Jobbik, un parti « pornolitique » qui donne des leçons de citoyenneté

Le parti d’extrême droite Jobbik a déposé mardi au Parlement un projet de loi électorale inédit. Il s’agirait de restreindre le droit de vote à ceux qui ont un niveau minimum d’éducation, comme l’a annoncé son leader Gabor Vona, lors d’une conférence de presse.

D’après le chef de Jobbik, ceux qui n’ont pas réussi à acquérir un seuil minimum d’éducation ne devraient pas avoir à décider de l’avenir du pays et ce seuil devrait être spécifié par une loi. Les enquêtes de sociologie électorale tendent à montrer que ce sont les électeurs du parti socialiste MSZP qui ont le niveau d’éducation moyen le plus faible. Mais d’autre part, on sait que Jobbik a prospéré sur les ruines de ce parti à qui il a damé le pion dans le Nord-Est notamment. Pas facile donc de prévoir à qui cette loi pourrait porter le plus grand préjudice.

La proposition de loi contient également une ou deux nouveautés supplémentaires : remplacer le système à deux-tours par un tour unique (déjà proposé par l’alliance FIDESZ-Chrétiens démocrates), abaisser le seuil d’entrée au Parlement de 5% à 4%, et autoriser les partis recueillant plus de 1% des voix à proposer un candidat ainsi qu’une liste nationale lors des élections ultérieures.

Jobbik en faveur d’un « redressement » national

Quelque jours avant cet ambitieux projet de réforme électorale motivé par une réflexion louable entre éducation et démocratie, l’actualité de Jobbik était d’un tout autre acabit.

La télévision hongroise a récemment dévoilé que le président de Jobbik du district de Solymàr, Zoltàn Kabai (photo), a tourné dans pas moins de 84 films pornos de 1992 à 2009. Une longue et belle carrière ! Le leader local du parti d’extrême droite, connu au cinéma sous le nom de « Zoltàn le Cowboy » a aussitôt démissionné. Loin d’être un amateur, il fait plutôt figure de modèle dans l’industrie du porno, le producteur Istvàn « Kovi » le décrivant même comme appartenant à « l’élite professionnelle ». Comme dit l’autre, la morale devient rigide quand le reste ne l’est plus…

Ce n’est pas le premier scandale de mœurs que connaît Jobbik. Vivien Katona, ancienne membre du parti, Andras Kiraly, ancien porte-parole ou encore Nikolett Müller, ex-membre de la magyar garda, avaient défrayé la chronique par leurs frasques ou leur passé dans l’industrie porno, qui ne collait pas trop avec la rhétorique du parti concernant les mœurs sexuelles et l’homosexualité.

Articles liés :

Le nouveau programme du Jobbik : Béla IV au secours de la Hongrie

Selon Jobbik, il n’y a pas de démocratie en Hongrie actuellement

La ségrégation pour éviter la « guerre civile »

Jobbik et le grand bond en arrière

Gabor Vona fait son show en uniforme au Parlement

Spots de campagne : la Commission électorale donne raison à Jobbik

Discrimination scolaire: l’Etat hongrois mis en cause

La pornstar se retire de la Garda (ou l’inverse !)

La Magyar Garda a sa pornstar

Jobbik ne marche pas si droit

Chronique politique : les partis hongrois « pour les nuls » (1/5) – Jobbik

6 Commentaire

  1. Ca me fait penser a une expression : ne jamais scier la branche sur laquelle on est assis…

  2. Fais ce que je te dis, mais pas ce que je fais :)

  3. On cherchera désespérément le lien entre demander que les électeurs aient au moins l’équivalent d’un certificat d’études pour pouvoir voter, et le fait le parti qui introduit la demande ait un sous-chef de section locale dont on découvre qu’il a été acteur porno (même si c’est plutôt drôle)

  4. « Dans un de ses ouvrages, Claude Lévi-Strauss raconte un épisode classique qui arrive à tout explorateur du début du 19eme siècle lorsqu’il parvient jusqu’à une tribu primitive. Immanquablement, il se voit proposer une ou plusieurs femmes pour la nuit. Offrande ? Cadeau ? Coutume d’hospitalité ? Rien de tout cela. Si le primitif offre une femme à cet être inquiétant, venu d’ailleurs, de peau planche et paré d’étrange atours et outils, c’est parce qu’il a peur. Peur de se retrouver face à un Dieu ou un quelconque esprit maléfique. Or si cet être couche avec une femme de la tribu, c’est qu’il fait comme n’importe quel homme de la tribu, connait les mêmes désirs, possède les même organes, etc..Bref qu’il est humain. Parfois le primitif demande d’emblée à l’étranger de montrer ses parties génitales, ou encore il le scrute en secret pour s’assurer qu’il est soumis aux mêmes besoins naturels inhérents à la digestion.
    Bite, couilles, baise, pipi, caca. Les plus petits dénominateurs communs qui obsèdent et dont la preuve rassure les insatisfaits de l’insatisfaction.
    C’est au fond la même question qui a hanté les primitifs de l’esprit lorsqu’ils se demandaient si Jésus faisait caca. Même Céline tombe dedans, dans ses pamphlets, entre autres obsessions de sodomie, chair molle contre muscle, etc…
    Nous en sommes régulièrement témoins ici. Il arrive en effet que nos contradicteurs en viennent à utiliser le vocabulaire salace lorsqu’ils n’ont plus rien à objecter.  »
    Le parallèle est vraiment saisissant entre le « journaliste » de cet article qui déshabille ce sous-fifre du Jobbik pour se rassurer et le primitif de Lévi-Strauss.

  5. anthropornologie? a dit :

    « La morale devient rigide quand le reste ne l’est plus ». Personnellement, je trouve cette phrase beaucoup plus drôle qu’un adepte de l’extrême droite qui parle de Lévi-Strauss.

  6. Love u Jobbik !
    En voilà une formation politique qui se destine à ratisser large. :D Sans doute s’inspire-t-elle du succès de celle qui fut l’incomparable Cicciolina.
    Blague à part, qu’on me dise pourquoi les pornophiles n’auraient-ils pas leurs représentants à eux ?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − = 5

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>