L’extradition du nazi Charles Zentai compromise

La justice australienne s’apprête à rendre sa pleine liberté au Nazi hongrois Charles Zentai, dont la Hongrie réclame l’extradition depuis cinq ans. Le directeur du centre Simon Wiesenthal, Efraim Zuroff, se rendra à Budapest dans la semaine.

Avec cette décision de la Cour Fédérale australienne de lever la caution qui pesait sur M. Zentai, l’espoir s’éloigne encore un peu plus de le voir extradé en Hongrie pour y être interrogé. L’homme, âgé aujourd’hui de 89 ans et qui vit en Australie depuis son exil en 1950, est accusé de l’assassinat de Peter Balazs, un adolescent juif, à Budapest en novembre 1944. Le gouvernement fédéral australien peut faire appel de cette décision jusqu’au 24 janvier.

Les fameux “chasseurs de Nazis” du centre Wiesenthal ont été prompt à réagir, par la voix de leur directeur, M. Zuroff. «Le centre va tout mettre en œuvre pour aider à ce que justice soit faite dans cette affaire. Je suis en contact avec le ministre hongrois de la justice Tibor Navracsics qui m’a indiqué qu’il  n’y a pas de prescription sur de tels crimes et que la demande d’extradition demeure en vigueur. a déclaré le Dr Zuroff. « Au cours de ma visite à Budapest, je continuerai à poursuivre ce but avec les autorités locales pour faciliter la justice. La famille Balazs, la société hongroise ainsi que toutes les personnes de moralité et de conscience, ne méritent pas moins. », a-t-il ajouté.

Articles liés :

Le criminel de guerre suspecté Charles Zentai ne sera pas extradé

Le retour en Hongrie d’un ancien nazi

Le nazi n°1 vit libre à Budapest

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 5 = 14

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>