La laïcité dans les écoles hongroises remise en question

Le syndicat enseignant PSZ a saisi en recours la Cour Constitutionnelle pour protester contre une loi votée le 8 juin dernier qui autorise les gouvernements locaux à céder l’administration de leurs écoles aux églises, a déclaré hier Piroska Gallo, la leader du syndicat.

La loi a été proposée par le KDNP, allié chrétien-démocrate du Fidesz et membre de la supermajorité parlementaire.

Piroska Gallo a expliqué que cette nouvelle loi empiète sur la liberté des parents et des élèves à choisir une école libre de tout engagement religieux. La situation est d’autant plus alarmante dans les petites villes et villages qui ne disposent que d’une école, puisque si cette école est léguée à une église, les parents n’auront pas d’autre choix possible que d’y envoyer leurs enfants, que cela leur plaise ou non.

Encore plus alarmant, surtout en cette période de disette: selon la nouvelle loi, les églises seront chargées d’assurer le financement des écoles dont elles auront repris l’administration. La loi précédente prévoyait que les municipalités cédant l’administration de leurs écoles à des églises devaient financer les écoles pendant encore 5 ans.

Piroska Gallo s’est également inquiétée du sort des enseignants de ces écoles. Selon elle, les enseignants des écoles qui changeraient d’administration pourraient perdre leur statut de fonctionnaire et voir leurs conditions de travail modifiées. Certains enseignants pourraient même perdre leurs emplois s’ils refusent de se conformer aux attentes de l’église gérant leur école, a-t-elle déclaré.

Si le PSZ a saisi en recours la Cour Constitutionnelle c’est que le Président Laszlo Solyom a signé cette loi alors que le syndicat avait fait appel à lui, en vain, lui demandant de ne pas la valider.

7 Commentaire

  1. Vadaskerty a dit :

    Le terme de « laicité » n’a pas, á ma connaissance (manifestez-vous pour combler cette éventuelle lacune), de strict équivalent en hongrois. On parlera de « világnézetileg semleges », comme l’a dit Gallo Piroska dans son propos rapporté par Népszabadság. Ce qui signifie á peu pres « avec une vision neutre du monde ».

    Le terme « laikus » existe quant á lui, mais exprime plutot la notion de candide, d’ignorant, ou de non-expert dans un domaine qui peut etre la religion, ou autre.

    Ainsi, la laicité dont on peut parler en France est un concept peu connu en Hongrie, en tout cas beaucoup moins défendu que dans la République.

    Honneur donc á ceux qui, ici, s’insurgent contre les intrusions religieuses dans l’espace public. D’autant plus que les ecclesiastiques de Hongrie ne renoncent pas á l’idée d’avoir un poids politique, assez éloigné du message universaliste et humaniste que l’on peut, avec beaucoup de bonne volonté et une bonne loupe, trouver dans les 4 versions des Aventures du Petit Jésus.

  2. ilovetodorov a dit :

    « (…) assez éloigné du message universaliste et humaniste que l’on peut, avec beaucoup de bonne volonté et une bonne loupe, trouver dans les 4 versions des Aventures du Petit Jésus. »

    Ces blogueurs qui se voient en tant que philosophes de religion devraient se contenter des domaines intellectuels dans lesquels ils sont compétents. En plus, cette situation des écoles « religieuses » vs. « laïques » est souvent citée par les médias d’orientation socio-libérale réclamant une école « avec une vision neutre du monde », bien que celles-ci existent déjà en Hongrie : ce sont les écoles municipales. Mais ce que ces médias oublient c’est que pendant des décennies il n’y avait pas d’écoles « avec une vision neutre du monde » en Hongrie grâce au régime communiste qui ne tolérait que la vision « socialiste scientifique » = « marxiste » du monde…

  3. zsiga georges a dit :

    Toute atteinte à la « laïcité » est une atteinte à la liberté et à la « neutralité éducative » quel que soit le pays. Et expliquer cette loi régressive par le « marxisme précédent » enseigné durant la période communiste est léonin. Je place ces 2 visions de l’enseignement, la marxiste et la religieuse, sur le même plan.

