La manif’ de l’opéra vue par la télévision publique hongroise

« Les médias publics sont de plus en plus un outil de propagande au service du pouvoir », a déclaré le journaliste hongrois Attila Mong, ce mercredi dans le journal de 13h de France Inter. Effectivement, alors que les chaînes de télévision privées – Hir TV, ATV… – diffusaient en direct lundi soir les images de dizaines de milliers de manifestants massés sur l’avenue Andrassy de Budapest, la télévision publique MTV interviewait son journaliste très en marge du rassemblement, laissant à voir à ses téléspectateurs une avenue quasi-déserte.

Voici le montage photo qui circule en ce moment sur la toile et qui met en exergue le contraste entre deux pays : à gauche celui de Viktor Orban où règne l’ordre et la paix sociale tels que le rapportent les médias publics, et à droite celui de ses opposants qui réclament « le retour de la République ».

Cela en dit long sur le fossé qui se creuse entre le gouvernement et l’opposition et sur la perte de confiance d’une partie de la population hongroise vis-à-vis de l’Etat, dont l’appareil est quasi entièrement aux mains de la Fidesz.

L'info selon MTVA

Balazs Nagy Navarro – responsable du syndicat des personnels de la télévision publique – ainsi que 3 autres journalistes ont commencé une grève de la faim le 10 décembre, à la suite d’une manipulation médiatique : dans un reportage diffusé le 3 décembre, le visage de l’ancien président de la Cour suprême Zoltan Lomnici, farouche opposant au pouvoir, avait été dissimulé pour qu’il n’apparaisse pas à l’écran à côté de la personne interviewée.

16 Commentaire

  1. Tous les medias européens ont fait exactement la même chose (mais dans le sens inverse) en gonflant ridiculement les chiffres du nombre de manifestants de lundi soir. On a lu partout dans la presse européenne et notamment francaise (reprenant une dépêche AFP) des chiffres de 70 à 100 000 manifestants.

    Etant sur place, j’ai pu constater qu’il y en avait 15 à 20 000 au grand maximum, et ceci avec une météo plus que douce pour la saison.

  2. je ne donne pas tort a francois…
    la france donne des lecons de lierte de la presse ??? ^_^
    « Bizarre quand même que France Inter s’épargne un joli buzz en coupant la vidéo avec Morano. C’est qui déjà qui préside la station ? »
    l image a ete coupee mais pas le son, c’est bizarre ^_^

    http://www.leparisien.fr/laparisienne/femmes-de-tete/video-clash-entre-nadine-morano-et-sophia-aram-sur-france-inter-04-01-2012-1796333.php

  3. Avec le raté de près de 48 heures de Hu lala pour publier un article sur cette manif, tous ont eu le temps d’aiguiser leurs arguments. Cela a un goût de réchauffé si vous voulez mon humble avis !

    François (notre François, pas celui de Hu lala), lui, était sur place et comme personne ici ne doute qu’il sache compter jusque quinze mille en moins une heure trente, nous lui faisons une confiance aveugle.
    Tiens ! Aveugle, cela me dit quelque chose…
    En effet, l’agence Reuters qui avait annoncé la démonstration de force, que je vous avais ici même, si gentiment relayé, était aussi sur place et compter en anglais ou en français (AFP) çà donne pratiquement les mêmes chiffres. Bizarre !

    Après cela nous sommes aussi ravis d’apprendre que la météo est clémente à Budapest.
    Pour les habitants de la capitale hongroise pour qui j’ai beaucoup de sympathie et surtout beaucoup d’empathie la nouvelle est non négligeable puisqu’ils vont pouvoir faire des économies de chauffage. Avec un rouble qui avoisine les huit forints, les factures de gaz risquent de coûter très cher cet Hiver.
    Zs.

