L’inexorable envolée des prix agricoles

Par Swan Min-Tung

Elle ne s’arrête plus ! L’inflation des prix des produits agricoles à la production continue sa progression, en hausse de 42.8% par rapport au même mois de l’année précédente, selon les dernières données recueillies par KSH pour le mois de février.

L’augmentation est surtout importante en ce qui concerne les prix des produits des cultures et des produits horticoles, avec une hausse de 61.3% par rapport à février 2010. L’évolution des prix des produits issus de l’élevage est moins importante, +12.0% sur la même période . Le choc est particulièrement rude pour ce qui est du prix des céréales qui a doublé sur un an. Le prix d’achat du blé se situait en février à 73.400 HUF/tonne (≈276€), contre 28.200 HUF/tonne (≈106€) un an plus tôt  et 63.900 HUF/tonne (≈240€) au mois de janvier.

Le prix des pommes de terres, produit de référence, poursuit sa progression, en hausse de 68.9% par rapport au même mois de l’année dernière ! Même constat pour les légumes frais avec 13.1% de majoration.

De la même manière, le prix des fruits est en hausse de 39.9%, principalement due à l’augmentation du prix des pommes face à des problèmes manifestent d’écoulement du produit, selon les explications de KSH.

Parmi les produits issus de l’élevage – moins touchés par l’inflation que ceux des cultures -, ceux sur les bovins connaissent la plus forte flambée, +35.3%, contre respectivement +4.3% et +16.2%  pour les porcs et les volailles.

Enfin, le temps est à l’omelette, la seule baisse enregistrée concernant les œufs frais : – 6.5%. Tandis que le lait connait une hausse de 22.5%.

Comme l’ONU l’avait prévu (et Hu-lala déjà mentionné le mois dernier), les prix ont nettement augmenté de Janvier 2011 à Février 2011. On observe que le pic des prix des produits agricoles atteint en 2008 a été dépassé courant février.

Source : KSH.hu

Articles liés :

La Hongrie face à la flambée des prix agricoles

Emission du 19 février sur Tilos Radio : biodiversité agricole et marchés de proximité

Le ministre français de l’agriculture à Budapest

La Hongrie sur la même ligne que la France concernant la PAC

La terre hongroise restera interdite aux étrangers

Un commentaire

  1. Voilà une bonne nouvelle pour les agriculteurs hongrois.

    La pression mondiale sur les produits alimentaires ne fera que s’exacerber jusqu’en 2050, où on doit parvenir à 9,2 milliards d’habitants sur la planète (source ONU).

    La Hongrie doit améliorer encore son agriculture. Pour moi, évidemment, en qualité biologique. C’est ce qu’il y a de plus rentable, comme activité économique, dans les années qui viennent.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 − = 1

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>