La presse people ne perce toujours pas le secret de « Cini »

Ça y est, c’est fait, Kristina Rady se retrouve dans les salles d’attente des généralistes et autres médecins, en Une de l’incontournable hebdomadaire Paris Match. Cette semaine, le magazine consacre 6 pages à sa vie de « Madame Cantat », et au récit de ses derniers jours avec le chanteur de Noir Désir. Un peu moins de trois semaines après le suicide de la femme de lettres et de culture franco-hongroise, le « mystère de sa mort » n’est toujours pas divulgué publiquement, mais la presse people de référence en fait désormais ses choux gras.

L’article de Paris Match, long de trois pages tout de même, revient en détails sur la vie de couple et de parents de Kristina et Bertrand Cantat. On sent que l’enquête de voisinage a plus ou moins porté ses fruits pour tenir le lecteur non-internaute en haleine, mais rien dans le récit de ses rédactrices en France, ou de sa correspondante à Budapest ne dévoile le secret de sa mort brutale et inattendue. Rien n’explique non plus le contenu de sa lettre qui mentionne qu’elle manquait d’attention.

L’entourage de « Cini » garde fermement le silence et, au grand dam des tabloïds français, la responsabilité tout du moins morale de Cantat dans le suicide de la mère de ses enfants ne peut être que supposée pour l’instant. C’est en tout cas ce qui plane sur le portrait exhaustif de Kristina Rady peint par Paris Match.

Une nuit à l’A38 en son honneur

Samedi 6 février, une soirée de concerts sera tenue en hommage à « Cini » à l’A38 (voir photo), la péniche qu’elle avait dénichée pour les fondateurs du bateau concert amarré sur le Danube, à Budapest. Le navire ukrainien deviendrait, dans l’esprit de Kristina, la version hongroise du Batofar à Paris. Le deuil de cette ambassadrice de la culture franco-hongroise, sera fait comme il se doit, lors d’une nuit musicale organisée par ses meilleurs amis. L’entrée sera gratuite, mais la « fête » sera néanmoins limitée à 300 personnes.

Articles liés:

Des obsèques pleines de respect pour Kristina Rady

Le suicide de Kristina Rady suscite le silence

Suicide de Kristina Rady Cantat, âme franco-hongroise

2 Commentaire

  1. La mort n’a jamais tué personne.
    encore moins tout ce que Cini a construit et réparé
    Sziget 2011 nous ramène à sa belle flamboyance

    On t’embrasse là ou tu es
    Veille sur Milo et Alice
    et donne force et courage à Bertrand

  2. La mort n’a jamais tué personne.
    encore moins tout ce que Cini a construit et réparé
    Sziget 2011 nous ramène à sa belle flamboyance

    On t’embrasse là ou tu es
    Veille sur Milo et Alice
    et donne force et courage à Bertrand

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 3 = 12

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>