  4. en tout cas la Hongrie est desormais dans le collimateur de Bruxelles….car la commission europeenne a deja’ demande’ au gouvernement Orban de revoir certains articles de la nouvelle constitution quite a geler les aides de 15-20 miliards euros destines a’ reevaluer le forint…qui aujourd`hui a perdu davantage de valeur…

    ca demarre en corde raide pour la Hongrie…

    et pourtant le 1er gouvernement Orban ne fut pas si controverse’…

  5. faut dire aussi qu`il n`avait pas la majorite’ plus qu`absolue…

  6. Merci pour Zsak et son bon sens et aussi pour son ironie extraordinaire qui m’a fait bien rire!

  7. Vadaskerty a dit :

    >et pourtant le 1er gouvernement Orban ne fut pas si controverse’…

    A l’époque la bande á Viktor pensait se faire réelire pepere, et le résultat des élections de 2002 les a pris á froid, remember l’ambiance Titanic dans les ministeres entre les deux tours. S’ajoutant la honte de perdre face á Medgyessy, qui n’était pas franchement charismatique…
    Suivit la tragi-comédie du « Számoljuk vissza a szavazatokat » pendant quelques semaines et déjá on pouvait imaginer ce que donnerait leur éventuel retour au pouvoir: tout bétonner pour ne plus revivre cela.

    Il l’ont fait, et de ce point de vue le Fidesz est fidele á lui-meme.

    Reste qu’une greve un peu sérieuse ferait beaucoup de mal á cette bande de lascars, voir la distribution de carottes au cheminots et á certains fonctionnaires…

  8. mais ca c’est vrai, nous étions á-peu-pres 80 000 – 100 000 á la manifestation. j’étais la mois aussi et j’ai jamais vu autant de monde.

  9. Webvik, je vous remercie pour ce commentaire, mais Zsák jamais n’ironise, au pire il raconte!
    Voici donc sa dernière histoire. Bien sûr tout … qui feraient penser à …Et vous connaissez la suite.

    Émil de Budapest.

    D’où me vient donc ce sentiment bizarre que je suis seul ?
    Mais non, je ne suis ni seul ni isolé mais j’ai quand même le blues, pensait Émil, le regard perdu dans ses illusions.
    Nous sommes pourtant deux millions à avoir fait confiance à un homme que le monde entier appelle aujourd’hui l’autocrate de Budapest.
    Je ne comprends pas où ces médias veulent en venir, ici la vie n’a pas vraiment changer.
    Que le pays s’appelle république ou non, nous sombrons tous les jours un peu plus dans la misère et ce n’est la faute à personne ici, le mal vient d’ailleurs.

    Nos fonds de retraite nous ont bien été retirés mais je suis encore jeune, dans vingt ans ma retraite d’état suffira largement à mon existence et puis il fallait bien une réserve d’argent pour que notre gouvernement ne soit pas obligé de subir les pressions venues de l’étranger.

    Je suis courageux, tout le monde me le dit au parti. J’ai de la chance, j’ai un boulot à la MAV, je travail sur les voies de cinq heures trente à quatorze heure et le soir je suis serveur dans un petit resto pour étrangers qui ne marche pas trop mal.
    J’ai quelques difficultés à rembourser le crédit de notre appartement, le franc suisse s’est emballé ces derniers temps et je n’ai pas obtenu faute de garantie suffisante l’autorisation de la banque de relancer mon crédit en forint. D’autre au parti qui avaient épargné ont pu bénéficier du système, mais moi, épargner je ne savais pas. J’ai pourtant tout essayé !

