La BEI veut doper la compétitivité de la Hongrie

La Banque européenne d’investissement a annoncé le 29 novembre avoir accordé trois prêts à la Hongrie, pour un montant total de 385 millions d’euros, destinés au développement régional, aux grandes universités de Budapest à à la compagnie pétrolière et gazière MOL. La BEI soutient également un projet qui facilite le financement des collectivités locales. A cela s’ajoute un prêt de 150 millions d’euros à Magyar Telekom pour l’extension des infrastructures de communication.

Le développement régional

Le premier prêt, d’un montant de 150 millions d’euros, servira à cofinancer, avec des fonds de l’UE, quatre programmes de développement régional pour la période 2007-2013. Ils serviront à améliorer la compétitivité internationale de la région de Hongrie centrale, la situation économique de la région de Transdanubie centrale, la compétitivité économique de la région de Hongrie septentrionale et à mettre en place des infrastructures économiques et de service public dans la région de Pannonie occidentale.

La recherche et l’enseignement supérieur

Le deuxième, de 85 millions d’euros, permettra de financer des investissements dans la recherche-développement et l’innovation dans trois grandes universités de Budapest, Corvinus, Semmelweis et Eötvös Loránd. Les fonds serviront aussi à la rénovation des installations de recherche et d’enseignement et à l’acquisition des équipements nécessaires pour la recherche scientifique.

L’énergie

Le troisième, de 150 millions d’euros, ira à la compagnie pétrolière et gazière hongroise MOL, pour cofinancer la construction d’une conduite de gaz naturel de 205 km entre Városföld et la frontière croato-hongroise et de nouvelles stations de compression et de mesure. Ce projet a pour objectif de renforcer l’intégration du marché européen du gaz et de créer des capacités d’acheminement du gaz le long d’un axe transeuropéen prioritaire, de la Hongrie vers la Croatie, la Bosnie-et-Herzégovine et l’Italie, et, en sens inverse, de la Croatie vers la Hongrie. La nouvelle installation réduira par ailleurs le trajet parcouru par le gaz de l’Ukraine à la Croatie.

Le soutien aux collectivités locales

Les collectivités locales hongroises se voient par ailleurs offrir un accès plus facile aux financements à long terme, au travers d’une opération avec partage des risques d’un montant de 13,5 milliards de forints (soit environ 49 millions d’euros) portant sur des prêts et financements obligataires municipaux, fournis sous forme d’une contre-garantie à Garantiqa Hitelgarancia Zrt.

Les télécoms

Enfin, le prêt de la BEI à Magyar Telekom servira à cofinancer le développement de réseaux de téléphonie mobile 3G et LTE (Long Term Evolution) et d’infrastructures de téléphonie fixe (desserte de nouvelle génération, cuivre et câble) sur la période 2010-2013, afin de satisfaire la demande croissante en matière de couverture de la population et de qualité des services.

Anton Rop, vice-président de la BEI chargé des opérations de prêt en Europe centrale, et donc, notamment, en Hongrie, a déclaré à cette occasion : « Les fonds de la BEI, qui sont mis à disposition à des conditions avantageuses dans un contexte de marché difficile, contribueront à doper la compétitivité de la Hongrie en favorisant la réalisation de projets qui donnent de l’impulsion aux régions et aux petites communes du pays. Ils aideront en outre la Hongrie à honorer son engagement de développer l’économie de la connaissance en soutenant les activités de RDI dans les universités et contribueront à améliorer la sécurité et la diversification des ressources énergétiques ».

Sources : eib.org ; eib.org

Articles liés :

La production industrielle hongroise en baisse en octobre

L’Etat hongrois prend l’argent là où il est !

Taxes : pour Orbán, il n’y a plus de petites économies

Taxes « anti-crise » : Finances, Energie et Services en première ligne

Taxes spéciales : la deuxième offensive d’Orbán

Des étudiants étrangers pour sauver les facs hongroises

Sur l’UE et la Hongrie :

« L’autre » Orban parle d’Europe à Paris

UE : L’opération séduction de Viktor Orban

Présidence de l’UE : la Hongrie est-elle prête ?

Sur les questions d’énergie :

UE – Nabucco : les infidélités des européens avec South Stream

Nabucco, un consortium bien optimiste

La Russie réaffirme son leadership de l’énergie en Hongrie

A Budapest, le froid entre Kiev et Moscou impose un remede rapide

Une stratégie énergétique régionale pour en finir avec l’Ukraine

Nabucco passe le Parlement

Nabucco, l’esquive du gaz russe

Un commentaire

  1. Le problème, c’est qu’en France, nous avons déjà tout cela, ce qui n’empêche pas notre industrie de se casser la figure.
    Il faudrait donc plus et mieux, pour toute l’Europe, de la part de la BEI.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 − = 5

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>