La Hongrie a financé sa campagne anti-IVG avec des fonds européens !

Le gouvernement hongrois aurait financé la campagne incitant les femmes à recourir à l’adoption plutôt qu’à l’avortement avec des fonds européens destinés au « progrès social et à l’égalité entre les femmes et les hommes ». Saisie par l’eurodéputée socialiste française Sylvie Guillaume, la Commission européenne a exigé de la Hongrie qu’elle y mette un terme, sous peine de sanctions.

Vu à Budapest, mai 2011. Crédit photo : Sakari Huttunen pour HU-lala

Sous la pression de Sylvie Guillaume, la Commissaire européenne chargée des droits fondamentaux, Viviane Reding, a jugé la campagne anti-IVG « en contradiction complète avec les valeurs de l’Union et les objectifs du programme PROGRESS » et exigé le retrait des affiches, sous peine de prendre des mesures à l’encontre de la Hongrie et de revoir son programme d’attribution des aides, rapporte le blog personnel de Mme Guillaume. « Le gouvernement hongrois est déterminé à mettre fin à cette affaire dès que possible et à la traiter comme une affaire technique et juridique« , a réagit le ministre hongrois des ressources humaines via l’agence MTI.

« Nous sommes particulièrement choquées de découvrir que des fonds européens du programme PROGRESS ont été utilisés pour cette campagne, alors que ceux-ci sont destinés au progrès social et à l’égalité entre les femmes et les hommes. […] nul argent public ne doit être détourné de son objectif et mis au service d’une politique de régression sociale et démocratique », avait écrit Sylvie Guillaume, eurodéputée socialiste du Sud-est, dans un communiqué co-signé par la députée du Rhône Pascale Crozon et adressé à la Commission européenne.

Ce communiqué resté sans réponse, Sylvie Guillaume a interpellé la Commissaire européenne chargée des droits fondamentaux, Viviane Reding, au cours d’une séance plénière de la Commission européenne portant sur la révision de la constitution hongroise, la semaine précédente. Mme Crozon a, de son côté, demandé au gouvernement français de prendre publiquement position contre cette campagne.

Cette campagne met en scène les implorations d’un fœtus s’adressant à sa future mère : « Je comprends bien que tu n’es pas encore prête pour moi, mais donne-moi au service d’adoption, LAISSE-MOI VIVRE !« . Ces affiches – qui ont choqué un grand nombre de femmes hongroises, de sensibilité libérale mais aussi nombre de catholiques et partisanes du gouvernement conservateur de Viktor Orban – « ornent » les murs de la capitale hongroise, les couloirs du métro, les arrêts de bus et certains sites internet depuis le début du mois de mai.

Articles liés :

Le gouvernement hongrois lance une campagne contre l’avortement

Vers un nouveau clash entre la Hongrie et l’UE ?

Constitution : les points qui font mal

Une remise en cause du droit à l’avortement en Hongrie ?

Le droit à l’IVG menacé par la future Constitution

Constitution : « Retour en force de l’ordre moral »

15 Commentaire

  1. Commentaire partiellement censuré
    NDLR @Gauthier : Les attaques personnelles ne sont pas autorisées ici.

    Ouuuh les méchants Hongrois ! Ouhh les méchants catholiques !!
    ils sont contre l’avortement, mais c’est un crime, un assasinat contre la démocratie !

    Heureusement XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX la morale, décider du bien;
    la voie de la vertu en somme.

  2. oula, mais il craque lui…

  3. A la limite, la Hongrie fait ce qu’elle veut, mais pas avec notre argent !!!

    De plus, ce n’est pas très malin, car il y a de quoi dégoutter bon nombre de touristes. Donc, baisse des rentrées d’argent.

    Quand il n’y aura plus d’aides, plus de touristes et plus de clients pour les produits hongrois, on verra bien avec quoi le gouvernement hongrois financera ses campagnes anti-avortement.