    Chance, je n’ai pas de voiture, ce n’est pas l’envie qui m’a manqué mais si c’est pour faire comme mon beau-frère qui voit sa VW pourrir devant l’immeuble faute de pouvoir mettre cinq litres d’essence dans le réservoir.
    Comme distraction, le dimanche nous partons tous ensemble nous promener dans les grandes surfaces (ici elles sont ouvertes sept jours sur sept), lui, ma sœur, ma femme et moi. C’est moi qui allonge les deux mille forints de carburant.
    On ne sait pas ce payer grand-chose, juste le nécessaire, pour le superflu la TVA à vingt-sept pourcents ne nous facilite pas la vie.
    Les étrangers doivent bien comprendre qu’ici personne ne roule sur l’or, d’ailleurs même les ministres doivent troquer leur BMW et Audi de fonction pour une Skoda Superbe et tous les travailleurs de la patrie sont taxés de la même manière, un taux unique de 16 %.
    La même chose pour tous, n’est-ce pas cela la démocratie ?

    Mon père me téléphone souvent, il habite la campagne proche du Balaton, sa maison est payée depuis longtemps, il n’a qu’une très maigre retraite mais il n’a pratiquement pas de charges à payer. Son électricité pour l’éclairage, la télévision et le groupe hydrophore, son eau uniquement pour boire et cuisiner (le reste vient du puits via le groupe), quelques taxes communales et puis c’est tout.
    Ah non, j’oubliais Csésar, son labrador qui bientôt sera taxé.
    Le chien, il ne peut pas s’en séparer à cause du poulailler, pas tant par crainte du renard mais là-bas il y a des voleurs de poules, des tsiganes d’après son voisin Gabor.
    Mes parents ont un grand potager qui est leur principal passe-temps. Maman va à la messe tous les jours, ça lui fait une sortie matinale.
    Grâce à l’autorisation du nouveau gouvernement et à ses quelques arbres fruitiers mon père distille quelques litres d’alcool maison. Çà met du baume au cœur !
    La maison n’est pas très grande et l’hiver ils ne se tiennent que dans deux pièces situées au sud pour économiser le bois de chauffage.

    Papa qui est toujours de bonne humeur m’explique comme à un enfant que le premier ministre laisse courir le forint et va faire tourner la planche à billet pour que la monnaie dévaluée soit enfin remplacée par la couronne hongroise où le laid mot de république n’apparaitra plus
    .
    Eh bien non, tout compte fait, depuis 1900 rien n’a vraiment changé dans notre pays !
    Zs.

  10. lol zsak
    malheureusement cette caricature n’en est pas vraiment une… par contre je ne pourrais pas dire quel pourcentage de la population se retrouve dans celle-ci.
    je connais des gens de tous les milieux en meme quantite alors il est pour moi difficile de quantifier.
    il serait interressant de le savoir.

  11. Lol ! Le_butch,comme tu dis !

    Je ne pense pas non plus que c’est une caricature, ce serait plutôt un instantané.
    Nous pouvons essayer d’imaginer ce qu’endurent bien des hongrois, mais ce qu’eux en pensent vraiment…

    Quant au pourcentage, nous pouvons peut-être nous référer à l’article de ce matin « bienvenue en Orbanistan » qui ne dit, hélas, rien de bien réjouissant :

    Les plans d’austérité qui plongent la population hongroise dans une situation de plus en plus précaire (1/3 des hongrois vivent en dessous du seuil de pauvreté dont un million dans des conditions d’extrême misère!).

    Zs.

  12. « Votre commentaire est en attente de modération »

    Bizarre, alors que de nombreux intervenants ont pu reagir…

  13. Je recopie donc mon message:

    Votre commentaire est en attente de modération.

    Zsak: « en anglais ou en français (AFP) çà donne pratiquement les mêmes chiffre »

    « According to Reuters, about 30,000 people gathered around the Budapest Opera Theater »

    Source: http://pik.tv/en/news/story/27226-thousands-protest-new-constitution-in-hungary

    « 70.000 selon les observateurs » pour un article Nouvel Obs avec AFP

    Source: http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120103.OBS7906/hongrie-manifestation-sans-precedent-contre-viktor-orban.html

    Quand je vois des « observateurs » qui me donnent des chiffres du simple a plus du double, c’est qu’ils ont aucune idee precise du vrai nombre. Je ne crois que ce que je vois tel Saint Thomas, et en reste donc a mon estimation faite sur place.

