La Hongrie en a-t-elle fini avec le FMI ?

Le ministre hongrois de l’économie Péter Oszko a déclaré lundi au Financial Times que la Hongrie n’avait plus besoin de l’aide financière du Fond Monétaire International. Il a aussi profité des colonnes du quotidien économique britannique pour dresser un bilan positif de l’action gouvernementale.

« Nous n’avons plus besoin de l’argent du FMI et, si la Hongrie poursuit dans la même voie, nous n’aurons besoin d’aucune aide financière« , a déclaré Péter Oszkó au Financial Times. Selon lui, la Hongrie est désormais capable de couvrir ses besoins de financement externe grâce aux seuls marchés financiers. Il confirme donc ce qu’il avait déjà annoncé au mois de novembre dernier : la Hongrie n’utilisera pas la dernière tranche du prêt contracté à la fin de l’année 2008 auprès du FMI, de la Banque mondiale et de l’Union européenne. A ce jour, elle a utilisé 14 milliards d’un crédit total de 20 milliards d’euros.

L’économie hongroise s’est rétractée d’environ 6,7% au cours de l’année 2009 et elle ne reprendra vraisemblablement pas sa croissance cette année avec encore une croissance légèrement négative comprise, selon les estimations, entre -1% et -0,5%. Cependant le ministre de l’économie considère que la politique appliquée depuis Avril 2009 par le gouvernement de technocrates de Gordon Bajnai porte ses fruits. « Si vous comparez nos objectifs avec nos réalisation, on peut dire que cela se passe bien« . Le gouvernement a en effet réformé les systèmes de retraites et de protection sociale et a opéré un rééquilibrage du système fiscal. Bref, il a mis sur pied une implacable politique de rigueur qui lui a permit de maintenir en 2009 un déficit public au niveau de celui de l’année précédente, autour de 3,9%, malgré la crise économique. Pour le FMI, la Hongrie est donc restée dans les clous.

Le spectre des élections

Une politique d’ »ajustement structurels » rondement menée par un gouvernement zélé et voilà les marchés financiers rassurés ! Pourtant, il reste une inconnue de taille qui pourrait venir contrarier la reprise des affaires en Hongrie : les élections générales au Printemps prochain. Le parti conservateur de droite, la  FIDESz, a lancé des signaux assez ambigus quant à sa politique d’assainissement budgétaire si elle venait à prendre le pouvoir -et tout porte à croire qu’elle le prendra- laissant planer l’ombre d’un déficit de 7%. Le FMI a déjà mis en garde directement la FIDESz  par la voix de sa représentante Iryna Ivaschenko : « Une politique conduisant à un doublement du déficit ne peut être tolérée car elle compromettrait la viabilité budgétaire ».

La fin du traumatisme

On se souvient qu’à la fin de l’année 2008, la reprise en main par le FMI avait créé un électrochoc et avait été vécu par la population hongroise comme une véritable humiliation. L’opposition de droite n’avait alors pas manqué de dénoncer un gouvernement qui, selon elle, avait bradé l’indépendance du pays et l’avait en quelque sorte vendu au diable. A la fin du mois d’octobre 2008, dans un article retentissant, voire apocalyptique, le quotidien conservateur Magyar Nemzet, très proche de la FIDESz, écrivait ceci : « Le Fonds monétaire international préside désormais au destin du pays. Le gouvernement de Gyurcsány [le Premier ministre d’alors] continuera à diriger l’Etat tel une marionnette. Notre véritable Premier ministre sera à l’avenir Dominique Strauss-Kahn, Nos pires cauchemars deviennent réalité. Nous avons perdu notre indépendance économique. Et si nous devions entendre à l’avenir qu’il nous faut entreprendre toujours plus de mesures de restrictions en raison de l’aide du FMI, il faudra se rappeler de cette curiosité historique : le fait que la Hongrie est le seul pays de l’UE à être une colonie du Fonds monétaire international. » Il semble maintenant que le pays soit en voie de décolonisation…

Articles liés :

Le Parlement valide le « budget de crise »

Le budget 2010 en cours d’adoption

Ca s’arrange au pays de la macro-économie

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 1 = 9

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>