La fin de l’école buissonnière pour les Roms ?

Les dispositions prises par les autorités hongroises contre l’absentéisme à l’école depuis la rentrée scolaire semblent commencer à porter leurs fruits, du moins dans les chiffres. C’est en tous cas ce que rapportent les journaux télévisés et radiophoniques hongrois cette semaine, en notant qu’au cours des derniers mois, plus de 270 parents d’élèves ont été privés de leur allocation (15 000 HUF par mois) par enfant de moins de 18 ans ayant été absent des bancs de l’école sans motif.

C’est bien sûr toute la problématique de l’éducation des enfants d’origine Rom qui est soulevée par ces mesures économiques et sociales « anti-absentéistes ». Certes, l’école buissonnière (si seulement l’absentéisme se limitait à cela), a diminué de 20% depuis que cette loi privant les parents de leur allocation est entrée en vigueur, mais à contrario, beaucoup d’enseignants déclarent qu’ils auraient préféré que certains garnements continuent à traîner les rues, tant ceux-ci perturbent leurs cours aujourd’hui.

Il convient de rappeler que beaucoup d’enfants roms, absentéistes ou non, sont victimes de discrimination dans leur scolarité, et ce, de facto depuis plusieurs années. Beaucoup d’écoles hongroises ont pris l’initiative de séparer systématiquement les Roms des autres élèves, en les plaçant dans des classes spéciales, où l’enseignement dispensé est ostensiblement « au rabais ».

Au regard des chiffres mentionnés plus haut, il semble qu’en général, les parents Roms soient bien plus motivés par l’argent pour envoyer leurs enfants à l’école que par une quelconque menace de coercition. Bien avant cette nouvelle loi, en septembre 2009, sous le gouvernement intérimaire de Gordon Bajnai (pourtant réputé plutôt progressiste), deux parents tsiganes avaient été condamnés à une peine d’emprisonnement ferme (16 mois) pour n’avoir pas obligé leurs enfants à aller à l’école. Des associations s’étaient chargées de leur défense auprès des tribunaux à Budapest, et les accusés en avaient directement référé à la Cour Européenne des Droits de l’Homme à Strasbourg.

Articles liés :

Emprisonnés pour l’absentéisme scolaire de leurs enfants!

Discrimination scolaire: l’Etat hongrois mis en cause

La « question Rom » selon Bajnai

En France, tous les Hongrois ne sont pas les bienvenus

Tensions communautaires en vue

L’OPAC slovaque paie des Roms pour s’expatrier

8 Commentaire

  1. l’education est la base de beaucoup de choses… notamment l’integration…

  2. J’ ose croire que cette mesure peut influencer les mental!tés .
    Pas sur , suivant que l’on veut inclure ou exclure.
    Zs.

  3. Toujours la fameuses question: nous ne voulons pas les intégrer ou ils ne veulent pas s’intégrer?

    Jamais personne n’aura de réponse

  4. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne faudrait pas que les hongrois s’intègrent à la société Rom. Avec la grande misère que l’on relève pour beaucoup de hongrois, c’est pourtant ce qui se passe.

  5. « avec la grande misère que l’on relève pour beaucoup de Hongrois »… snif snif c’est vrai que les Hongrois sont vaccinés au malheur. Et pourquoi la pauvreté devrait être réservée aux Roms? Le super actuel gouvernement de Hongrie pourrait faire une loi populiste pour ça, un truc du genre : pour faire semblant de compenser le malheur des Magyar, il faudrait encore appauvrir un peu plus les Roms… et même l’inclure dans la nouvelle constitution.
    Et la fameuses question: « nous ne voulons pas les intégrer ou ils ne veulent pas s’intégrer? » C’est tellement plus simpliste d’avoir des boucs émissaires, vous n’allez quand même pas les intégrer sinon vous ne pourrez plus vous plaindre aussi facilement. Et si tu étais Rom tu voudrait t’intégrer en ce moment? Alors que les Hongrois ne veulent même pas s’intégrer dans l’UE.

  6. Si au lieu de leurs distribuer des allocations familiales, on avait dès le départ privilégié la scolarisation et donc l’intégration des jeunes, on n’en serait pas là.

    Mais, voilà, par souci de « bonne conscience », et pas seulement de Gauche, on a préféré leurs faire adopter le principe, « En veux tu, en voilà ».

    Et maintenant, on ne sait plus quoi faire avec tous ces éléments « au rabais »… exactement comme en France…

  7. « Ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons » V. Hugo

  8. JeanSanter> je ne peux qu’adherer ! :-)

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 1 = 4

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>