattes. La taxe canine est donc appliquée à Kaposvár, Mindszent et Újfehértó. Plusieurs autres municipalités y ont songé mais soit les délibérations sont en cours, soit elles ont abandonné le projet.

Károly Szita le maire de Kaposvár – la plus grande ville à l’avoir introduit – a déclaré que « ce sont les habitants qui ont voulu cette loi« . La mairie avait envoyé un questionnaire à plus de 24.000 foyers et 81% des 3.000 personnes ayant répondu se sont prononcées en faveur de cet impôt. Son montant a cependant été diminué de moitié et les propriétaires devront donc débourser 3.000 forints pour leur toutou. La mairie avait déjà équipé assez récemment les chiens de Kaposvár d’une mini-puce gratuite pour faire disparaître les chiens errants. D’après M. Szita il est possible que cette taxe entraîne quelques abandons, mais il recommande plutôt aux propriétaires souhaitant se débarrasser de leur chien de les déposer au chenil où ils sont repris gratuitement.

L’argent récolté par la municipalité – environ 10 millions de forints – servira à l’achat de micro-puces, à la castration, à la mise en place d’une base de donnée sur les chiens de Kaposvár et à financer le chenil de la ville. Pour le maire, le véritable but de cette taxe est de renforcer l’ordre dans la ville, les propriétaires ayant abandonné un chien équipé d’une micro-puce devront payer plusieurs milliers de forints. Judit Szántó, à la direction d’une association locale de protection des animaux, cite l’exemple d’un homme  qui, après avoir entendu parler de la taxe, est venu en jeep pour déposer son chien au chenil. Détail piquant : il s’agissait d’un Kuvasz, une race hongroise qui n’est pas soumise à la taxe !

La mairie de Mindszent, petite ville paisible du comitat (département) de Csongrád, a quant à elle expliqué la mise en place de cette taxe par la volonté de lutter contre les chiens errants. Monsieur le maire est catégorique : « les chiens disparaîtront des rues en moins de trois mois« . Cet argument semble en contradiction total avec la position de l’Union des Municipalités Hongroises (Magyar Önkormányzatok Szövetsége – MÖSZ) qui avait appelé en décembre les municipalités à ne pas introduire cette taxe car elle risquait, justement, d’augmenter le nombre d’abandons. András Korózs, le directeur de l’Association Hongroise des Éleveurs de Chiens a déclaré que cet hiver, le nombre de bêtes abandonnées a augmenté dans les municipalités ayant décidé d’introduire la taxe.

La modification de la loi sur la protection des animaux a tout de même un aspect positif, il faudra tenir des bases de données très précises sur les chiens. Selon les estimations, il y a environ 1,5 millions de chiens actuellement en Hongrie. Les vétérinaires profitent également de cette réforme car le nombre de castration a fortement augmenté dans tout le pays.

Notons encore que les chiens n’étaient pas les seuls visés, le gouvernement hongrois prévoyait également de taxer les chats, mais cela a suscité une levée de boucliers dans les milieux ruraux par crainte d’une invasion de rongeurs !

Source : Index.hu

7 Commentaire

  1. Je vous pique cette fantastique photo

  2. Comme l’écrivait Sándor Márai en parlant du régime communiste, « Ridicule mais redoutable ».
    Zs.

  3. Super photo, j’ai pris le même modèle en photo mais en noir le mois dernier à Hajduszoboszlo :
    http://goo.gl/gu6Lk
    on dirait Barbulle !

  4. French Tourist a dit :

    Belle photo marcu !
    Par contre votre référence « Barbapapa » n’est pas la bonne, il ressemble à Barbouille ! En plus c’est Barbidule et non Barbulle !

    Sinon il y a une belle photo d’un komondor blanc qui avait été utilisée pour la pochette du second et magnifique album de Beck !

  5. @french tourist :
    Barbouille, en effet il faudrait que je revoie mes classiques :) merci

  6. Je trouve la non taxe des chiens de race hongroise compréhensible,ces chiens étant lentement en voie de disparition surtout le Komondor avec ces 60 kg. Difficile en appartement. idem pour le Puli.
    C’est presque un apostolat de les avoir et de les garder « propres » et en bon état de pelage cordé.
    D’autre part,il y a beaucoup de chiens abandonnés au moment des vacances .. etc et obliger à les identifier par puces est une bonne chose.

  7. @MCS,
    La population hongroise étant lentement en voie de disparition(voir le taux démographique).
    Je trouverais la non taxe des hongrois compréhensible.
    Lol.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 − 3 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>