Jobbik brûle le drapeau européen

Le parti d’extrême-droite a rassemblé plusieurs centaines de sympathisants samedi après-midi devant le siège de la Commission européenne à Budapest, pour réclamer la sortie de la Hongrie de l’UE.

Crédit : hu-lala

Le leader du parti Gabor Vona a dénoncé « une violation de la souveraineté hongroise » et « une déclaration de guerre » de la part de Bruxelles. Il a également demandé la tenue d’un référendum pour la sortie de l’Union européenne.

Les uniformes de plusieurs associations citoyennes liées au parti, ses « milices », étaient visibles dans le rassemblement : ceux de la « Új Magyar Gárda », de la « Magyar Nemzeti Gárda » et de la « Szebb Jövoért Polgáror Egyesület ».

Sur scène, un drapeau européen a été brûlé en fin de manifestation par un député du parti.

La manifestation était aussi et surtout destinée à mettre la pression sur le gouvernement de Viktor Orban, en pleine négociation avec le FMI et l’UE pour éviter l’insolvabilité.

Articles liés :

Ce que l’opposition dit de la Constitution

Le nouveau programme de Jobbik : Béla IV au secours de la Hongrie

Gabor Vona fait son show au parlement

Selon Jobbik, il n’y a pas de démocratie en Hongrie actuellement

La ségrégation pour éviter « la guerre civile »

Orbán prend ses distances avec l’extrême-droite

Tensions communautaires en vue

Le jeune Jobbik convoite les Affaires Etrangères

L’Europe au Jobbik!

Européennes : l’abstention et la droite

Un 24 octobre fondateur pour Jobbik

God save the Jobbik

11 Commentaire

  1. cette manif tombe, comme par hasard, au bon moment…souvenez-vous quand j`avais qualifie’ le Jobbik d`epouvantail au service du gouvernement Orban ?

  2. Je me souviens en effet, Tony.

    Bien des manœuvres sont orchestrées, organisées mais dans l’urgence et sans répétitions préalables.

    Ces apprentis incendiaires de symboles sont quand même de piètres bouteurs de feu.
    Nuls de chez nuls ces bruleurs d’étoiles, habitués qu’ils sont à pousser sur un bouton ou à actionner une vanne pour se chauffer en oubliant ces gestes simples et ancestraux!

    Qu’ils aillent donc prendre des cours accélérés dans les ghettos, ils y trouveront bien un gamin de sept ans capable d’allumer un feu !
    Zs.

  3. Les guerres mondiales prennent décidément toujours naissance dans la même région du monde…

  4. ca veut dire quoi , la hongrie des fachos ?les francais sont les premiers grand hyppocrites pour dire que ils ne sont pas raciste……. les guerres mondial prennent partout et non toujours au meme endroit :
    exemple , iran bombe atomique contre israel ……
    du fachisme actuel , je rappel ….

  5. Je propose de suivre Jobbik et que la Hongrie sorte de la communaute europeenne, on verra alors ce qu’il adviendra du pays et des entreprises etrangeres produisant en Hongrie: Philips, Nokia, GE, Audi (qui va investir enormement d’argent dans le pays et creer des emplois)… En un mot, renvoyons tous les investisseurs etrangers du pays et financons la dette hongroise par l’epargne hongroise uniquement, au moins le pays sera a nouveau independant, et tout ira beaucoup mieux… Jobbik n’a aucun autre programme que de blamer les autres pour les problemes que connait le pays et aucune autre solution que des drapeaux hongrois fleurissant partout. Les Hongrois et leur dirigeants sont en grande partie les responsables. La seule solution c’est un financement de la dette hongroise a des taux proches de 0 pour se debarasser de ce fardeau, une bonne gestion des finances public et la promotion de PME viable qui investissent et ont un poid local plus important comme le laboratoire Gedeon. Mais il est plus facile de dire que l’Europe c’est le probleme.

  6. 85% des emplois sont crées par les PME/PMI au niveau européen. Baser sa politique économique sur l’attractivité des grands groupes est un non-sens.

  7. Certes les PME creees la majorite de l’emploi en Europe, mais aussi parce que bon nombre sont des sous traitants des grands groupes (agroalimentaire, automobile, aeronautique…)

  8. Les grands groupes, notamment allemands, sont avant tout des usines d’assemblage, c’est à dire la partie qui crée le moins de valeur ajoutée. Quasi toutes les pièces sont importées et donc ne bénéficient que très peu aux PME hongroises (cf la très bonne conférence d’Emmanuel Todd a l’institut il y a quelques mois). La future usine Audi en est un parfait exemple.

    Les grands groupes font une véritable razzia sur les subventions a tous les niveaux (local, pays, UE) et s’en vont des que le pays ne leur plait plus. Il est en effet très facile de bouger des lignes d’assemblage. Si on regarde bien, ces grands groupes apportent assez peu aux pays dans lesquels ils s’établissent.

    A l’opposé, les PME/PMI sont la pour le long terme, sont enracinées et le plus souvent des entreprises familiales qui investissent réellement dans leur…terroir serais je tenté de dire.

    Enfin… plus précisément : il est difficile de comparer une société comme, disons Peugeot, qui historiquement a une bonne partie de ses fournisseurs en France et qui corrobore ce que vous dites avec un groupe comme Audi qui va assembler des pièces qui viennent essentiellement d’Allemagne ou de France pour ensuite déménager cette production en Roumanie ou en Ukraine quand les couts de production y seront plus intéressant.

    Voila pourquoi je pense que baser sa politique économique sur l’attractivité des grands groupes est un non-sens.

  9. Mais mon propos (cf derniere phrase de mon commentaire) dit exactement la meme chose, une politique pour soutenir des PME hongroises qui puissent rivaliser avec des entreprises internationales, ce qui est entre autre une des grandes faiblesses de l’economie hongroise.

  10. La Hongrie a la pire politique entreprenariale et la pire bureaucratie d’Europe. cf etudes OCDE, ou la lecture de l’article devenu celebre de Jakab Andor. Il est quasiment impossible de monter sa boite en Hongrie. Un gros facteur sans doute de « pourquoi ce pays va mal ».

  11. Ca fait plaisir de lire des commentaires qui touchent enfin le coeur du problème, et surpasse toutes ces bétises politiques et critiques des médias pour des choses qui ne concernent pas la vie des hongrois directement.
    Trop de remue ménage et on oublie l’essentiel.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 2 = 3

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>