  14. Aller au Cinéma St André des Arts (75006 Paris) jusqu’au 10 Janvier inclus voir 6 films de G. Zsiga dont 2docs: Budapest étoilée et Paris/Budapest, bijoux de psychologie sur la mentalité hongroise.

  15. Cela me fait chaud au coeur de vous lire tous…

    Cela fait aussi 10 ans que j’habite a Budapest, 18 emme arrondissement, cela fait aussi 4 ans que j’ai reussi a passer et a obtenir la nationalite de la Republique de Hongrie, et…..pour les nouveau nationnaux, nous avons une periode de temps d’essai de 10 ans avant d’etre vraiment consideres comme Hongrois, dirions-nous pure laine… Par contre, entre temps, la constitution a change, allez savoir va encore changer, comme la monnaie couronne, le forint de bien avant la couronne, maintenant, et…pour toujours le forint…Cela ne pourra pas durer, quand un gouvernement, se dépêche de changer les noms de certaines places, ponts, de l ‘état, cela coûte très trop chers, quand le pays est exsangue, en faillite, et ne peut vraiment pas supporter les capricieux Présidents, Rois, députés, qui n’ont en têtes qu’une seule et même idées…Comment faire de l’argent avec, moins que rien….???? Le peuple aussi se débrouille très bien dans ce système..

    Bon, d’ici peu nous payerons un oeuf, 100 milliard de forints….

    Et comme la majorité des chiens qui vivent en Hongrie sont étrangers, le Gouvernement a bien compris qui il faut taxer…les race étrangères, Européenne ou pas….

    Dites moi, brave Hongrois, maintenant, que 2700 médecins désirent s’expatrier, ne trouvant pas les moyens pour soigner la population a rabais, cela c’est pas encore très grave, mais, quand notre belle nation, ce verra signaler l’interdiction de reste dans la communauté Européenne, mais…nos docteurs…???? ou irons t’ils…en Chine? et puis, dans d’autres pays, receveront’ils des pourboires??

    Hier, j’ai vu un signe appose dans un véhicule… c’était écrit 100 % Magyar, a la renverse que je me suis retrouvée…

  16. Ce que personne ne semble mentionner c’est l’exode de jeunes Hongrois diplômés, parlant une, deux ou plusieurs langues étrangères qui se prépare.

    De tous temps les Hongrois sont partis travailler à l’étranger, sur des chantiers, dans les hôtels, sur les bateaux … ou dans l’informatique. Pour la plupart d’entre eux, c’était provisoire, le temps de se faire un petit pactole et de rentrer.

    Depuis quelques semestres par contre des Hongrois, au chômage, sont partis tenter leur chance à l’étranger. Avec plus ou moins de qualifications, avec une connaissance plus ou moins profonde d’une langue étrangère ce n’est pas forcément une réussite et pourtant … ils ne rentrent pas. Signe que …

    Aujourd’hui c’est au tour des diplômés de l’enseignement supérieur, parlant 1, 2 ou 3 langues, qui ont un emploi, et en général à des postes de cadre moyen ou même supérieur de songer à partir et tenter leur chance à l’étranger. Pourquoi? Ce n’est pas par choix! Mais quand vous avez un poste avec un salaire plus que décent et qu’à cause du crédit (en francs suisses) sur votre logement, vous devez faire attention chaque mois, vous commencez à trouver que c’est du gâchis et qu’à l’étranger vous devriez pouvoir mieux vous en sortir. Le problème, de ce raisonnement, c’est que ces personnes sont parties pour 10 ou 15 ans, le temps de rembourser le crédit. Et au bout d’un temps pareil … il n’est pas évident de rentrer.

    Et la Hongrie est en train de perdre ses forces vives … et je ne parle pas d’exception mais de tendance lourde …

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2 − 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>