La Hongrie, mauvaise élève en matière de santé selon l’OMS

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Santé, le 7 avril, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a dressé un tableau bien peu reluisant des conditions sanitaires et de l’état de santé général de la population hongroise. Alcool, tabac, nourriture grasse et manque d’activité physique, sont les premiers responsables de cet état de fait. Autant dire qu’en Hongrie, cette journée mondiale est passée totalement inaperçue…

« En Hongrie, 5 millions de gens sont en surpoids, 3 millions sont dépressifs et 1 million est diabétique« , s’est inquiétée mercredi sur les ondes de Voice of America la responsable de l’OMS en Hongrie, Dr Zsofia Pusztai. Selon elle, les modes de vie, notamment les consommations excessives d’alcool et de tabac, conjuguées au manque d’exercice physique, sont responsables de cette situation sanitaire.

« L’état de santé de la population est bien loin de ce qu’on peut attendre d’un pays avec un tel développement socioéconomique, que l’on se place à l’échelle européenne ou même internationale« , a-t-elle ajouté.  Au niveau européen, seules la Bulgarie et la Roumanie connaissent une situation aussi mauvaise que la Hongrie.

Au programme : Tabac et Palinka !

La capitale hongroise n’a pas pris part à cette Journée Mondiale de la Santé, qui cette année s’organisait autour de thème « 1000 Villes – 1000 Vies ». A sa décharge, il faut bien avouer que cet évènement n’a pas grande visibilité dans les autres pays européens non plus. Le Dr Zsofia Pusztai explique le désintérêt de Budapest pour cet évènement par le fait que ses 23 arrondissements ont chacun leur propre fonctionnement autonome.

Dans les nombreux « kocsmak » de la capitale hongroise, le message n’est semble-t-il pas passé non plus. Leurs habitués ont fait… comme d’habitude : consommation de bière et autres spiritueux, enveloppés d’un épais nuage de fumée, dans une senteur de tabac froid.

La voiture, symbole de prestige

On l’aura compris, les citadins et leur mode de vie étaient au centre de cette Journée Mondiale de la Santé. Mis en cause aussi par l’OMS, le tout-automobile, qui engendre pollution et manque d’activité physique. La voiture apparaît comme le moyen le plus facile et confortable de se déplacer mais c’est aussi un signe de prestige indéniable dans la société post-communiste hongroise.

Pal Szemes, 41 ans, n’aime pas utiliser les transports en commun. Toujours sur Voice of America, il déclare que ce n’est qu’à contrecœur qu’il le fait car « Les gens sentent mauvais et ne sont pas propres. » Il n’est pas non plus question pour lui de se déplacer en vélo, selon lui « très, très dangereux. »

Un autre auditeur, Szabo Zombor, un téméraire cycliste de 31 ans, ouvrier dans le bâtiment de son état, considère carrément qu’il est moins dangereux de travailler sur un chantier que de se déplacer à vélo à Budapest. Jamais à l’abri d’un conducteur insouciant qui ouvre une portière sans regarder avant dans son rétroviseur…

Crédit photo : MUCSÁNYI ÁRON

Legjobbkocsma

Article lié :

L’argument électoral du droit à la házi palinka

2 Commentaire

  1. ayant a disposition quasi tous les moyens de transports et les utilisant tous regulierement, voici ce que je deduis de 2 ans de transport a budapest :

    du moins dangereux au plus dangereux :
    1 les transports en commun
    2 les taxis
    3 la voiture
    4 la moto (un peu moins depuis la loi de janvier 2010 qui permet d utiliser les voies des bus)
    5 le velo

    du plus pratique au moins pratique :
    1 les taxis
    2 les transports en commun
    3 le velo
    4 la moto
    5 la voiture

    du moins cher au plus cher
    1 le velo
    2 les transports en commun
    3 les taxis
    4 la moto
    5 la voiture

    sinon un peu de nourriture equilibree en hongrie ne serait pas un mal :-D

  2. On attend toujours la mise en place des réglementations européennes en matière d’interdiction de fumer dans les lieux publics! Personne n’a encore pu me donner de date…Il parait que la Hongrie serait le premier pays au monde pour son taux de cancer du poumon, pas trop de mal à le croire ! cf http://www.epha.org/a/1941

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − = 3

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>