La Fidesz a-t-elle triché pour gagner les élections à Baja ?

Le parti Fidesz au pouvoir a remporté sans triomphe des élections intérimaires dimanche dernier à Baja, dans le sud de la Hongrie. La coalition de gauche battue dénonce des irrégularités.

Légende : Wikipedia

Les élections étaient hautement symboliques car Baja est à la fois un bastion de la Fidesz et la ville de Gordon Bajnai, ancien 1er ministre et actuel opposant à Viktor Orban avec sa formation Együtt 2014. Elles étaient en quelque sorte un tour de chauffe avant les élections du printemps 2014.

Le leader socialiste Attila Mesterhazy s’était rendu à Baja peu avant l’élection pour affirmer que les socialistes gouverneraient pour tous les Hongrois s’ils sont élus en 2014, tout comme le secrétaire d’État à la stratégie économique Zoltan Cséfalvay qui a lui axé son message sur les baisses des tarifs de l’énergie.

Les trois partis d’opposition MSZP, Együtt-PM, et DK ont soutenu un candidat unique en la personne de Melinda Teket, une jeune journaliste à la station de télévision locale.

Fidesz : 47 % (contre 59 % en 2010) (467 votes)
Együtt/MSZP/DK : 41 % (406 votes)
Jobbik : 8 %
LMP : 4 %

Les suspicions portent sur les résultats d’un bureau de vote situé dans un quartier pauvre de la ville où vit une importante population rom. L’opposition a déposé une plainte auprès de la commission électorale : des militants Fidesz auraient favorisé l’acheminement des électeurs roms et les auraient encouragé – reste à savoir de quelle manière – à voter pour leur parti.

Rien de très inhabituel cependant, si toutefois la fraude est avérée : en Hongrie comme dans les autres pays d’Europe centrale et orientale, il est fréquent d’acheter les votes des populations tsiganes. Et cela concerne tous les grands partis politiques. Si bien que dans certaines communes du nord-est du pays, il arrive même que des Tsiganes donnent leur vote à un candidat du parti anti-rom Jobbik.

Si cette élection locale est un avant-goût des législatives de 2014…

Source : HATC

5 Commentaire

  1. Pierre Waline a dit :

    C’est la bagarre… et ca promet pour les mois qui viennent…
    Préparez la boite a pharmacie et les platres!
    Ici, au moins, on ne s’ennuie pas !
    (Avouez que c »est quand-meme plus rigolo que, par ex.,, chez nos amis Suisses qui doivent s’ennuyer a mourir dans leurs belles vallées bien proprettes…., ou meme en France ou nos politicienms sont vraiment bien fades a coté…. Ils devraient venir faire un stage par ici. Exception: les Corses…)

  2. C’est tout a fait normal que les ex-communistes expliquent leur défaite par la triche de Fidesz…
    Ce qui reste quand méme á retenir c’est que la rédactrice en chef de la télévision d’une ville dirigée par Fidesz est la candidate des ex-communistes.

  3. Vue de l’étranger, la situation est des plus pathétiques.

    D’un côté, les « ex-communistes » du MSzP qui crient à la triche du pouvoir central.
    De l’autre, le Fidesz qui n’en fini pas de tout étatiser comme à la belles époque des cocos.
    Aujourd’hui, qui est qui ? Et qui a hérité de qui ? Allez donc savoir !

    Les hongrois sont de grands nostalgiques !

  4. C’est un peu l’hôpital qui se « fiche » de la charité : ce procédé de « gratter des voix » auprès des Tsiganes avait déjà été utilisé par CES ex-communistes-même il y a quelques années…
    Tout à fait d’accord avec Bulcsú, qu’attendre de mieux de la part de la coalition ex-communiste/libérale ?

  5. Euh… Un gros milliers de suffrages exprimés, c’est pas ça le plus inquiétant, au delà des résultats? Je connais pas trop Baja, mais, ça me semble faible? A moins, qu’on accepte que ce système ( je généralise pour toutes nos démocraties), soit à bout de souffle et qu’il est temps d’inventer de nouveaux modes de représentations…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 5 = 8

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>