La guerre contre les SDF continue à Budapest

Vendredi soir, des citoyens ont mené une nouvelle action de protestation contre la « criminalisation de la pauvreté » et la loi punissant le sans-abrisme.

Le collectif « Börtön helyett lakhatást! » (un logement plutôt que la prison) à l’origine du mouvement estime que la politique anti-pauvres du gouvernement a considérablement aggravé la situation sociale des démunis. Il a lancé une pétition dans laquelle il dénonce « le harcèlement des sans-abri par les autorités » qui les force à fuir la ville et les pousse à se réfugier dans des endroits dangereux et inaccessibles aux travailleurs sociaux.

Depuis le 1 er décembre, un sans-abri « récidiviste » – contrôlé une seconde fois par la police au même endroit sur la voie publique – peut être condamné à une amende de 150.000 forint (environ 500 euros) ou, s’il n’est pas solvable (sic !), à 60 jours de prison, convertibles dans certains cas en travaux d’intérêt général.

Plusieurs associations d’entraide dénoncent une « criminalisation de la pauvreté » et une « politique inhumaine » qui vise seulement à dissimuler la misère.

Il y a quelques jours, les sans-abris de Csepel au sud de Budapest ont obtenu un sursis sur leur éviction programmée, grâce aux actions de l’association « A Varos Mindenkié » (la ville pour tous), la plus active dans ce domaine.

On peut lire sur son site internet : « Les rédacteurs de la loi affirment qu’emprisonner les sans-abri est une forme de sanction « dissuasive ». Cela est très cynique et ignore le fait que les sans-abri sont souvent obligés d’utiliser l’espace public pour survivre à cause du manque de services, en particulier celles adaptées à leurs besoins. Faire du « sans-abrisme » une infraction permet de soustraire cette question des politiques sociales. Cela constitue également un déni de responsabilité de l’État pour ce qui est souvent le résultat de problèmes structurels et accable les sans-abri pour leur situation ».

http://youtu.be/jUy7gX1_wqs

Combien sont-ils à Budapest ? Les associations font état de 10.000 sans-abris – un chiffre très difficile à vérifier mais qui confirme que Budapest est la ville européenne avec le plus grand nombre de sans-abri par habitant – pour seulement 5.000 places d’hébergement de secours.

Articles liés :

La prison pour les sans-abris ?

60 jours de prison pour les petits délits

Petit à petit, le nettoyage social des rues de Budapest se poursuit

Le maire de Budapest s’adresse aux sans-abris « hors-la-loi »

Le cauchemar des clochards continue

La loi d’urbanisme qui rend les sans-abris insomniaques

Jouer au foot à Paris, un rêve pour Gyula, sans-abri en Hongrie (2/2)

La Hongrie se prépare pour la 9ème Homeless World Cup à Paris (1/2)

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 + = 15

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>