  4. Le 3 juin de cette année, Tim Shipman publie un article intitulé « Comment l’UE dépense 20 millions de livres par an pour promouvoir des causes de gauche aux Etats-Unis »:

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-1393765/EU-spends-20m-year-promoting-left-wing-causes-U-S.html

    Lecture intéressante, parce que ces fonds sont théoriquement dévolus à « la promotion des droits humains ». Et ils sont dépensés dans le pays le plus libre de la planète, dans des trucs comme l’abolition de la peine de mort, des discussions sur le changement climatique, l’énergie verte, ou encore la participation à une Cour Criminelle Internationale…

    Voilà qui ne manque pas d’ironie concernant les remontrances de l’UE sur l’utilisation de fonds pour l’égalité en Hongrie. Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

  5. Bravo (ironique) pour l’europe

  6. Les Etats Unis ?! Pays le plus libre de la planète ?! Ben, v’la aut’chose !

    Ah bon ? Toutes ces valeurs ne sont pas des droits humains ? Et, en plus, ils sont de gauche ???!!!
    Ben, v’la aut’chose !!!

  7. Bon maintenant on voit clairement l’hypocrisie de ceux qui prétendent vouloir réduire le nombre d’avortements en France et en Europe. Dès qu’un gouvernement se soucit réellement du bien être des femmes (pour leur éviter les syndromes post-abortifs dont on sait désormais qu’ils sont terribles) et de sauver des vies humaines, uniques et irremplaçables par des moyens plus humains que la contraception uniquement, c’est NIET.
    Belle Europe vraiment, pas étonnant que les citoyens européens n’en veulent plus!

  8. +1 grandulf

  9. « pour leur éviter les syndromes post-abortifs dont on sait désormais qu’ils sont terribles » selon toi, abandonner son enfant à la naissance est beaucoup moins traumatisant ??!

  10. +1 citron

  11. On a censuré mon com’ ou quoi?

  12. @Nudiworld a dit :

    Cher Nudiworld sachez que la Hongrie ne vit pas que du tourisme. Les hongrois n’ont pas attendu votre argent pour vivre normalement chez eux :)
    Cela dit, dépenser de l’argent d’ou qu’il provienne, pour une telle campagne c’est du gaspillage!

  13. @Citron

     » selon toi, abandonner son enfant à la naissance est beaucoup moins traumatisant ??! »

    oui je pense qu’il est plus traumatisant de tuer son enfant plutôt que de le donner à des personnes désireuses d’avoir des enfants mais incapables d’en avoir …
    Je prendrai comme exemple mes propres parents qui ont adopté un enfant (mon frère) que j’aime comme si il était de mon propre sang.
    Si ses parents avaient avorté je n’aurai jamais eu la chance de l’avoir comme frère.
    à bon entendeur salut

  14. De quel droit la sensibilité s’érige en législation ? La justice elle-même n’y fait pas recours dans ses procès. Il est certes aisé de projeter son fonctionnement sur l’enfant qui pourrait potentiellement souffrir mais on en oublie qu’il pourrait aussi avoir du plaisir dans sa courte vie, plaisir proportionnel à son état certes, mais que l’on est pas apte à juger. Allez donc écouter Michel petrucciani… Je ne suis pas pro-avortement en effet, je suis pro-femme. Et considérer que cette campagne anti- IVG aille à l’encontre du « progrès social » et soit considérer comme une  » politique de régression sociale et démocratique » est assez navrant. Alors que des solutions alternatives à une IVG et aux effets post-abortifs traumatisants (à trop parler des femmes on en oublie de les écouter) sont proposés on préfère se focaliser sur une solution bien moins couteuse et bien plus facile qu’est l’IVG. Autant être bombardé de pubs pro-avortement est accepté, autant chercher le plus épanouissant pour la femme et l’enfant est proscrit. Et on parle de liberté de la femme….Bien !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − = 8

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>