LA BCE au secours de la banque centrale hongroise

La Banque centrale européenne (BCE) a mis en garde le gouvernement hongrois contre sa volonté de réduire l’indépendance de la Magyar Nemzeti Bank (MNB) et de son gouverneur, Andras Simor.

La BCE est une nouvelle fois intervenue en faveur de la banque centrale hongroise dans la bataille qui l’oppose au gouvernement de Viktor Orban. Mardi, son gouverneur, Jean-Claude Trichet, a estimé que le gouvernement tente de mettre à mal l’indépendance de la MNB, en réduisant ses salaires et en  modifiant le mode de nomination des membres de son Conseil monétaire.

M. Trichet a affirmé que « la BCE suit de près les récents développements législatifs en Hongrie« . Faisant référence aux propositions du gouvernement hongrois de déposséder Andras Simon de son pouvoir de nommer deux des membres externes de son conseil monétaire, ainsi qu’à ses critiques répétées contre les décisions de M. Simor, le gouverneur de la BCE a déclaré que l’on pouvait y voir « une volonté d’exercer une influence sur le gouverneur de la banque centrale hongroise« . « Une telle influence serait contraire à l’Article 130 du Traité, qui exige que les gouvernements des États membres respectent l’autonomie des banques centrales« , a aussi mis en garde la BCE dans un rapport, mardi.

Depuis son arrivée au pouvoir en avril, le nouveau gouvernement conservateur n’a pas caché sa volonté d’évincer M. Simor et l’a même prié à plusieurs reprises de quitter son poste de gouverneur de la MNB avant son terme, en 2013. Les désaccords portent en grande partie sur les taux d’intérêts fixés par la MNB, trop haut selon le gouvernement. La première mesure gouvernementale, en guise d’avertissement, avait été de baisser les salaires de la MNB. Le gouvernement a maintenant pour projet de modifier la législation fixant le mode de nomination  des membres du Conseil monétaire, qui fixe les taux d’intérêts. Selon la nouvelle loi en préparation, le gouvernement pourra nommer la majorité des quatre membres externes de ce Conseil. Le mandat des quatre membres externes des sept qui le composent expire le 1er mars 2011.

Articles liés :

Le principal taux d’intérêt maintenu à 5,25%

Dépêches éco-conso

« Le FMI doit changer de point de vue »

Le Forint tremble

Un commentaire

  1. D’un côté, on est en train de modifier le traité de Lisbonne, pour rendre les gouvernements de la zone euro, plus responsables dans le domaine financier.

    De l’autre côté, on repproche au gouvernement hongrois, de vouloir assumer ses responsabilités dans ce même domaine.

    On se plaint des gouvernements grec, irlandais, mais aussi espagnol, potuguais, italien et français, pour leur laxisme fiscal. et du gouvernement hongrois pour ses interventions sur des salaires. Rassurez moi, les salariés de la MNB, gagnent-ils encore, au moins, le smic brut à 78 000 forints ? Ou ont-ils encore, beaucoup, beaucoup plus ?

    La véritable solidarité des Etats riches de l’UE, ne serait-elle pas de montrer le bon exemple, et de proposer des institutions solides, pour tous les pays émergents de notre continent.

    Ce n’est pas le foutoir en Hongrie, c’est le foutoir dans toute l’Europe.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>