  4. Partout, on est à la recherche d’une école qui serait, enfin, adaptée au monde d’aujourd’hui.
    La hongrie confie cette mission aux plus retardés de la société du 3ème millénaire.
    Désespérant !!!

  5. Dans ce genre de « fait » on entend généralement (c’est encore le cas ici) les « extrêmistes » des deux camps. les « religieux-laics » d’un côté (qui pensent qu’une vision neutre du monde puisse exister dans l’éducation, puisque leur vision neutre c’est avant tout la leur…) et les « religieux-religieux » de l’autre (qui pensent qu’une seule morale existe, la leur…) : enfin deux camps de « sauveurs ».

    De plus une école ‘adaptée’ au monde d’aujourd’hui à la fois mondialisé et multiculturel est simplement impossible puisque à toutes les époques une idéologie quelle qu’elle soit prendre l’avantage, c’est une illusion, belle certes mais illusion tout de même.
    Est-ce qu’elle doit être adaptée à la vitesse éclaire de l’information ? à la spécialisation des futurs emplois ? à l’argent roi qui est bien présent dans ttes les sphères de la société spectaculaire et speculative ? à l’utra-individualisme ? ou à l’ultra-communauratisme (que ce soit chez les « riches » ou chez les « pauvres ») Ce qui m’étonne le plus c’est que dans les deux camps, souvent la démocratie (à condition que le parti en place soit le leur), la solidarité (en parole), le générosité et le respect (envers ceux qui ont la même « vision ») sont les « bases » de leurs discours repectifs. Nous voyons bien que nous sommes maintenant à la limite de la démocratie d’opinion.

  6. Christian a dit :

    @Vadaskerty
    « assez éloigné du message universaliste et humaniste que l’on peut, avec beaucoup de bonne volonté et une bonne loupe, trouver dans les 4 versions des Aventures du Petit Jésus. »
    ce qui s’appelle avoir le don de la formule…
    mais juste pour pinailler un peu, M’sieur:
    cela parait assez difficilement contestable de constater à la lecture des quatre tomes incriminés qu’il existe un humanisme chrétien, à moins d’avoir un zeste d’ une mauvaise foi assez consequente.
    d’autre part, si cette « bonne nouvelle » au sens strict que sont les évangiles, n’etait pas universaliste, on explique mal le succes planetaire de cette dynamique petite secte juive: abandon de la casherout, de la circonsision, proselytisme caracterisé, silence pudique sur la notion de peuple elu etc.etc..
    dans le texte,la Passion est une redemtion qui rachete le peché originel et offre la Grace à l’humanité entiere.
    merci pour le terme de »világnézetileg semleges », c’est assez difficile à expliquer à des hongrois notre sport national et notre exception culturelle.

    dans les villages de bretagne et de l’ouest , il n’y a souvent qu’une ecole catholique, qui beneficie de la loi debré, donc de financement publics.
    on n’en meurt pas..ça developpe plutot chez les enfants un anticlericalisme musclé.
    porte toi bien, bonne journée.

  7. Vadaskerty a dit :

    Bonjour Christian.

    Pour la « pinaillade » cordiale et argumentée, je ne peux dire que merci.

    Pour la formule « Les Aventure du Petit Jésus », c’est pas moi, c’est Cavanna (sous-titre des « Écritures », livre qui, dixit son auteur, aura le plus de succes apres sa mort).

    Ayant fait mon catéchisme en partie aupres de pretres ouvriers dans la banlieue parisienne, bien que non croyant, j’en garde un assez bon souvenir, et me permet de pouvoir comparer: Et je te rejoins sur le « on n’en meurt pas ».

    Mon propos était surtout de dénoncer le coté politique et nationaliste du clergé hongrois, dont maints représentants, en caricaturant á peine, sont pour moi plus proches de l’empoisonneur du « Nom de la Rose » que des quasi-Dom Camillo de mon enfance.

    C »est au moins ce que ma petite expérience m’inspire, et m’incite á réagir lorsqu’il s’agit du droit fondamental qu’est l’éducation publique laique.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


4 − = 3

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>